Résumé (résumé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Un résumé est un bref résumé d'un article de recherche, d'une thèse , d'une revue, d'un acte de conférence ou de toute analyse approfondie d'un sujet particulier et est souvent utilisé pour aider le lecteur à déterminer rapidement le but de l'article. [1] Lorsqu'il est utilisé, un résumé apparaît toujours au début d'un manuscrit ou d'un tapuscrit, agissant comme point d'entrée pour tout article académique ou demande de brevet donné . Les services d' abrégés et d'indexation pour diverses disciplines académiques visent à compiler un corpus de littérature pour ce sujet particulier.

Les termes précis ou synopsis sont utilisés dans certaines publications pour désigner la même chose que d'autres publications pourraient appeler un «résumé». Dans les rapports de gestion , un résumé analytique contient généralement plus d'informations (et souvent des informations plus sensibles) que le résumé.

Objectif et limites

La littérature académique utilise le résumé pour communiquer succinctement une recherche complexe. Un résumé peut agir comme une entité autonome au lieu d'un article complet. En tant que tel, un résumé est utilisé par de nombreuses organisations comme base pour sélectionner la recherche qui est proposée pour une présentation sous la forme d'une affiche, d'une plate-forme/présentation orale ou d'une présentation d'atelier lors d'une conférence universitaire . La plupart des bases de données bibliographiques n'indexent que les résumés plutôt que de fournir l'intégralité du texte de l'article. Les textes intégraux des articles scientifiques doivent souvent être achetés en raison des droits d'auteur et/ou des frais d'édition et, par conséquent, le résumé est un argument de vente important pour la réimpression ou la forme électronique du texte intégral. [2]

Le résumé peut transmettre les principaux résultats et conclusions d'un article scientifique, mais l'article en texte intégral doit être consulté pour les détails de la méthodologie, les résultats expérimentaux complets et une discussion critique des interprétations et des conclusions.

Un résumé permet de passer au crible un grand nombre d'articles pour ceux dans lesquels le chercheur peut avoir plus confiance qu'ils seront pertinents pour sa recherche. Une fois les articles choisis sur la base du résumé, ils doivent être lus attentivement pour être évalués quant à leur pertinence. Il est généralement admis qu'il ne faut pas baser les citations de référence sur le seul résumé, mais sur le contenu d'un article entier.

Selon les résultats d'une étude publiée dans PLOS Medicine , la « couverture exagérée et inappropriée des résultats de la recherche dans les médias d'information » est en fin de compte liée à des rapports inexacts ou à une sur-interprétation des résultats de la recherche dans de nombreuses conclusions abstraites. [3] Une étude publiée dans JAMA a conclu que "les incohérences dans les données entre le résumé et le corps et la communication des données et d'autres informations uniquement dans le résumé sont relativement courantes et qu'une simple intervention éducative dirigée vers l'auteur est inefficace pour réduire cette fréquence." [4]D'autres "études comparant l'exactitude des informations rapportées dans un résumé de journal avec celles rapportées dans le texte de la publication complète ont trouvé des affirmations qui sont incompatibles ou absentes du corps de l'article complet." [5]

Historique

L'histoire de l'abstraction remonte au moment où l'on a ressenti la nécessité de résumer le contenu des documents afin de rendre plus accessible l'information qu'ils contenaient. En Mésopotamie, au début du deuxième millénaire avant notre ère, des enveloppes d'argile conçues pour protéger les documents cunéiformes fermés contre la falsification étaient inscrites soit avec le texte intégral du document, soit avec un résumé. Dans le monde gréco-romain , de nombreux textes étaient abstraits : les résumés d'œuvres non romanesques étaient connus sous le nom d' épitomés , et dans de nombreux cas, la seule information sur les œuvres qui n'ont pas survécu à la modernité provient de leurs épitomés qui ont survécu. De même, le texte de nombreuses pièces grecques et romaines anciennes commençait par une hypothèsequi résume l'intrigue de la pièce. Des documents non littéraires ont également été extraits: les papyrus de Tebtunis trouvés dans la ville égyptienne antique de Tebtunis contiennent des extraits de documents juridiques. Au Moyen Âge , les pages des textes savants contenaient des résumés de leur contenu en marge , comme certains manuscrits du Code de Justinien . [6]

