Religions abrahamiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Symboles couramment utilisés pour représenter les trois plus grandes religions abrahamiques. De haut en bas : l' étoile de David utilisée pour représenter le judaïsme , la croix chrétienne utilisée pour représenter le christianisme , et l' étoile et le croissant utilisés pour représenter l'islam . [n 1]

Les religions abrahamiques sont un groupe de religions principalement monothéistes qui approuvent le culte du Dieu d'Abraham . Ceux-ci incluent notamment le judaïsme , le christianisme et l'islam , ainsi que la foi bahá'íe , le samaritanisme , les druzes et d'autres. L'homonyme de l'identité de ce groupe est Abraham , un patriarche et prophète hébreu [2] [3] qui est largement mentionné dans de nombreuses écritures abrahamiques importantes, telles que la Bible , le Coran et le Kitáb-i-Aqdas.. [3] [4]

La tradition juive prétend que les douze tribus d'Israël descendent d'Abraham par son fils Isaac et son petit-fils Jacob , dont les fils ont collectivement formé la nation des Israélites en Canaan ; La tradition islamique prétend que douze tribus arabes connues sous le nom d' Ismaélites descendent d'Abraham par son fils Ismaël en Arabie ; La tradition bahá'íe affirme que Baháʼu'lláh était un descendant d'Abraham par l'intermédiaire de sa femme Ketura . [2] [5] [6] [7]Après un siècle de recherches archéologiques, aucune preuve contemporaine n'a été mise au jour pour ces patriarches historiques. [8] Malgré cette absence de preuves, certains archéologues affirment que l'histoire d'Abraham est née au 6ème siècle avant notre ère et que le Livre de la Genèse ne représente pas des événements historiques . [8]

L'ancienne religion israélite était dérivée de l' ancienne religion cananéenne de l' âge du bronze et est devenue fermement monothéiste à l' âge du fer , vers le 6ème siècle avant notre ère. [9] Il survit sous deux formes modernes à travers les religions ethniques du judaïsme et du samaritanisme. Le christianisme s'est séparé du judaïsme au 1er siècle de notre ère [2] et s'est largement répandu en tant que religion universelle après avoir été adopté par l' Empire romain comme religion d'État au 4ème siècle de notre ère. L'Islam a été fondé par Mahometau 7ème siècle de notre ère, et également largement répandu en tant que religion universelle à travers les premières conquêtes musulmanes . [2] [10] La foi bahá'íe a été fondée au 19ème siècle de notre ère.

Aujourd'hui, les religions abrahamiques sont l'une des plus grandes divisions majeures de la religion comparée (avec les religions indiennes , les religions iraniennes et les religions d'Asie de l'Est ). [11] Le christianisme et l'islam sont les religions abrahamiques avec le plus grand nombre d'adhérents . [12] Les religions abrahamiques avec moins d'adhérents incluent le judaïsme, [12] la foi bahá'íe, [3] [13] les Druzes, [3] [14] le samaritanisme, [3] et le rastafarisme. [3] [15]

Étymologie

L'érudit catholique de l'islam Louis Massignon a déclaré que l'expression «religion abrahamique» signifie que toutes ces religions proviennent d'une source spirituelle. [16] Le terme moderne vient de la forme plurielle d'une référence coranique à dīn Ibrāhīm , 'la religion d'Ibrahim', la forme arabe du nom d'Abraham. [17]

La promesse de Dieu dans Genèse 15:4-8 concernant les héritiers d'Abraham est devenue paradigmatique pour les Juifs, qui parlent de lui comme "notre père Abraham" ( Avraham Avinu ). Avec l'émergence du christianisme, Paul l'Apôtre , dans Romains 4:11-12 , l'a également qualifié de "père de tous" ceux qui ont la foi, circoncis ou incirconcis. L'Islam s'est également conçu comme la religion d'Abraham. [18] Toutes les grandes religions abrahamiques revendiquent une lignée directe avec Abraham :

  • Abraham est enregistré dans la Torah comme l'ancêtre des Israélites par son fils Isaac , né de Sarah par une promesse faite dans la Genèse . [Gén. 17:16] [19]
  • Les chrétiens affirment l'origine ancestrale des Juifs en Abraham. [18] Le christianisme prétend aussi que Jésus descendait d'Abraham. [Matthieu 1:1–17]
  • Muhammad , en tant qu'Arabe , est considéré par les musulmans comme descendant du fils d'Abraham, Ismaël , par Hagar. La tradition juive assimile également les descendants d'Ismaël, les Ismaélites , aux Arabes, tandis que les descendants d'Isaac par Jacob, également connu plus tard sous le nom d'Israël, sont les Israélites. [20]
  • La foi bahá'íe prêche que Bahá'ullah est descendu d'Abraham par les fils de sa femme Ketura. [2] [6] [5]

Adam Dodds soutient que le terme «foi abrahamique», bien qu'utile, peut être trompeur, car il véhicule un point commun historique et théologique non spécifié qui pose problème à un examen plus approfondi. Bien qu'il existe des points communs entre les religions, dans une large mesure, leur ascendance commune est périphérique à leurs croyances fondamentales respectives et cache ainsi des différences cruciales. [21] Par exemple, les croyances chrétiennes communes de l' Incarnation , de la Trinité et de la résurrection de Jésus ne sont pas acceptées par le judaïsme ou l'islam (voir par exemple la vision islamique de la mort de Jésus ). Il existe des croyances clés dans l'islam et le judaïsme qui ne sont pas partagées par la plupart des chrétiens (commel' abstinence de porc ), et les croyances clés de l'islam, du christianisme et de la foi bahá'íe non partagées par le judaïsme (comme la position prophétique et messianique de Jésus , respectivement). [22]

Défis au terme

L'opportunité de regrouper le judaïsme, le christianisme et l'islam par les termes «religions abrahamiques» ou «traditions abrahamiques» a été contestée.

En 2012, Alan L. Berger , professeur d'études judaïques à la Florida Atlantic University , [23] dans sa préface à Trialogue and Terror: Judaism, Christianity, and Islam after 9/11 a écrit qu'il y a des " points communs ", mais " il y a différences essentielles entre les traditions abrahamiques" à la fois "historiques et théologiques". Bien que "le judaïsme ait donné naissance à la fois au christianisme et à l'islam", les "trois religions monothéistes se sont séparées". Les trois religions "comprennent le rôle d'Abraham" de "manières différentes", et les relations entre judaïsme et christianisme et entre judaïsme et islam sont "inégales". Aussi, les trois traditions sont "source tierce nécessaire ]

Toujours en 2012, Aaron W. Hughesa publié un livre sur la catégorie des religions abrahamiques comme exemple des "abus de l'histoire". Il a dit que ce n'est que récemment que la catégorie "religions abrahamiques" est entrée en usage et qu'il s'agit d'un "vague référent". C'est "en grande partie un néologisme théologique" et "un terme artificiel et imprécis". Combiner les religions juive, chrétienne et musulmane dans cette seule catégorie pourrait servir à encourager le "trilogue interreligieux", mais ce n'est pas fidèle au "record historique". Les religions abrahamiques sont "une catégorie anhistorique". Il existe "certains airs de famille" entre ces trois religions, mais le terme "amorphe" "religions abrahamiques" empêche de comprendre la "nature complexe" des interactions entre elles. Par ailleurs, les trois religions ne partagent pas la même histoire d'Abraham. Pour ces raisons et d'autres, Hughes a fait valoir que le terme ne devrait pas être utilisé, du moins dans les cercles universitaires.[25] [ source tierce nécessaire ]

Religions

Judaïsme

Un Rabbi juif tient un rouleau de la Torah

L'un des principaux textes du judaïsme est le Tanakh , un récit de la relation des Israélites avec Dieu depuis leur histoire la plus ancienne jusqu'à la construction du Second Temple (vers 535 avant notre ère). Abraham est salué comme le premier Hébreu et le père du peuple juif . L'un de ses arrière-petits-fils était Juda , dont la religion tire finalement son nom. Les Israélites étaient initialement un certain nombre de tribus qui vivaient dans le Royaume d'Israël et le Royaume de Juda .

Après avoir été conquis et exilés , certains membres du royaume de Juda sont finalement revenus en Israël. Ils ont ensuite formé un État indépendant sous la dynastie hasmonéenne aux IIe et Ier siècles avant notre ère, avant de devenir un royaume client de l' Empire romain , qui a également conquis l'État et dispersé ses habitants. Du IIe au VIe siècle, les juifs rédigent le Talmud , long ouvrage de jurisprudence et d' exégèse biblique qui, avec le Tanakh , est un texte clé du judaïsme.

Christianisme

Le christianisme est basé sur les enseignements de la Bible (et parfois, selon la dénomination , les traditions )

Le christianisme a commencé au 1er siècle en tant que secte au sein du judaïsme initialement dirigée par Jésus . Ses partisans le considéraient comme le Messie , comme dans la Confession de Pierre ; après sa crucifixion et sa mort, ils en sont venus à le considérer comme Dieu incarné , [26] qui a été ressuscité et reviendra à la fin des temps pour juger les vivants et les morts et créer un royaume éternel de Dieu . En quelques décennies, le nouveau mouvement s'est séparé du judaïsme . L'enseignement chrétien est basé sur l' Ancien et le Nouveau Testamentde la Bible.

Après plusieurs périodes d'alternance de persécutions et de paix relative vis-à-vis des autorités romaines sous différentes administrations, le christianisme est devenu l' Église d'État de l'Empire romain en 380, mais a été scindé en diverses églises dès ses débuts . Une tentative a été faite par l' Empire byzantin pour unifier la chrétienté , mais cela a formellement échoué avec le schisme Est-Ouest de 1054. Au XVIe siècle, la naissance et la croissance du protestantisme pendant la Réforme ont encore divisé le christianisme en de nombreuses dénominations . La plus grande ramification post-réforme est le mormonisme.

Islam

Le tombeau d'Abraham, un cénotaphe au-dessus du Caveau des Patriarches traditionnellement considéré comme le lieu de sépulture d'Abraham.