La première utilisation des résumés pour communiquer la science remonte peut-être au début des années 1800, lorsque la Royal Society publiait des «résumés» résumant les articles présentés lors des réunions. [7] Trois décennies plus tard, la Royal Society a compilé des résumés d'articles antérieurs publiés de 1800 à 1837, dans la revue de la société Philosophical Transactions , intitulée Abstracts of the Papers Printed in the Philosophical Transactions of the Royal Society of London . [8] Cette pratique s'est installée et plus tard d'autres revues ont suivi. Peut-être que le premier exemple d'un résumé lié au même article remonte à l'article de 1919 Sur les irrégularités du mouvement du pendule de Foucault publié dans lePhysical Review , la plus ancienne revue publiée par l' American Physical Society , [9] [7] et la revue a souvent publié des résumés dans ses volumes par la suite. [dix]

Droit d'auteur

Les résumés sont protégés par la loi sur le droit d' auteur , tout comme toute autre forme de discours écrit est protégée. [11] Cependant, les éditeurs d'articles scientifiques rendent invariablement les résumés disponibles gratuitement, même lorsque l'article lui-même ne l'est pas. Par exemple, les articles de la littérature biomédicale sont disponibles publiquement sur MEDLINE , accessible via PubMed .

Structure

On s'attend souvent à ce que le résumé raconte une histoire complète de l'article, car pour la plupart des lecteurs, le résumé est la seule partie de l'article qui sera lue. Cela devrait permettre au lecteur de donner un pitch Elevator de l'article complet. [12]

Un résumé académique décrit généralement quatre éléments pertinents pour le travail achevé :

  • L'objet de la recherche (énoncé du ou des problèmes/lacune spécifique dans la recherche existante/question(s) de recherche abordée);
  • Les méthodes de recherche (recherche expérimentale, études de cas, questionnaires , etc.) utilisées pour résoudre le problème ;
  • Les principaux résultats/conclusions de la recherche ; et
  • Les principales conclusions et recommandations (c'est-à-dire comment le travail répond au problème de recherche proposé).

Il peut également contenir de brèves références, [13] bien que le style standard de certaines publications omet les références du résumé, les réservant pour le corps de l'article (qui, par définition, traite les mêmes sujets mais plus en profondeur).

La longueur des résumés varie selon la discipline et les exigences de l'éditeur. La longueur typique varie de 100 à 500 mots, mais très rarement plus d'une page et parfois seulement quelques mots. [14] Un résumé peut ou non avoir le titre de section "résumé" explicitement répertorié comme antécédent au contenu. Les résumés sont généralement divisés logiquement en une vue d'ensemble de ce qui apparaît dans l'article, avec l'un des sous-titres suivants : Contexte, Introduction , Objectifs , Méthodes , Résultats, Conclusions. [ citation nécessaire ] Les résumés dans lesquels ces sous-titres sont explicitement donnés sont souvent appelés résumés structurés. Les résumés qui comprennent un paragraphe (sans sous-titres explicites) sont souvent appelés résumés non structurés .

Exemple

Exemple tiré du Journal of Biology , Volume 3, Issue 2 .: [15]

L'hydrodynamique du dessin des dauphins

par Daniel Weihs , Faculté de génie aérospatial, Technion, Institut israélien de technologie, Haïfa 32000, Israël.

Résumé:

Contexte Le drafting chez les cétacés est défini comme le transfert de forces entre individus sans contact physique réel entre eux. On a longtemps supposé que ce comportement expliquait comment les jeunes dauphins suivaient leurs mères en mouvement rapide. Il a été récemment observé qu'un nombre important de baleineaux sont définitivement séparés de leur mère lors des poursuites par les thoniers. Une étude de l'hydrodynamique de la traction, initiée dans les mécanismes provoquant la séparation des mères et des baleineaux lors des activités liées à la pêche, est rapportée ici.

Résultats Des résultats quantitatifs sont présentés pour les forces et les moments autour d'une paire de corps élancés de taille inégale ressemblant à des dauphins. Ceux-ci incluent deux effets majeurs. Premièrement, la succion dite de Bernoulli, qui découle du fait que la pression locale chute dans les zones à grande vitesse, se traduit par une force d'attraction entre la mère et le veau. Le deuxième est l'effet de déplacement, dans lequel le mouvement de la mère fait avancer l'eau devant et radialement vers l'extérieur, et l'eau derrière le corps se déplace vers l'avant pour remplacer la masse de l'animal. Ainsi, le mollet peut bénéficier d'un « free ride » dans les zones d'avancée. En utilisant ces effets, le nouveau-né peut gagner jusqu'à 90 % de la poussée nécessaire pour se déplacer aux côtés de la mère à des vitesses allant jusqu'à 2,4 m/s. Une comparaison avec les observations de dauphins à long bec de l'Est (Stenella longirostris ) est présenté, montrant des économies allant jusqu'à 60% dans la poussée dont les veaux ont besoin pour suivre leur mère.