L'Islam est basé sur les enseignements du Coran . Bien qu'il considère Muhammad comme le sceau des prophètes , l'islam enseigne que chaque prophète a prêché l'islam, car le mot islam signifie littéralement soumission à Dieu, le concept principal prêché par tous les prophètes abrahamiques. Les enseignements du Coran sont considérés par les musulmans comme la révélation et les paroles directes et finales d' Allah (c'est-à-dire Le Dieu en arabe classique). L'islam, comme le christianisme, est une religion universelle (c'est-à-dire que l'adhésion est ouverte à tous). Comme le judaïsme, il a une conception strictement unitaire de Dieu, appelée tawhid , ou monothéisme « strict ». [27]

Autres religions abrahamiques

Historiquement, les religions abrahamiques ont été considérées comme le judaïsme, le christianisme et l'islam. [3] Une partie de cela est due à l'âge et à la taille plus grande de ces trois personnes. [3] Les autres religions similaires étaient considérées soit comme trop nouvelles pour être jugées comme étant vraiment dans la même classe, soit trop petites pour être importantes pour la catégorie.

Cependant, certaines des restrictions d'Abrahamic à ces trois ne sont dues qu'à la tradition dans la classification historique. Par conséquent, la restriction de la catégorie à ces trois religions a fait l'objet de critiques. [28] Les religions énumérées ci-dessous revendiquent une classification abrahamique, soit par les religions elles-mêmes, soit par les savants qui les étudient.

Foi bahá'íe

Étoile à neuf branches de la foi bahá'íe
ʻAbdu'l-Bahá , le fils aîné de Baháʼu'lláh et chef de la foi baháʼíe de 1892 à 1921. [29]

La foi bahá'íe , qui s'est développée à partir de l'islam chiite à la fin du XIXe siècle, est un nouveau mouvement religieux qui a parfois été répertorié comme abrahamique par des sources savantes dans divers domaines. [30] [31] [32] [33] Monothéiste, il reconnaît Abraham comme l'une des nombreuses manifestations de Dieu [34] dont Adam , Moïse , Zoroastre , Krishna , Gautama Bouddha , Jésus , Muhammad , le Báb et finalement Baha'u'llah ). [35]Dieu communique sa volonté et son but à l'humanité par ces intermédiaires, dans un processus connu sous le nom de révélation progressive . [36] [35]

Foi druze

Dignitaires druzes célébrant le festival Ziyarat al-Nabi Shu'ayb sur la tombe du prophète à Hittin .

La foi druze ou druzisme est une religion monothéiste basée sur les enseignements de hautes personnalités islamiques comme Hamza ibn-'Ali ibn-Ahmad et Al-Hakim bi-Amr Allah , et des philosophes grecs tels que Platon et Aristote . [37] [38] Hamza ibn Ali ibn Ahmad est considéré comme le fondateur des Druzes et l'auteur principal des manuscrits Druzes. [39] Jethro de Madian est considéré comme un ancêtre des Druzes, qui le vénèrent comme leur fondateur spirituel et prophète en chef. [40] [41] [42] [43] [44]

Les Épîtres de Sagesse sont le texte fondateur de la foi druze. [45] La foi druze incorpore des éléments de l'islamisme , [ 46] Gnosticisme , [47] [48] Néoplatonisme , [47] [48] Pythagorisme , [49] [50] Christianisme , [47] [48] Hindouisme [51 ] [50] et d'autres philosophies et croyances, créant une théologie distincte et secrète connue pour interpréter les écritures ésotériquement religieuses et pour mettre en évidence le rôle de l'esprit et de la véracité. [50] Les Druzes suivent la théophanie, [52] et croient à la réincarnation ou à la transmigration de l'âme . [53] À la fin du cycle de renaissance, qui s'accomplit par des réincarnations successives, l'âme est unie au Mental Cosmique ( Al Aaqal Al Kulli ). [54] Dans la foi druze , Jésus est considéré comme l'un des prophètes importants de Dieu. [55] [56]

Rastafari

Les rastas revendiquent souvent le drapeau de l'Éthiopie tel qu'il était utilisé sous le règne de Haile Selassie. Il associe le lion conquérant de Juda , symbole de la monarchie éthiopienne, au vert, à l'or et au rouge.
Couronnement de Haile Selassie en tant que Negus («roi») d' Abyssinie en 1928. Il serait à nouveau couronné en 1930 en tant que Neguse Negest («roi des rois»).

Le mouvement hétérogène Rastafari, parfois appelé rastafarisme, originaire de la Jamaïque , est classé par certains chercheurs comme un mouvement socio-religieux international, et par d'autres comme une religion abrahamique distincte. [57] Classé à la fois comme nouveau mouvement religieux et mouvement social , il se développe en Jamaïque dans les années 1930. [57] Il manque de toute autorité centralisée et il y a beaucoup d'hétérogénéité parmi les pratiquants, connus sous le nom de Rastafari, Rastafarians ou Rastas. [57]

Les Rastafari se réfèrent à leurs croyances, qui sont basées sur une interprétation spécifique de la Bible , comme "Rastalogy". Central est une croyance monothéiste en un seul Dieu - appelé Jah - qui réside partiellement dans chaque individu. [57] L'ancien empereur d'Éthiopie , Hailé Sélassié , se voit accorder une importance centrale ; de nombreux Rastas le considèrent comme le Messie de retour , l'incarnation de Jah sur Terre et comme la seconde venue du Christ . [57] D'autres le considèrent comme un prophète humain qui a pleinement reconnu la divinité intérieure de chaque individu. Rastafari est afrocentrique et concentre son attention sur laLa diaspora africaine , qu'elle estime opprimée au sein de la société occidentale, ou « Babylone ». [57] De nombreux Rastas appellent à la réinstallation de la diaspora africaine en Éthiopie ou en Afrique plus largement, se référant à ce continent comme la Terre Promise de "Sion". [57] D'autres interprétations se concentrent sur l'adoption d'une attitude afrocentrique tout en vivant en dehors de l'Afrique. Les rastas qualifient leurs pratiques de "vivacité". [57] Les réunions communales sont connues sous le nom de "groundations", et sont caractérisées par la musique, le chant, les discussions et le tabagisme du cannabis , ce dernier étant considéré comme un sacrementaux propriétés bénéfiques. [57] Les rastas mettent l'accent sur ce qu'ils considèrent comme vivant « naturellement », en adhérant aux exigences alimentaires italiennes, en permettant à leurs cheveux de se transformer en dreadlocks et en suivant les rôles de genre patriarcaux . [57]

Samaritanisme

Samaritain Grand Prêtre avec l' alphabet paléo-hébreu Samaritain Torah , Naplouse , c. 1920

Les Samaritains adhèrent à la Torah samaritaine , qu'ils croient être la Torah originale et inchangée, [58] par opposition à la Torah utilisée par les Juifs . En plus de la Torah samaritaine, les Samaritains vénèrent également leur version du Livre de Josué et reconnaissent certaines figures bibliques ultérieures telles qu'Eli .

Le samaritanisme est décrit en interne comme la religion qui a commencé avec Moïse , inchangée au cours des millénaires qui se sont écoulés depuis. Les samaritains croient que le judaïsme et la Torah juive ont été corrompus par le temps et ne servent plus les devoirs que Dieu a mandatés sur le mont Sinaï . Alors que les Juifs considèrent le Mont du Temple à Jérusalem comme le lieu le plus sacré de leur foi, les Samaritains considèrent le Mont Gerizim , près de Naplouse , comme le lieu le plus sacré de la Terre.

D'autres œuvres religieuses samaritaines comprennent le Memar Markah , la liturgie samaritaine et les codes de droit samaritains et les commentaires bibliques; les chercheurs ont diverses théories concernant les relations réelles entre ces trois textes. Le Pentateuque samaritain est devenu connu du monde occidental en 1631, prouvant le premier exemple de l' alphabet samaritain et déclenchant un débat théologique intense concernant son âge relatif par rapport au texte massorétique . [59]

Origines et histoire

Les civilisations qui se sont développées en Mésopotamie ont influencé certains textes religieux, notamment la Bible hébraïque et le Livre de la Genèse . On dit qu'Abraham est originaire de Mésopotamie. [60]

Le judaïsme se considère comme la religion des descendants de Jacob, [n 2] petit-fils d'Abraham. Il a une vision strictement unitaire de Dieu, et le livre sacré central pour presque toutes les branches est le texte massorétique tel qu'élucidé dans la Torah orale . Aux XIXe et XXe siècles, le judaïsme a développé un petit nombre de branches, dont les plus importantes sont l'orthodoxie , la conservatrice et la réforme .

Le christianisme a commencé comme une secte du judaïsme [n 3] dans le bassin méditerranéen [n 4] du premier siècle de notre ère et a évolué en une religion distincte - le christianisme - avec des croyances et des pratiques distinctes. Jésus est la figure centrale du christianisme, considéré par presque toutes les confessions comme Dieu le Fils , une personne de la Trinité . ( Voir Dieu dans le christianisme . [n 5] ) Les canons bibliques chrétiens sont généralement considérés comme l'autorité ultime, aux côtés de la tradition sacrée dans certains cas.confessions religieuses (telles que l' Église catholique et l' Église orthodoxe orientale ). Au cours de plusieurs siècles, le christianisme s'est divisé en trois branches principales (catholique, orthodoxe et protestante ), des dizaines de dénominations importantes et des centaines de plus petites.

L'islam est né dans la péninsule arabique [n 6] au 7ème siècle de notre ère avec une vision strictement unitaire de Dieu . [n 7] Les musulmans considèrent le Coran comme l'autorité ultime, telle qu'elle est révélée et élucidée par les enseignements et les pratiques [n 8] d'un prophète central, mais non divin, Muhammad. La foi islamique considère que tous les prophètes et messagers depuis Adam jusqu'au messager final (Muhammad) portent les mêmes principes monothéistes islamiques. Peu de temps après sa fondation, l'islam s'est scindé en deux branches principales (l'islam sunnite et l'islam chiite), chacune ayant maintenant un certain nombre de dénominations.

La foi bahá'íe a commencé dans le contexte de l'islam chiite en Perse au XIXe siècle, après qu'un marchand nommé Siyyid 'Alí Muhammad Shírází ait revendiqué la révélation divine et pris le titre de Báb, ou "la porte". Le ministère du Bab a proclamé l'avènement imminent de " celui que Dieu rendra manifeste ", que les baha'is acceptent comme baha'u'llah . Les bahá'ís vénèrent la Torah, les évangiles et le Coran, et les écrits du Báb, de Bahá'u'lláh et de 'Abdu'l-Bahá' sont considérés comme les textes centraux de la foi. Une grande majorité des adhérents sont unifiés sous une seule dénomination. [61]

Les religions abrahamiques moins connues, issues à l'origine de l'islam chiite, comprennent le babisme [n 9] et la foi druze. [62]

Aspects communs

Toutes les religions abrahamiques acceptent la tradition selon laquelle Dieu s'est révélé au patriarche Abraham. [63] Tous sont monothéistes et conçoivent Dieu comme un créateur transcendant et la source de la loi morale . [64] Leurs textes religieux présentent bon nombre des mêmes personnages, histoires et lieux, bien qu'ils les présentent souvent avec des rôles, des perspectives et des significations différents. [65] Les croyants qui sont d'accord sur ces similitudes et sur l'origine abrahamique commune ont également tendance à être plus positifs envers les autres groupes abrahamiques. [66]

Dans les trois principales religions abrahamiques (judaïsme, christianisme et islam), l'individu, Dieu et l'univers sont très séparés les uns des autres. Les religions abrahamiques croient en un dieu jugeant, paternel, entièrement extérieur, auquel l'individu et la nature sont subordonnés. On cherche le salut ou la transcendance non pas en contemplant le monde naturel ou via la spéculation philosophique, mais en cherchant à plaire à Dieu (comme l'obéissance aux souhaits de Dieu ou à sa loi) et à voir la révélation divine comme en dehors de soi, de la nature et de la coutume.

Monothéisme

Toutes les religions abrahamiques prétendent être monothéistes, adorant un Dieu exclusif, bien que connu sous des noms différents. [63] Chacune de ces religions prêche que Dieu crée, est un, gouverne, révèle, aime, juge, punit et pardonne. [21] [67] Cependant, bien que le christianisme ne professe pas croire en trois dieux, mais plutôt en trois personnes , ou hypostases, unies en une seule essence , la doctrine trinitaire , fondamentale de la foi pour la grande majorité des confessions chrétiennes, [ 68] [69] est en conflit avec les concepts juifs et musulmans du monothéisme. Puisque la conception d'une Trinité divine ne se prête pas au tawhid, la doctrine islamique du monothéisme, l'islam considère le christianisme comme diversement polythéiste . [70]

Le christianisme et l'islam vénèrent tous deux Jésus ( arabe : Isa ou Yasu chez les musulmans et les chrétiens arabes respectivement) mais avec des conceptions très différentes :

Cependant, le culte de Jésus, ou l'attribution de partenaires à Dieu (connu sous le nom de shirk dans l'islam et de shituf dans le judaïsme), est généralement considéré comme l' hérésie de l'idolâtrie par l'islam et le judaïsme. [ citation nécessaire ]

Continuité théologique

Toutes les religions abrahamiques affirment un Dieu éternel qui a créé l'univers, qui gouverne l'histoire, qui envoie des messagers prophétiques et angéliques et qui révèle la volonté divine par la révélation inspirée . Ils affirment aussi que l'obéissance à cette divinité créatrice se vit historiquement et qu'un jour Dieu interviendra unilatéralement dans l'histoire humaine lors du Jugement Dernier . Le christianisme, l'islam et le judaïsme ont une vision téléologique de l'histoire, contrairement à la vision statique ou cyclique que l'on trouve dans d'autres cultures [ 72 ] ( cette dernière étant courante dans les religions indiennes).

Ecriture

Toutes les religions abrahamiques croient que Dieu guide l'humanité à travers la révélation aux prophètes, et chaque religion reconnaît que Dieu a révélé des enseignements jusqu'à et y compris ceux de leurs propres Écritures.

Orientation éthique

Une orientation éthique : toutes ces religions parlent d'un choix entre le bien et le mal, qui est associé à l'obéissance ou à la désobéissance à un Dieu unique et à la Loi divine .

Vision eschatologique du monde

Une vision eschatologique du monde de l'histoire et du destin, commençant par la création du monde et le concept que Dieu travaille à travers l'histoire, et se terminant par une résurrection des morts et le jugement final et le monde à venir . [73]

Importance de Jérusalem

Jérusalem est considérée comme la ville la plus sainte du judaïsme. Ses origines peuvent être datées de 1004 avant notre ère [74] lorsque, selon la tradition biblique, David l' a établie comme capitale du Royaume-Uni d'Israël, et son fils Salomon a construit le premier temple sur le mont Moriah . [75] Puisque la Bible hébraïque raconte que le sacrifice d'Isaac a eu lieu là-bas, l'importance du mont Moriah pour les Juifs est antérieure à ces événements importants. Les Juifs prient trois fois par jour dans sa direction, y compris dans leurs prières pour la restauration et la reconstruction du Saint Temple (le Troisième Temple) sur le mont Moriah, fermez le service de la Pâque avec la déclaration mélancolique "L'année prochaine dans la construction de Jérusalem", et rappelez la ville dans la bénédiction à la fin de chaque repas. Jérusalem a été la seule capitale des cinq États juifs qui existent en Israël depuis 1400 avant notre ère (le Royaume-Uni d'Israël , le Royaume de Juda , Yehud Medinata , le Royaume hasmonéen et l'Israël moderne). Il est majoritairement juif depuis 1852 environ et continue jusqu'à aujourd'hui. [76] [77]

Jérusalem était un des premiers centres du christianisme . Il y a eu une présence chrétienne continue depuis. [78] William R. Kenan, Jr., professeur d'histoire du christianisme à l' Université de Virginie , Charlottesville, écrit que du milieu du IVe siècle à la conquête islamique au milieu du VIIe siècle, la province romaine de La Palestine était une nation chrétienne avec Jérusalem sa ville principale. [78] Selon le Nouveau Testament , Jérusalem était la ville où Jésus fut amené enfant pour être présenté au temple [Luc 2:22] et pour la fête de la Pâque . [Luc 2:41]Il a prêché et guéri à Jérusalem, a chassé sans ménagement les changeurs de monnaie en désarroi du temple là-bas, a tenu la Dernière Cène dans une "chambre haute" (traditionnellement le Cénacle ) là-bas la nuit avant d'être crucifié sur la croix et a été arrêté à Gethsémané . Les six parties du procès de Jésus—trois étapes devant un tribunal religieux et trois étapes devant un tribunal romain—ont toutes eu lieu à Jérusalem. Sa crucifixion au Golgotha , son enterrement à proximité (traditionnellement l' église du Saint-Sépulcre ), et sa résurrection, son ascension et sa prophétie de retour , tout s'est produit ou se produira là-bas.

Jérusalem est devenue sainte pour les musulmans, troisième après La Mecque et Médine . La mosquée Al-Aqsa , qui se traduit par "mosquée la plus éloignée" dans la sourate Al-Isra du Coran, et ses environs sont appelés dans le Coran "la terre sainte". La tradition musulmane telle qu'enregistrée dans les hadiths identifie al-Aqsa avec une mosquée à Jérusalem. Les premiers musulmans ne priaient pas vers la Kaaba , mais vers Jérusalem (ce fut la qibla pendant 13 ans) : la qibla fut ensuite transférée à la Kaaba pour accomplir l'ordre d'Allah de prier en direction de la Kaaba (Coran, Al-Baqarah 2 :144–150). Une autre raison de son importance est son lien avec le Miʿrāj ,[79] où, selon le musulman traditionnel, Muhammad est monté à travers les sept cieux sur une mule ailée nommée Buraq , guidé par l' archange Gabriel , à partir de la première pierre sur le mont du Temple , à l'époque moderne sous le dôme du rocher . [80] [81]

Signification d'Abraham

Une interprétation des frontières (en rouge) de la Terre Promise , basée sur la promesse de Dieu à Abraham (Genèse 15:18) [Genèse 15]

Même si les membres du judaïsme, du christianisme et de l'islam ne revendiquent pas tous Abraham comme un ancêtre, certains membres de ces religions ont essayé de le revendiquer comme leur appartenant exclusivement. [30]

Pour les Juifs , Abraham est le patriarche fondateur des enfants d'Israël. Dieu a promis à Abraham : "Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai." [Gén. 12:2] Avec Abraham, Dieu a conclu "une alliance éternelle à travers les âges pour être Dieu pour vous et pour votre postérité à venir". [Gén. 17:7] C'est cette alliance qui fait d'Abraham et de ses descendants les enfants de l'alliance. De même, les convertis, qui adhèrent à l'alliance, sont tous identifiés comme fils et filles d'Abraham. [ citation nécessaire ]

Abraham est avant tout un ancêtre ou un patriarche vénéré (appelé Avraham Avinu (אברהם אבינו en hébreu ) ​​"Abraham notre père") à qui Dieu a fait plusieurs promesses : principalement, qu'il aurait d'innombrables descendants, qui recevraient le pays de Canaan ( la " Terre Promise "). Selon la tradition juive, Abraham a été le premier prophète post- déluge à rejeter l'idolâtrie par une analyse rationnelle, bien que Sem et Eber aient poursuivi la tradition de Noé . [82] [83]

Les chrétiens considèrent Abraham comme un exemple important de foi et un ancêtre spirituel et physique de Jésus. Pour les chrétiens, Abraham est un ancêtre spirituel ainsi que/plutôt qu'un ancêtre direct selon l' interprétation individuelle de Paul l'Apôtre , [Rom. 4: 9–12] avec l' alliance abrahamique «réinterprétée de manière à être définie par la foi en Christ plutôt que par la descendance biologique» ou les deux par la foi ainsi qu'un ancêtre direct; dans tous les cas, l'accent est mis sur la foi comme seule exigence pour que l'Alliance abrahamique s'applique [84] (voir aussi Nouvelle Alliance et supersessionisme ). Dans la croyance chrétienne, Abraham est unmodèle de foi, [Héb. 11: 8–10] [ source non primaire nécessaire ] et son obéissance à Dieu en offrant Isaac est considérée comme une préfiguration de l'offrande de Dieu de son fils Jésus. [ROM. 8:32] [85]

Les commentateurs chrétiens ont tendance à interpréter les promesses de Dieu à Abraham comme s'appliquant au christianisme après, et parfois plutôt que (comme dans le supersessionisme), d'être appliquées au judaïsme, dont les adhérents ont rejeté Jésus . Ils soutiennent cela sur la base que tout comme Abraham, en tant que Gentil (avant qu'il ne soit circoncis ) « crut Dieu et cela lui fut imputé à justice » [Gen. 15:6] (cf. Rom. 4:3, Jacques 2:23), "ceux qui ont la foi sont fils d'Abraham" [Gal. 3:7] (voir aussi Jean 8:39). Ceci est pleinement développé dans la théologie de Paul où tous ceux qui croient en Dieu sont des descendants spirituels d'Abraham. [ROM. 4:20] [Gal. 4:9] [86]Cependant, en ce qui concerne Rom. 4:20 [87] et Gal. 4:9 [88] , dans les deux cas, il se réfère à ces descendants spirituels comme les " fils de Dieu " [Gal. 4:26] plutôt que "les enfants d'Abraham". [89]