Conclusions Une analyse théorique, étayée par des observations d'écoles de dauphins nageant librement, indique que les interactions hydrodynamiques avec les mères jouent un rôle important en permettant aux baleineaux de dauphins de suivre les membres adultes de l'école qui se déplacent rapidement.

© 2004 Weihs; licencié BioMed Central Ltd. Ceci est un article en libre accès : la copie textuelle et la redistribution de cet article sont autorisées dans tous les médias à quelque fin que ce soit, à condition que cet avis soit conservé avec l'URL d'origine de l'article

Types abstraits

Informatif

Le résumé informatif, également connu sous le nom de résumé complet, est un résumé succinct de la substance d'un article et de son contexte, de son objectif, de sa méthodologie, de ses résultats et de sa conclusion. [16] [17] Généralement entre 100 et 200 mots, le résumé informatif résume la structure de l'article, ses principaux sujets et points clés. [16] Un format pour les rapports scientifiques courts qui s'apparente à un résumé informatif a été proposé ces dernières années. [18] Les résumés informatifs peuvent être considérés comme des documents autonomes. [16]

Descriptif

Le résumé descriptif, également appelé résumé limité ou résumé indicatif, fournit une description de ce que couvre l'article sans approfondir sa substance. [19] Un résumé descriptif s'apparente à une table des matières sous forme de paragraphe. [19]

Résumés graphiques

À la fin des années 2000, en raison de l'influence des systèmes de stockage et de récupération informatiques tels qu'Internet , certaines publications scientifiques, principalement celles publiées par Elsevier , ont commencé à inclure des résumés graphiques à côté des résumés de texte. [20] Le graphique vise à résumer ou à servir d'exemple pour l'idée maîtresse de l'article. Il n'est pas destiné à être un résumé aussi exhaustif que le résumé du texte, mais il est plutôt censé indiquer le type, la portée et la couverture technique de l'article en un coup d'œil. L'utilisation de résumés graphiques a généralement été bien accueillie par la communauté scientifique . [21] [22] De plus, certaines revues incluent égalementrésumés vidéo et résumés animés réalisés par les auteurs pour expliquer facilement leurs articles. [23] De nombreux éditeurs scientifiques encouragent actuellement les auteurs à compléter leurs articles avec des résumés graphiques, dans l'espoir qu'un résumé visuel aussi pratique aidera les lecteurs avec un aperçu plus clair des articles qui les intéressent et se traduira par une meilleure visibilité globale de la publication respective. . Cependant, la validité de cette hypothèse n'a pas été étudiée en profondeur, et une étude récente comparant statistiquement des publications avec ou sans résumés graphiques en ce qui concerne plusieurs paramètres de sortie reflétant la visibilité n'a pas réussi à démontrer une efficacité des résumés graphiques pour attirer l'attention sur les publications scientifiques. [24]

Évaluation de la qualité des résumés

Diverses méthodes peuvent être utilisées pour évaluer la qualité des résumés, par exemple la notation par les lecteurs, les listes de contrôle (non nécessaires dans les résumés structurés) et les mesures de lisibilité (telles que Flesch Reading Ease ). [21] [25]