Pour les musulmans, Abraham est un prophète , le " messager de Dieu" qui se tient dans la lignée d'Adam à Muhammad, à qui Dieu a donné des révélations, [ Coran  4:163 ] , qui "a élevé les fondations de la Maison" (c'est-à-dire la Kaaba ) [ Coran  2:127 ] avec son premier fils, Isma'il , dont chaque mosquée est le symbole. [90] Ibrahim (Abraham) est le premier d'une généalogie pour Muhammad. L'islam considère Abraham comme "l'un des premiers musulmans" (Sourate 3) - le premier monothéiste dans un monde où le monothéisme a été perdu, et la communauté des fidèles à Dieu, [91]étant ainsi appelé ابونا ابراهيم ou "Notre Père Abraham", ainsi que Ibrahim al-Hanif ou "Abraham le monothéiste". De plus, tout comme le judaïsme, l'islam croit qu'Abraham a rejeté l'idolâtrie par un raisonnement logique. Abraham est également rappelé dans certains détails du pèlerinage annuel du Hajj . [92]

Différences

Dieu

Le Dieu abrahamique est la conception de Dieu qui reste une caractéristique commune à toutes les religions abrahamiques. [93] Le Dieu abrahamique est conçu comme éternel , omnipotent , omniscient et créateur de l'univers . [93] Dieu est en outre considéré comme ayant les propriétés de sainteté, de justice, d' omnibienveillance et d' omniprésence . [93] Les partisans des religions abrahamiques croient que Dieu est aussi transcendant , mais en même temps personnel et impliqué, à l'écoute de la prièreet réagir aux actions de ses créatures. Dieu dans les religions abrahamiques est toujours désigné comme masculin uniquement. [93]

L' étoile de David (ou Magen David ) est un symbole généralement reconnu de l'identité juive moderne et du judaïsme.

Dans la théologie juive , Dieu est strictement monothéiste. Dieu est un être absolu, indivisible et incomparable qui est la cause ultime de toute existence. La tradition juive enseigne que le véritable aspect de Dieu est incompréhensible et inconnaissable et que seul l'aspect révélé de Dieu a donné naissance à l'univers et interagit avec l'humanité et le monde. Dans le judaïsme, le Dieu unique d'Israël est le Dieu d'Abraham, d' Isaac et de Jacob , qui est le guide du monde, a délivré Israël de l'esclavage en Égypte et leur a donné les 613 Mitsvot au Mont Sinaï comme décrit dans la Torah .

Le dieu national des Israélites a un nom propre , écrit YHWH ( hébreu : יְהֹוָה , moderne :  Yehovah , tibérien :  Yəhōwāh ) dans la Bible hébraïque . Le nom YHWH est une combinaison du futur, du présent et du passé du verbe "howa" ( hébreu : הוה ) signifiant "être" et traduit littéralement signifie "Celui qui existe par lui-même". Une autre explication du nom a été donnée à Moïse lorsque YHWH a déclaré Eheye Asher Eheye ( hébreu : אהיה אשר אהיה) "Je serai ce que je serai", le nom se rapporte à Dieu tel que Dieu est vraiment, l'essence révélée de Dieu, qui transcende l'univers. Il représente également la compassion de Dieu envers le monde. Dans la tradition juive un autre nom de Dieu est Elohim , relatif à l'interaction entre Dieu et l'univers, Dieu tel qu'il se manifeste dans le monde physique, il désigne la justice de Dieu, et signifie « Celui qui est la totalité des pouvoirs, des forces et des causes ». dans l'univers".

La croix chrétienne (ou crux) est le symbole religieux le plus connu du christianisme ; cette version est connue sous le nom de croix latine.

Dans la théologie chrétienne , Dieu est l' être éternel qui a créé et préserve le monde. Les chrétiens croient que Dieu est à la fois transcendant et immanent (impliqué dans le monde). [94] [95] Les premières vues chrétiennes de Dieu ont été exprimées dans les épîtres pauliniennes et les premières croyances [n 10] , qui proclamaient un seul Dieu et la divinité de Jésus .

Vers l'an 200, Tertullien formule une version de la doctrine de la Trinité qui affirme clairement la divinité de Jésus et se rapproche de la forme définitive ultérieure produite par le Concile œcuménique de 381 . [96] [97] Les Trinitaires, qui forment la grande majorité des chrétiens , le considèrent comme un principe fondamental de leur foi. [98] [99] Les dénominations non trinitaires définissent le Père, le Fils et le Saint-Esprit de différentes manières. [100]

La théologie des attributs et de la nature de Dieu a été discutée depuis les premiers jours du christianisme, Irénée écrivant au IIe siècle: "Sa grandeur ne manque de rien, mais contient toutes choses". [101] Au 8ème siècle, John de Damas a énuméré dix-huit attributs qui restent largement acceptés. [102] Au fil du temps, les théologiens ont développé des listes systématiques de ces attributs, certains basés sur des déclarations dans la Bible (par exemple, la prière du Seigneur , indiquant que le Père est aux cieux ), d'autres basés sur un raisonnement théologique. [103] [104]

Le mot Dieu écrit en arabe

Dans la théologie islamique , Dieu ( arabe : الله Allāh ) est le créateur, le soutien, l'ordonnateur et le juge tout-puissant et omniscient de tout ce qui existe. [105] L'Islam souligne que Dieu est strictement singulier ( tawḥīd ) [106] unique ( wāḥid ) et intrinsèquement Un ( aḥad ), tout-miséricordieux et omnipotent. [107] Selon les enseignements islamiques, Dieu existe sans lieu [108] et selon le Coran, "Aucune vision ne peut le saisir, mais Son emprise est sur toute vision: Il est au-dessus de toute compréhension, mais connaît toutes choses."[109] Dieu, comme mentionné dans le Coran, est le seul Dieu. [110] [111] La tradition islamique décrit également les 99 noms de Dieu . Ces 99 noms décrivent les attributs de Dieu, notamment le Très Miséricordieux, le Juste, la Paix et la Bénédiction et le Gardien.

La croyance islamique en Dieu est distincte du christianisme en ce que Dieu n'a pas de progéniture. Cette croyance est résumée dans le chapitre 112 du Coran intitulé Al-Ikhlas , qui stipule "Dis, il est Allah (qui est) un, Allah est l'Éternel, l'Absolu. Il n'engendre ni n'a été engendré. à Lui tout équivalent". [ Coran  112:1 ]

Ecritures

Toutes ces religions s'appuient sur un corps d'écritures, dont certaines sont considérées comme la parole de Dieu, donc sacrées et indiscutables, et d'autres l'œuvre d'hommes religieux, vénérées principalement par la tradition et dans la mesure où elles sont considérées comme ayant été divinement inspiré, sinon dicté, par l'être divin.

Les écritures sacrées du judaïsme sont le Tanakh , un acronyme hébreu signifiant Torah (loi ou enseignements), Nevi'im (prophètes) et Ketuvim (écrits). Celles-ci sont complétées et complétées par diverses traditions (à l'origine orales) : le Midrash , la Mishna , le Talmud et les écrits rabbiniques rassemblés. Le Tanakh (ou Bible hébraïque ) a été composé entre 1 400 avant notre ère et 400 avant notre ère par des prophètes , des rois et des prêtres juifs .

Le texte hébreu du Tanakh, et de la Torah en particulier, est considéré comme sacré jusqu'à la dernière lettre : la transcription est faite avec un soin minutieux. Une erreur dans une seule lettre, ornementation ou symbole des plus de 300 000 lettres stylisées qui composent le texte hébreu de la Torah rend un rouleau de la Torah impropre à l'utilisation ; par conséquent, les compétences d'un scribe de la Torah sont des compétences spécialisées, et un rouleau prend un temps considérable à écrire et à vérifier.

Une Bible manuscrite en latin , exposée à l'abbaye de Malmesbury , Wiltshire, Angleterre. Cette Bible a été transcrite en Belgique en 1407 pour être lue à haute voix dans un monastère.

Les écritures sacrées de la plupart des groupes chrétiens sont l' Ancien Testament et le Nouveau Testament . Les Bibles latines contenaient à l'origine 73 livres; cependant, 7 livres, appelés collectivement les Apocryphes ou Deutérocanon selon l'opinion que l'on en a, ont été supprimés par Martin Luther en raison d'un manque de sources hébraïques originales, et varient maintenant selon leur inclusion entre les dénominations. Les Bibles grecques contiennent des matériaux supplémentaires.

Le Nouveau Testament comprend quatre récits de la vie et des enseignements de Jésus (les quatre évangiles ), ainsi que plusieurs autres écrits (les épîtres ) et le livre de l'Apocalypse . Ils sont généralement considérés comme divinement inspirés et constituent ensemble la Bible chrétienne .

La grande majorité des religions chrétiennes (y compris le catholicisme, le christianisme orthodoxe et la plupart des formes de protestantisme) reconnaissent que les évangiles ont été transmis par tradition orale et n'ont été mis sur papier que des décennies après la résurrection de Jésus et que les versions existantes sont des copies. de ces originaux. La version de la Bible considérée comme la plus valide (dans le sens de la meilleure transmission du vrai sens de la parole de Dieu) a considérablement varié : la Septante grecque , la Peshitta syriaque , la Vulgate latine , la version anglaise King James et la version russe. La Bible synodale a fait autorité pour différentes communautés à des moments différents.

Les écritures sacrées de la Bible chrétienne sont complétées par un grand nombre d'écrits rédigés par des chrétiens individuels et des conseils de dirigeants chrétiens (voir le droit canonique ). Certaines églises et dénominations chrétiennes considèrent que certains écrits supplémentaires sont contraignants; d'autres groupes chrétiens considèrent que seule la Bible est contraignante ( sola scriptura ).

Coran du IXe siècle au musée Reza Abbasi

Le livre le plus saint de l'islam est le Coran, comprenant 114 sourates ("chapitres du Coran"). Cependant, les musulmans croient également aux textes religieux du judaïsme et du christianisme dans leurs formes originales, mais pas dans les versions actuelles. Selon le Coran (et la croyance musulmane dominante), les versets du Coran ont été révélés par Dieu par l'intermédiaire de l'archange Jibrail à Muhammad à des occasions distinctes. Ces révélations ont été écrites et également mémorisées par des centaines de compagnons de Muhammad. Ces multiples sources ont été rassemblées en un seul exemplaire officiel. Après la mort de Muhammad, le Coran a été copié sur plusieurs exemplaires et le calife Uthman a fourni ces copies à différentes villes de l'Empire islamique.

Le Coran mentionne et vénère plusieurs des prophètes israélites, dont Moïse et Jésus , entre autres (voir aussi : Prophètes de l'Islam ). Les histoires de ces prophètes sont très similaires à celles de la Bible. Cependant, les préceptes détaillés du Tanakh et du Nouveau Testament ne sont pas adoptés d'emblée; ils sont remplacés par les nouveaux commandements acceptés comme révélés directement par Dieu (à travers Gabriel) à Muhammad et codifiés dans le Coran.

Comme les juifs avec la Torah, les musulmans considèrent le texte arabe original du Coran comme non corrompu et saint jusqu'à la dernière lettre, et toutes les traductions sont considérées comme des interprétations de la signification du Coran, car seul le texte arabe original est considéré comme l'écriture divine. [112]

Comme la loi orale rabbinique de la Bible hébraïque, le Coran est complété par le Hadith , un ensemble de livres d'auteurs ultérieurs enregistrant les paroles du prophète Mahomet. Les Hadith interprètent et élaborent les préceptes coraniques. Les érudits islamiques ont classé chaque hadith selon l'un des niveaux d'authenticité ou d' isnad suivants : authentique ( sahih ), juste ( hasan ) ou faible ( da'if ). [113]

Au IXe siècle, six grandes collections de hadiths étaient acceptées comme fiables par les musulmans sunnites.

Les musulmans chiites, cependant, se réfèrent plutôt à d'autres hadiths authentifiés. [114] Ils sont connus collectivement sous le nom de The Four Books .

Le Hadith et l'histoire de la vie de Muhammad ( sira ) forment la Sunnah , un supplément faisant autorité au Coran. Les opinions juridiques des juristes islamiques ( Faqīh ) fournissent une autre source pour la pratique quotidienne et l'interprétation de la tradition islamique (voir Fiqh .)

Le Coran contient des références répétées à la "religion d'Abraham" (voir Sourates 2 :130,135 ; 3 :95 ; 6 :123,161 ; 12 :38 ; 16 :123 ; 22 :78). Dans le Coran, cette expression fait spécifiquement référence à l'islam ; parfois contrairement au christianisme et au judaïsme, comme dans la sourate 2:135, par exemple : « Ils disent : « Devenez juifs ou chrétiens si vous voulez être guidés (vers le salut) ». Dis-tu (Ô musulmans) : "Non ! (je préférerais) la religion d'Abraham le Vrai, et il n'a pas uni les dieux à Dieu." ' Dans le Coran, Abraham est déclaré avoir été un musulman (un hanif , plus exactement un " monothéiste primordial "), pas un Juif ni un Chrétien (Sourate 3:67).

Eschatologie

Dans les principales religions abrahamiques, il existe l'attente d'un individu qui annoncera le temps de la fin ou amènera le Royaume de Dieu sur Terre; en d'autres termes, la prophétie messianique . Le judaïsme attend la venue du Messie juif ; le concept juif de Messie diffère du concept chrétien de plusieurs manières significatives, bien que le même terme soit appliqué aux deux. Le Messie juif n'est pas vu comme un « dieu », mais comme un homme mortel qui, par sa sainteté, est digne de cette description. Son apparition n'est pas la fin de l'histoire, elle signale plutôt la venue du monde à venir .

Le christianisme attend la seconde venue du Christ, bien que les prétéristes complets croient que cela s'est déjà produit. L'Islam attend à la fois la seconde venue de Jésus (pour achever sa vie et mourir) et la venue du Mahdi (sunnite dans sa première incarnation, Twelver Shia comme le retour de Muhammad al-Mahdi ).

La plupart des religions abrahamiques conviennent qu'un être humain comprend le corps, qui meurt, et l' âme , qui est capable de rester en vie au-delà de la mort humaine et porte l'essence de la personne, et que Dieu jugera la vie de chaque personne en conséquence le Jour du Jugement. L'importance de cela et l'accent mis sur celui-ci, ainsi que les critères précis et le résultat final, diffèrent d'une religion à l'autre. [ citation nécessaire ]

Les opinions du judaïsme sur l'au-delà ("le monde suivant") sont assez diverses. Cela peut être attribué à une tradition presque inexistante d'âmes/esprits dans la Bible hébraïque (une exception possible étant la Sorcière d'Endor ), résultant en une concentration sur la vie présente plutôt que sur la récompense future.

Les chrétiens ont des enseignements plus divers et plus précis sur la fin des temps et ce qui constitue l' au- delà . La plupart des approches chrétiennes incluent soit différentes demeures pour les morts ( ciel , enfer , limbes , purgatoire ) soit la réconciliation universelle parce que toutes les âmes sont faites à l' image de Dieu . Une petite minorité enseigne l' annihilationisme , la doctrine selon laquelle les personnes qui ne sont pas réconciliées avec Dieu cessent tout simplement d'exister.

Dans l'islam, on dit que Dieu est "le plus compatissant et le plus miséricordieux" (Coran 1: 2, ainsi que le début de toutes les sourates sauf une). Cependant, Dieu est aussi « le plus juste » ; L'islam prescrit un enfer littéral pour ceux qui désobéissent à Dieu et commettent un péché grave. Ceux qui obéissent à Dieu et se soumettent à Dieu seront récompensés par leur propre place au Paradis. Alors que les pécheurs sont punis par le feu, il existe également de nombreuses autres formes de punition décrites, en fonction du péché commis; L'enfer est divisé en plusieurs niveaux.

Ceux qui adorent et se souviennent de Dieu se voient promettre une demeure éternelle dans un paradis physique et spirituel. Le paradis est divisé en huit niveaux , le plus haut niveau du paradis étant la récompense de ceux qui ont été les plus vertueux, les prophètes et ceux qui ont été tués en combattant pour Allah (martyrs).

Lors de la repentance à Dieu, de nombreux péchés peuvent être pardonnés, à condition qu'ils ne soient pas répétés, car Dieu est suprêmement miséricordieux. De plus, ceux qui croient en Dieu, mais qui ont mené une vie pécheresse, peuvent être punis pendant un certain temps, puis finalement relâchés au paradis. Si quelqu'un meurt dans un état de Shirk (c'est-à-dire en associant Dieu de quelque manière que ce soit, comme prétendre qu'il est égal à quoi que ce soit ou le nier), ce n'est pas pardonnable - il ou elle restera pour toujours en enfer.

Une fois qu'une personne est admise au Paradis, cette personne y demeurera pour l'éternité. [115]

Culte et rites religieux

Le culte, les cérémonies et les coutumes liées à la religion diffèrent considérablement entre les religions abrahamiques. Parmi les quelques similitudes figurent un cycle de sept jours dans lequel un jour est théoriquement réservé au culte, à la prière ou à d'autres activités religieuses - Shabbat , Sabbat ou jumu'ah ; cette coutume est liée à l'histoire biblique de la Genèse, où Dieu a créé l'univers en six jours et s'est reposé le septième.

La pratique du judaïsme orthodoxe est guidée par l'interprétation de la Torah et du Talmud . Avant la destruction du Temple de Jérusalem , les prêtres juifs y offraient des sacrifices deux fois par jour ; depuis lors, la pratique a été remplacée, jusqu'à ce que le Temple soit reconstruit, par l'obligation pour les hommes juifs de prier trois fois par jour, y compris le chant de la Torah , et face au Mont du Temple de Jérusalem . D'autres pratiques incluent la circoncision , les lois alimentaires , le Shabbat , la Pâque , l'étude de la Torah ., Tefillin , pureté et autres . Le judaïsme conservateur , le judaïsme réformé et le mouvement reconstructionniste s'éloignent tous, à des degrés divers, de la stricte tradition du droit.

Les obligations de prière des femmes juives varient selon la confession ; dans la pratique orthodoxe contemporaine, les femmes ne lisent pas la Torah et ne sont tenues de dire que certaines parties de ces services quotidiens.

Toutes les versions du judaïsme partagent un calendrier commun et spécialisé, contenant de nombreux festivals. Le calendrier est luni-solaire, avec des mois lunaires et une année solaire (un mois supplémentaire est ajouté tous les deux ou trois ans pour permettre à l'année lunaire la plus courte de "rattraper" l'année solaire). Tous les courants observent les mêmes festivals, mais certains les mettent en valeur différemment. Comme d'habitude avec son système juridique étendu, les orthodoxes ont la manière la plus complexe d'observer les fêtes, tandis que la réforme accorde plus d'attention au symbolisme simple de chacune.

Le culte chrétien varie d' une dénomination à l' autre . La prière individuelle n'est généralement pas ritualisée, tandis que la prière de groupe peut être rituelle ou non rituelle selon l'occasion. Pendant les services religieux, une certaine forme de liturgie est fréquemment suivie. Les rituels sont exécutés pendant les sacrements , qui varient également d' une dénomination à l' autre et comprennent généralement le baptême et la communion , et peuvent également inclure la confirmation , la confession , les derniers rites et les ordres sacrés .

La pratique du culte catholique est régie par des documents, y compris (dans la plus grande Église latine occidentale ) le Missel romain . Les individus, les églises et les dénominations accordent une importance différente au rituel - certaines dénominations considèrent que la plupart des activités rituelles sont facultatives (voir Adiaphora ), en particulier depuis la Réforme protestante .

Les adeptes de l'islam (musulmans) doivent observer les cinq piliers de l'islam . Le premier pilier est la croyance en l'unicité d'Allah et en Muhammad comme son prophète final et le plus parfait. La seconde est de prier cinq fois par jour ( salat ) vers la direction ( qibla ) de la Kaaba à La Mecque . Le troisième pilier est l'aumône ( Zakah ), une partie de sa richesse donnée aux pauvres ou à d'autres causes spécifiées, ce qui signifie le don d'une part spécifique de sa richesse et de ses économies à des personnes ou à des causes, comme il est commandé dans le Coran et élucidé quant aux pourcentages spécifiques pour différents types de revenus et de richesses dans le hadith. La part normale à payer est de 2,5 % de ses gains : elle augmente si le travail n'était pas nécessaire, et augmente encore si seul le capital ou les biens étaient nécessaires (c'est-à-dire le produit de la location d'un espace), et augmente à 50 % sur " la richesse non gagnée" telle que la recherche de trésors, et à 100 % sur la richesse considérée comme haram , dans le cadre d'une tentative d'expiation pour le péché, telle que celle obtenue grâce à l'intérêt financier ( riba ).