Voir aussi

Références

  1. ^ Gary Blake et Robert W. Bly , Les éléments de la rédaction technique , p. 117. New York : Macmillan Publishers , 1993. ISBN  0020130856
  2. ^ Gliner, Jeffrey A.; En ligneMorgan, George A. (2000). Méthodes de recherche dans des contextes appliqués : une approche intégrée de la conception et de l'analyse . Mahwah, NJ : Presse de psychologie. ISBN 978-0-8058-2992-1.[ page nécessaire ]
  3. ^ Yavchitz, Amélie; Boutron, Isabelle; Bafeta, Aïda ; Marroun, Ibrahim ; Charles, Pierre; Mantz, Jean; Ravaud, Philippe; Bero, Lisa A. (11 septembre 2012). "Mauvaise représentation des essais contrôlés randomisés dans les communiqués de presse et la couverture médiatique : une étude de cohorte" . PLO Médecine . 9 (9) : e1001308. doi : 10.1371/journal.pmed.1001308 . PMC 3439420 . PMID 22984354 .  
  4. ^ Pitkin, Roy M.; Branagan, Mary Ann (15 juillet 1998). "La précision des résumés peut-elle être améliorée en fournissant des instructions spécifiques ? Un essai contrôlé randomisé" . JAMA . 280 (3): 267–9. doi : 10.1001/jama.280.3.267 . PMID 9676677 . libre accès
  5. ^ Hopewell, Sally; Clarke, Mike; Moher, David; Parier, Elizabeth ; Middleton, Philippa; Altman, Douglas G; Schulz, Kenneth F; von Elm, Erik (22 janvier 2008). "CONSORT pour rapporter des essais contrôlés randomisés dans des résumés de journaux et de conférences : explication et élaboration" . PLO Médecine . 5 (1) : e20. doi : 10.1371/journal.pmed.0050020 . PMC 2211558 . PMID 18215107 .  libre accès
  6. ^ Witty, Francis J. (octobre 1973). "Les débuts de l'indexation et de l'abstraction: quelques notes vers une histoire de l'indexation et de l'abstraction dans l'Antiquité et le Moyen Âge" (PDF) . L'indexeur . 8 (4) : 193–198 . Récupéré le 21 avril 2021 .
  7. ^ un b "Copie archivée" . Archivé de l'original le 2020-09-21 . Récupéré le 24/09/2020 .{{cite web}}: Maint CS1 : copie archivée comme titre ( lien )
  8. ^ "Résumés des Papiers Imprimés dans les Transactions Philosophiques de la Société Royale de Londres" .
  9. ^ Longden, AC (1er avril 1919). "Sur les irrégularités de mouvement du pendule de Foucault" . Examen physique . 13 (4): 241–258. Bibcode : 1919PhRv...13..241L . doi : 10.1103/PhysRev.13.241 .
  10. ^ Bazerman, Charles (1988). Façonner les savoirs écrits : le genre et l'activité de l'article expérimental en science . Madison, Wisconsin : Presse de l'Université du Wisconsin. ISBN 978-0299116903.
  11. ^ Compendium des pratiques du Bureau du droit d'auteur des États-Unis . Bibliothèque du Congrès. 2014. p. 387.
  12. ^ Mensh, Brett; Kording, Konrad (2016-11-28). "Dix règles simples pour structurer les papiers" . doi : 10.1101/088278 . S2CID 195953236 .  {{cite journal}}: Cite journal requires |journal= (help)
  13. ^ "Directives de soumission d'article de journal" . Docstock.com. 2008-11-15. Archivé de l'original le 4 mai 2009 . Récupéré le 22/04/2009 .
  14. ^ Baie; Brunner, N; Popescu, S; Shukla, P (2011). "Les vitesses apparentes des neutrinos superluminiques peuvent-elles être expliquées comme une mesure quantique faible?". J.Phys. R : Mathématiques. Théor . 44 (49) : 2001. arXiv : 1110.2832 . Bibcode : 2011JPhA...44W2001B . doi : 10.1088/1751-8113/44/49/492001 . S2CID 3468441 . 
  15. ^ Mann, J; Smuts, B (2004). "L'hydrodynamique du dessin des dauphins" . Journal de biologie . 3 (2): 8. doi : 10.1186/jbiol2 . PMC 416558 . PMID 15132740 .  
  16. ^ un bc Finkelstein Jr 2004 , pp. 212-214.
  17. ^ "Types de résumés" . Université d'État du Colorado .
  18. ^ Hortolà, Policarpe (2008). "Un format ergonomique pour les rapports courts dans les revues scientifiques utilisant des tableaux imbriqués et le cycle de Deming". Revue des sciences de l'information . 34 (2): 207–212. doi : 10.1177/0165551507082590 . S2CID 39334416 . 
  19. ^ un b Finkelstein Jr 2004 , pp. 211–212.
  20. ^ "Résumés graphiques" . Elsvier . Consulté le 24 janvier 2016 .
  21. ^ un b Bui, Lily (3 mars 2015). "Un coup d'œil sur les résumés graphiques" . Études comparatives des médias : écriture . MIT . Consulté le 24 janvier 2016 .
  22. ^ Romans, Brian (16 février 2011). « Les résumés graphiques sont-ils une bonne idée ? » . Câblé . Consulté le 24 janvier 2016 .
  23. ^ "Résumés vidéo" . Journal de l'American Chemical Society . Consulté le 24 janvier 2016 .
  24. ^ Pferschy-Wenzig, EM; Pferschy, U; Wang, D; Mocan, A; Atanasov, AG (septembre 2016). "Est-ce qu'un résumé graphique apporte plus de visibilité à votre article ?" . Molécules . 21 (9) : 1247. doi : 10.3390/molecules21091247 . PMC 5283664 . PMID 27649137 .  
  25. ^ Ufnalska, Sylwia B.; Hartley, James (août 2009). « Comment évaluer la qualité des résumés ? » (PDF) . Édition scientifique européenne . 35 (3): 69–71. ISSN 0258-3127 .  

Lectures complémentaires

  • Finkelstein Jr, Leo (2004). Livre de poche de rédaction technique pour ingénieurs et scientifiques (2e éd.). Londres : McGraw-Hill Education – Europe. ISBN 978-0072468496.
  • ISO 214 : Documentation — Résumés de publications et de documentation. [1]