Le jeûne ( sawm ) pendant le neuvième mois du calendrier lunaire musulman, le Ramadan , est le quatrième pilier de l'islam, auquel tous les musulmans après l'âge de la puberté sont en bonne santé (tel que jugé par un médecin musulman pour pouvoir jeûner sans encourir de grave danger). à la santé : même dans des situations apparemment évidentes, un « médecin musulman compétent et intègre » doit donner son accord), qui ne sont pas menstruées sont tenus d'observer - les jours de jeûne manqués pour une raison quelconque doivent être rattrapés, à moins qu'il n'y ait un arrêt permanent. maladie, comme le diabète, qui empêche une personne de jeûner. Dans un tel cas, la restitution doit être faite en nourrissant un pauvre pour chaque jour manqué.

Enfin, les musulmans sont également tenus, s'ils en sont physiquement capables, d'entreprendre au moins une fois dans leur vie un pèlerinage à La Mecque : il est fortement recommandé de le faire le plus souvent possible, de préférence une fois par an. Seules les personnes dont la situation financière et la santé sont gravement insuffisantes sont dispensées de faire le Hajj (par exemple, si faire le Hajj mettrait à rude épreuve sa situation financière, mais ne se retrouverait pas sans abri ou affamé, il est toujours nécessaire). Au cours de ce pèlerinage, les musulmans passent trois à sept jours en adoration, accomplissant plusieurs rituels strictement définis, notamment la circumambulation de la Kaaba parmi des millions d'autres musulmans et la « lapidation du diable » à Mina .

A la fin du Hajj , les têtes des hommes sont rasées, les moutons et autres animaux halal , notamment les chameaux , sont abattus en sacrifice rituel par saignée au cou selon une méthode d'abattage rituel strictement prescrite similaire à la cacheroute juive , pour commémorer le moment où, selon la tradition islamique, Allah a remplacé le fils d'Abraham, Ismaël (contrairement à la tradition judéo-chrétienne selon laquelle Isaac était le sacrifice prévu) par un mouton, empêchant ainsi le sacrifice humain. La viande de ces animaux est ensuite distribuée localement aux musulmans nécessiteux, aux voisins et aux proches. Enfin, le hajji remet l' ihramet le hajj est terminé. [ citation nécessaire ]

Circoncision

Le judaïsme ordonne que les mâles soient circoncis lorsqu'ils ont 8 jours, comme le fait la Sunna dans l'Islam .

Le christianisme occidental a remplacé la coutume de la circoncision masculine par le rituel du baptême [116] une cérémonie qui varie selon la doctrine de la dénomination, mais qui comprend généralement l' immersion , l' aspersion ou l' onction avec de l'eau. L' Église primitive (Actes 15, Concile de Jérusalem ) a décidé que les chrétiens païens ne sont pas tenus de subir la circoncision. Le concile de Florence au XVe siècle [117] l'interdit. Le paragraphe #2297 du Catéchisme catholique appelle l'amputation non médicale ou la mutilation immorale. [118] [119]Au 21e siècle, l'Église catholique avait adopté une position neutre sur la pratique, tant qu'elle n'est pas pratiquée comme un rituel d'initiation. Les érudits catholiques avancent divers arguments à l'appui de l'idée que cette politique n'est pas en contradiction avec les édits précédents. [120] [121] [122] Le chapitre du Nouveau Testament Actes 15 rapporte que le christianisme n'exigeait pas la circoncision. L' Église catholique maintient actuellement une position neutre sur la pratique de la circoncision non religieuse, [123] et en 1442 elle a interdit la pratique de la circoncision religieuse dans le 11ème Concile de Florence . [124] Chrétiens coptespratiquer la circoncision comme rite de passage. [125] L' Église orthodoxe érythréenne et l' Église orthodoxe éthiopienne appellent à la circoncision, avec une prévalence quasi universelle parmi les hommes orthodoxes en Éthiopie. [126]

De nombreux pays avec des majorités d'adhérents chrétiens ont de faibles taux de circoncision, tandis que la circoncision religieuse et non religieuse est courante dans de nombreux pays à prédominance chrétienne tels que les États-Unis, [127] et les Philippines , l'Australie , [128] et le Canada , le Cameroun , République démocratique du Congo , Éthiopie , Guinée équatoriale , Ghana , Nigéria et Kenya , et de nombreux autres pays africains chrétiens, [129] [130] [131]La circoncision est quasi universelle dans les pays chrétiens d' Océanie . Le christianisme copte et l'orthodoxie éthiopienne et l'orthodoxie érythréenne observent toujours la circoncision masculine et pratiquent la circoncision comme un rite de passage . [125] [132] La circoncision masculine est également largement pratiquée parmi les chrétiens de Corée du Sud , d' Égypte , de Syrie , du Liban , de Jordanie , de Palestine , d'Israël et d'Afrique du Nord . (Voir aussi aposthie .)

La circoncision masculine fait partie des rites de l'islam et fait partie de la fitrah , ou la disposition innée et le caractère naturel et l'instinct de la création humaine. [133]

Restrictions alimentaires

Le judaïsme et l'islam ont des lois alimentaires strictes , avec des aliments autorisés appelés casher dans le judaïsme et halal dans l'islam. Ces deux religions interdisent la consommation de porc ; L'Islam interdit la consommation de boissons alcoolisées de toutes sortes. Les restrictions halal peuvent être considérées comme une modification des lois alimentaires casher, de sorte que de nombreux aliments casher sont considérés comme halal; surtout dans le cas de la viande, que l'islam prescrit doit être abattue au nom de Dieu. Par conséquent, dans de nombreux endroits, les musulmans avaient l'habitude de consommer de la nourriture casher. Cependant, certains aliments non considérés comme casher sont considérés comme halal dans l'islam. [134]

À de rares exceptions près, les chrétiens ne considèrent pas les lois alimentaires strictes de l'Ancien Testament comme pertinentes pour l'Église d'aujourd'hui; voir aussi la loi biblique dans le christianisme . La plupart des protestants n'ont pas de lois alimentaires établies, mais il existe des exceptions minoritaires. [135]

L'Église catholique romaine croit en l'observation de l'abstinence et de la pénitence. Par exemple, tous les vendredis de l'année et le temps du Carême sont des jours de pénitence. [136] La loi d'abstinence oblige un catholique à partir de 14 ans jusqu'à sa mort à s'abstenir de manger de la viande le vendredi en l'honneur de la Passion de Jésus le Vendredi Saint. La Conférence des évêques catholiques des États-Unis a obtenu la permission du Saint-Siège pour les catholiques des États-Unis de substituer une pratique pénitentielle, voire caritative, de leur choix. [137] Les catholiques de rite oriental ont leurs propres pratiques pénitentielles telles que spécifiées par le Code des canons pour les Églises orientales.

L' Église adventiste du septième jour (SDA) embrasse de nombreuses règles et réglementations de l'Ancien Testament telles que la dîme, l'observance du sabbat et les lois alimentaires juives. Par conséquent, ils ne mangent pas de porc, de crustacés ou d'autres aliments considérés comme impurs sous l' Ancienne Alliance . Les "croyances fondamentales" du SDA déclarent que leurs membres "doivent adopter le régime le plus sain possible et s'abstenir des aliments impurs identifiés dans les Écritures". [Lévitique 11:1–47] entre autres [138]

Dans la Bible chrétienne , la consommation d'animaux étranglés et de sang était interdite par décret apostolique [Actes 15:19-21] et est toujours interdite dans l' Église orthodoxe grecque , selon le théologien allemand Karl Josef von Hefele , qui, dans son Commentaire sur le canon II du deuxième concile œcuménique tenu au 4ème siècle à Gangra, note: "Nous voyons en outre qu'au moment du synode de Gangra , la règle du synode apostolique [le concile de Jérusalem des Actes 15] en ce qui concerne au sang et aux choses étranglées était toujours en vigueur ., en effet, elle resta toujours en vigueur comme le montrent encore leurs euchologies. » Il écrit aussi que « jusqu'au VIIIe siècle, le pape Grégoire III , en 731, interdit de manger du sang ou des choses étranglées sous la menace d'une pénitence de quarante ans . jours." [139]

Les Témoins de Jéhovah s'abstiennent de manger du sang et de transfusions sanguines sur la base de Actes 15: 19–21 .

L'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours interdit la consommation d'alcool, de café et de tisane. Bien qu'il n'y ait pas un ensemble d'aliments interdits, l'église encourage les membres à s'abstenir de manger des quantités excessives de viande rouge. [140]

Observance du sabbat

Le sabbat dans la Bible est un jour de repos hebdomadaire et un temps d' adoration . Il est observé différemment dans le judaïsme, le christianisme et l'islam et informe une occasion similaire dans plusieurs autres religions abrahamiques. Bien que de nombreux points de vue et définitions aient surgi au cours des millénaires, la plupart proviennent de la même tradition textuelle.

Prosélytisme

Le judaïsme accepte les convertis, mais n'a pas eu de missionnaires explicites depuis la fin de l' ère du Second Temple . Le judaïsme déclare que les non-juifs peuvent atteindre la justice en suivant les lois de Noahide , un ensemble d'impératifs moraux qui, selon le Talmud , ont été donnés par Dieu [141] comme un ensemble de lois contraignantes pour les "enfants de Noé " - c'est-à-dire, toute l'humanité. [142] [143] On pense que jusqu'à dix pour cent de l'Empire romain ont suivi le judaïsme, soit en tant que juifs entièrement rituellement obligés, soit en tant que rituels plus simples exigés des membres non juifs de cette foi. [144]

Moïse Maïmonide , l'un des principaux enseignants juifs, a commenté: "Citant nos sages, les justes des autres nations ont une place dans le monde à venir s'ils ont acquis ce qu'ils devraient apprendre sur le Créateur". Parce que les commandements applicables aux juifs sont beaucoup plus détaillés et onéreux que les lois de Noahide , les érudits juifs ont traditionnellement soutenu qu'il vaut mieux être un bon non-juif qu'un mauvais juif, décourageant ainsi la conversion. Aux États-Unis, en 2003, 28% des juifs mariés étaient mariés à des non-juifs. [145] Voir aussi Conversion au judaïsme .

Le christianisme encourage l' évangélisation . De nombreuses organisations chrétiennes, en particulier les églises protestantes, envoient des missionnaires dans des communautés non chrétiennes à travers le monde. Voir aussi Grande Commission . Des conversions forcées au catholicisme ont été alléguées à divers moments de l'histoire. Les allégations les plus citées sont les conversions des païens après Constantin ; des musulmans, des juifs et des orthodoxes orientaux pendant les croisades ; des juifs et des musulmans à l'époque de l' Inquisition espagnole , où on leur offrait le choix de l'exil, de la conversion ou de la mort ; et des Aztèques par Hernán Cortés. Des conversions forcées au protestantisme peuvent également avoir eu lieu, notamment lors de la Réforme , notamment en Angleterre et en Irlande (voir récusation et complot papiste ).

Les conversions forcées sont condamnées comme des péchés par les grandes confessions telles que l'Église catholique romaine, qui déclare officiellement que les conversions forcées polluent la religion chrétienne et offensent la dignité humaine, de sorte que les infractions passées ou présentes sont considérées comme un scandale (une cause d'incrédulité). Selon le Pape Paul VI , "C'est l'un des principes majeurs de la doctrine catholique que la réponse de l'homme à Dieu dans la foi doit être libre : personne, par conséquent, ne doit être forcé d'embrasser la foi chrétienne contre sa propre volonté." [146] L'Église catholique romaine a déclaré que les catholiques devaient combattre l'antisémitisme . [147]

Dawah est un concept islamique important qui désigne la prédication de l'Islam. Da'wah signifie littéralement "émettre une convocation" ou "faire une invitation". Un musulman qui pratique la da'wah, soit en tant que travailleur religieux, soit dans le cadre d'un effort communautaire bénévole, est appelé un dā'ī, pluriel du'āt. Un dā'ī est donc une personne qui invite les gens à comprendre l'islam à travers un processus dialogique et peut être catégorisée dans certains cas comme l'équivalent islamique d'un missionnaire, comme celui qui invite les gens à la foi, à la prière ou à la vie islamique. .

Les activités de Da'wah peuvent prendre plusieurs formes. Certains poursuivent des études islamiques spécifiquement pour effectuer la Da'wah. Les mosquées et autres centres islamiques diffusent parfois activement la Da'wah, à l'instar des églises évangéliques. D'autres considèrent qu'être ouvert au public et répondre aux questions relève de la Da'wah. Rappeler les musulmans à la foi et élargir leurs connaissances peut également être considéré comme Da'wah.

Dans la théologie islamique , le but de la Da'wah est d'inviter les gens, musulmans et non musulmans, à comprendre les commandements de Dieu tels qu'exprimés dans le Coran et la Sunnah du Prophète, ainsi que de les informer sur Muhammad. La Da'wah produit des convertis à l'islam, ce qui à son tour augmente la taille de la Oummah musulmane , ou communauté de musulmans.

Dialogue entre les religions abrahamiques

Cette section rend compte d'écrits et d'entretiens qui décrivent ou prônent le dialogue entre les religions abrahamiques.

Amir Hussain
En 2003, un livre intitulé Progressive Muslims: On Justice, Gender, and Pluralism contient un chapitre d' Amir Hussain sur "Muslims, Pluralism, and Interfaith Dialogue" dans lequel il montre comment le dialogue interreligieux fait partie intégrante de l'Islam depuis ses débuts. . Depuis sa «première révélation» pour le reste de sa vie, Muhammad était «engagé dans un dialogue interreligieux». L'islam ne se serait pas propagé sans le "dialogue interreligieux". [148]

Hussain donne un exemple précoce de "l'importance du pluralisme et du dialogue interreligieux" pour l'islam. Lorsque certains des disciples de Mahomet ont subi des "persécutions physiques" à La Mecque , il les a envoyés en Abyssinie , une nation chrétienne, où ils ont été "accueillis et acceptés" par le roi chrétien. Un autre exemple est celui de Cordoue, en Andalousie dans l'Espagne musulmane , aux IXe et Xe siècles. Cordoue était "l'une des villes les plus importantes de l'histoire du monde". À Cordoue, « les chrétiens et les juifs étaient impliqués dans la cour royale et la vie intellectuelle de la ville ». Ainsi, il y a "une histoire de musulmans, de juifs, de chrétiens et d'autres traditions religieuses vivant ensemble dans une société pluraliste".

En ce qui concerne le présent, Hussain dit que l'un des défis auxquels les musulmans sont actuellement confrontés est les passages contradictoires du Coran, dont certains soutiennent la "construction de ponts" interconfessionnels, mais d'autres passages peuvent être utilisés pour "justifier l'exclusion mutuelle". [150]

Trialogue
Le livre de 2007 Trialogue : Juifs, Chrétiens et Musulmans en dialogue affirme sans détour l'importance du dialogue interreligieux : « Nous, les êtres humains, sommes aujourd'hui confrontés à un choix difficile : le dialogue ou la mort ! [151] Le livre du Trialogue donne quatre raisons pour lesquelles les trois religions abrahamiques devraient s'engager dans un dialogue : [152]

1. Ils " viennent des mêmes racines hébraïques et revendiquent Abraham comme leur ancêtre d'origine ".
2. "Les trois traditions sont des religions de monothéisme éthique."
3. Ils "sont tous des religions historiques".
4. Toutes trois sont des « religions de révélation ».

Le pape Benoît XVI
En 2010, le pape Benoît XVI parlait du « dialogue interreligieux ». Il a déclaré que "la nature et la vocation universelles de l'Église exigent qu'elle s'engage dans un dialogue avec les membres des autres religions". Pour les religions abrahamiques, ce "dialogue est fondé sur les liens spirituels et historiques unissant les chrétiens aux juifs et aux musulmans". C'est un dialogue « fondé sur les Saintes Écritures » et « défini dans la Constitution dogmatique sur l'Église Lumen Gentium et dans la Déclaration sur les relations de l'Église avec les religions non chrétiennes Nostra Aetate » . Le Pape a conclu par une prière : « Puissent les Juifs, les Chrétiens et les musulmans. . . donner le beau témoignage de sérénité et de concorde entre les enfants d'Abraham.

Learned Ignorance
Dans le livre de 2011 Learned Ignorance: Intellectual Humility Among Jews, Christians and Muslims , les trois éditeurs abordent la question "pourquoi s'engager dans un dialogue interreligieux ; quel est son but ?" :

  • James L. Heft , un prêtre catholique romain, suggère « que le but du dialogue interreligieux n'est pas seulement une meilleure compréhension mutuelle... mais aussi d'essayer... d'incarner les vérités que nous affirmons ». [154]
  • Omid Safi , musulman, répond à la question "pourquoi s'engager dans le dialogue interreligieux ?" Il écrit, "parce que pour moi, en tant que musulman, Dieu est plus grand que n'importe quel chemin menant à Dieu". Dès lors, « ni moi ni mes traditions n'avons le monopole de la vérité, car en réalité, nous appartenons à la Vérité (Dieu), la Vérité à nous ». [155]
  • Reuven Firestone , un rabbin juif, écrit sur la "tension" entre la "particularité" de sa "propre expérience religieuse" et "l'universalité de la réalité divine" qui, telle qu'exprimée dans l'histoire, a conduit à des conflits verbaux et violents. Ainsi, bien que cette tension puisse ne jamais être "complètement résolue", Firestone dit qu'"il est de la plus haute importance pour les dirigeants religieux de s'engager dans le processus de dialogue". [156]

The Interfaith Amigos
En 2011, TED a diffusé une émission de 10 minutes sur "Briser les tabous du dialogue interreligieux" avec le rabbin Ted Falcon (juif), le pasteur Don Mackenzie (chrétien) et l'imam Jamal Rahman (musulman) connus collectivement sous le nom de The Interfaith Amigos . . Voir leur programme TED en cliquant ici .

Les questions de division doivent être abordées
En 2012, une thèse de doctorat Dialogue entre chrétiens, juifs et musulmans affirme que "le besoin primordial est que les barrières contre les conversations de dialogue non défensives entre chrétiens, juifs et musulmans soient démantelées pour faciliter le développement d'une compréhension commune". sur des sujets qui divisent profondément. » En 2012, la thèse dit que cela n'a pas été fait. [157]

Cardinal Koch
En 2015, le cardinal Kurt Koch , président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens , une organisation « responsable du dialogue de l'Église avec le peuple juif », a été interviewé. Il a noté que l'Église s'engageait déjà dans des "pourparlers bilatéraux avec des chefs religieux juifs et musulmans", mais a déclaré qu'il était trop tôt pour que l'Église organise des pourparlers de "trilogue" avec des représentants des trois religions abrahamiques. Pourtant, a ajouté Koch, "nous espérons que nous pourrons aller dans cette [direction] à l'avenir". [158]

Omid Safi
En 2016, une interview de 26 minutes avec le professeur Omid Safi , musulman et directeur du Duke Islamic Studies Center , a été publiée sur YouTube.com. Dans ce document, Safi a déclaré qu'il a passé sa vie à essayer de combiner "l'amour et la tendresse" qui sont "l'essence de l'être humain" avec " la justice sociale ". [159]

Démographie

Pourcentage mondial d'adhérents par religion abrahamique, à partir de 2015 [160]

  Christianisme (31,2%)
  Islam (24,1%)
  Judaïsme (0,18%)
  Foi bahá'íe (0,07%)
  Autre (45,45%)

Le christianisme est la plus grande religion abrahamique avec environ 2,3 milliards d'adhérents, constituant environ 31,1% de la population mondiale. [161] L'islam est la deuxième plus grande religion abrahamique, ainsi que la religion abrahamique à la croissance la plus rapide. [161] [162] Il compte environ 1,9 milliard d'adhérents, appelés musulmans, qui constituent environ 24,1% de la population mondiale. La troisième plus grande religion abrahamique est le judaïsme avec environ 14,1 millions d'adhérents, appelés juifs. [161] La foi bahá'íe compte environ 7 millions d'adhérents, ce qui en fait la quatrième plus grande religion abrahamique. [163] [164] La foi druze compte entre un million et près de deux millions d'adhérents. [165] [166]

Voir aussi

Remarques

  1. La majorité des publications islamiques religieuses affirment que le croissant est rejeté « par de nombreux savants musulmans ». [1]
  2. ^ Jacob est aussi appelé Israël, un nom que la Bible déclare que Dieu lui a donné.
  3. ^ cf. Christianisme au 1er siècle , histoire du christianisme primitif , judaïsants , apôtre Paul et christianisme juif , et scission du christianisme primitif et du judaïsme .
  4. ^ Avec plusieurs centres, tels que Rome , Jérusalem , Alexandrie , Thessalonique et Corinthe , Antioche , et plus tard étendus vers l'extérieur, ayant finalement deux centres principaux dans l'empire, un pour l' Église d'Occident et un pour l' Église d'Orient à Rome et Constantinople respectivement par le 5ème siècle de notre ère
  5. ^ Dieu trinitaire est aussi appelé la "Sainte Trinité"
  6. ^ L'islam est apparu spécifiquement dans laville de Tihamah à La Mecque etville de Hejaz à Médine d'Arabie
  7. ^ La vision monothéiste de Dieu dans l'islam est appelée tawhid , ce qui est essentiellement la même que la conception de Dieu dans le judaïsme
  8. Les enseignements et les pratiques de Mahomet sont collectivement connus sous le nom de sunna , similaires aux concepts judaïques de loi orale et d' exégèse , ou talmud et midrash .
  9. Historiquement, la foi bahá'íe est née en Perse au XIXe siècle, dans le contexte de l'islam chiite, et peut donc être classée sur cette base comme un courant divergent de l'islam, la plaçant dans la tradition abrahamique. Cependant, la foi bahá'íe se considère comme une tradition religieuse indépendante, issue d'un contexte musulman, mais reconnaît également d'autres traditions. La foi bahá'íe peut également être classée comme un nouveau mouvement religieux , en raison de son origine relativement récente, ou peut être considérée comme suffisamment ancienne et établie pour qu'une telle classification ne soit pas applicable.
  10. Peut-être même des croyances pré-pauliniennes.

Références

Citations

  1. ^ "De nombreux érudits musulmans rejettent l'utilisation du croissant de lune comme symbole de l'islam. Historiquement, la foi de l'islam n'avait pas de symbole et de nombreux musulmans refusent de l'accepter." Fiaz Fazli, magazine Crescent , Srinagar, septembre 2009, p. 42 .
  2. ^ un bcde Bremer , Thomas S. (2015). "Religions abrahamiques" . Formé à partir de ce sol: une introduction à l'histoire diversifiée de la religion en Amérique . Chichester, West Sussex : Wiley-Blackwell . p. 19–20. ISBN 978-1-4051-8927-9. RCAC 2014030507  . S2CID 127980793 . 
  3. ^ un bcdefgh Abulafia , Anna Sapir ( 23 septembre 2019) . "Les religions abrahamiques" . www.bl.uk . Londres : British Library . Archivé de l'original le 12 juillet 2020 . Récupéré le 9 mars 2021 .
  4. ^ "Philosophie de la religion" . Britannica.com . 2010. Archivé de l'original le 21 juillet 2010 . Récupéré le 24 juin 2010 .
  5. ^ a b Hatcher & Martin 1998 , pp. 130–31.
  6. ^ un b Capable, John (2011). Apocalypse Secrets: Interprétation baha'ie du Livre de l'Apocalypse . McLean, Virginie : John Able Books Ltd. p. 219. ISBN 978-0-9702847-5-4. Archivé de l'original le 23 juillet 2015 . Récupéré le 9 septembre 2021 .
  7. ^ "Les prophètes qui sont descendus d'Abraham" . bahaiteachings.org/ . 16 juillet 2016 . Récupéré le 2 octobre 2021 .
  8. ^ un b Dever, Guillaume G. (2001). "Se rendre à" l'histoire derrière l'histoire "" . Que savaient les écrivains bibliques et quand le savaient - ils ? 978-0-8028-2126-3. OCLC  46394298 .
  9. ^ Atzmon, G.; Hao, L.; Pe'er, je.; et coll. (juin 2010). "Les enfants d'Abraham à l'ère du génome : les principales populations de la diaspora juive comprennent des groupes génétiques distincts avec une ascendance moyen-orientale partagée" . Journal américain de génétique humaine . Cell Press au nom de l' American Society of Human Genetics . 86 (6): 850–859. doi : 10.1016/j.ajhg.2010.04.015 . PMC 3032072 . PMID 20560205 .   [1] Archivé le 30 mai 2016 à la Wayback Machine La religion israélite a ses origines dans les religions cananéennes de l' âge du bronze , elle s'est distinguée des autres religions cananéennes à l'âge du fer I en raison de l'accent mis sur le culte monolatristique de Yahweh . Le judaïsme est probablement devenu entièrement monothéiste au 6ème siècle avant notre ère ( âge du fer II ). [2] Archivé le 30 mai 2016 sur la Wayback Machine
  10. ^ Voir :
    • Louis Jacobs (1995), p. 272
    • Turner (2005), p. 16
  11. ^ Classification de CJ Adams de religions : Géographique . Britannica.com, 2007 Archivé le 14 décembre 2007 à la Wayback Machine . Récupéré le 15 mai 2013
  12. ^ un b NW, 1615 L. St; Washington, bureau 800 ; Renseignements, DC 20036 USA202-419-4300 | Principal202-419-4349 | Télécopieur202-419-4372 | Médias (2 avril 2015). "Composition religieuse par pays, 2010-2050" . Projet sur la religion et la vie publique du Pew Research Center . Récupéré le 3 février 2022 .
  13. ^ * "Pourquoi 'Abrahamique'?" . Lubar Institute for Religious Studies à l'Université du Wisconsin. Archivé de l'original le 4 octobre 2013 . Récupéré le 3 mars 2012 .
  14. ^ Obeïd, Anis (2006). Les Druzes et leur foi en Tawhid . Presse universitaire de Syracuse. p. 1. ISBN 978-0-8156-5257-1.
  15. ^ "Religion abrahamique" . Christianisme : Détails sur.. . Guide du christianisme. Archivé de l'original le 30 septembre 2008 . Récupéré le 19 septembre 2009 .
  16. ^ Massignon 1949 , p. 20-23
  17. ^ Guy G.Stroumsa , La fabrication des religions abrahamiques dans l'Antiquité tardive, ISBN 978-0-191-05913-1 Oxford University Press 2015 p.7 
  18. ^ un b Jon D. Levenson, Hériter d'Abraham: L'héritage du patriarche dans le judaïsme, le christianisme et l'islam, Princeton University Press , 2014 ISBN 978-0-691-16355-0 ch.1 & pp.3, 6, 178 -179 
  19. ^ Scherman, pp. 34–35.
  20. ^ Sahih al-Bukhari, Livre 55, hadith n°. 584 ; Livre 56, hadith no. 710
  21. ^ un b Dodds, Adam (juillet 2009). "Les Foi Abrahamiques? Continuité et Discontinuité dans la Doctrine Chrétienne et Islamique". Trimestrielle évangélique . 81 (3): 230–253. doi : 10.1163/27725472-08103003 .
  22. ^ Rue verte, p. 95.
  23. ^ "Dr Alan L. Berger" . Université de l'Atlantique de Floride . Archivé de l'original le 4 mars 2016 . Récupéré le 15 octobre 2016 .
  24. ^ Alan L. Berger, éd., Trialogue and Terror: Judaism, Christianity, and Islam after 9/11 (Wipf and Stock Publishers, 2012), xiii.
  25. ^ Hughes, Aaron W. (2012). Religions abrahamiques : sur les usages et les abus de l'histoire . New York : Presse universitaire d'Oxford . pp. 3–4, 7–8, 17, 32. doi : 10.1093/acprof:oso/9780199934645.001.0001 . ISBN 978-0-19-993464-5. S2CID  157815976 .
  26. ^ Pavlac, Brian A (2010). Une étude concise de la civilisation occidentale: suprématies et diversités . Chapitre 6.
  27. ^ Religions » Islam » Islam en un coup d'œil Archivé le 21 mai 2009 à la Wayback Machine , BBC, 5 août 2009.
  28. ^
  29. ^ Bausani, Alessandro ; MacEoin, Denis (14 juillet 2011) [15 décembre 1982]. "ʿAbd-al-Bahaʾ" . Encyclopédie Iranica . Vol. Je/1. New York : Université Columbia . p. 102–104. doi : 10.1163/2330-4804_EIRO_COM_4280 . ISSN 2330-4804 . Archivé de l'original le 16 novembre 2012 . Récupéré le 25 octobre 2020 . 
  30. ^ un b "Pourquoi 'Abrahamique'?" . Institut Lubar d'études religieuses à l' Université du Wisconsin-Madison . 2007. Archivé de l'original le 9 août 2014 . Récupéré le 15 septembre 2014 .
  31. ^ Institut du Caire pour les études sur les droits de l'homme (29 août 2008). "Racisme, discrimination raciale, xénophobie et formes d'intolérance associées, suivi et mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d'action de Durhan" (PDF) . Conseil des droits de l'homme ; Neuvième session ; Point 9 de l' ordre du jour . Les Nations Unies. Archivé (PDF) de l'original le 16 juillet 2011 . Récupéré le 19 septembre 2009 .
  32. ^ Lawson, Todd (13 décembre 2012). Cusack, Carole M.; Hartney, Christopher (éd.). "Histoire religieuse baha'ie" . Revue d'histoire religieuse . 36 (4): 463–470. doi : 10.1111/j.1467-9809.2012.01224.x . ISSN 1467-9809 . Archivé de l'original le 27 septembre 2013 . Récupéré le 5 septembre 2013 - via la bibliothèque bahá'íe en ligne. 
  33. ^ Beit-Hallahmi, Benjamin (28 décembre 1992). Rosen, Roger (éd.). L'encyclopédie illustrée des nouvelles religions, sectes et cultes actifs (1ère éd.). New York : Pub Rosen. Grouper. p. 48–49. ISBN 978-0-8239-1505-7.
  34. ^ Forgeron 2008 , p. 106.
  35. ^ un b Cole 2012 , pp. 438-446.
  36. ^ Smith 2008 , pp. 107–108.
  37. ^ Léo-Paul Dana (1er janvier 2010). Entrepreneuriat et Religion . Éditions Edward Elgar . p. 314.ISBN _ 978-1-84980-632-9.
  38. ^ Terri Morrison; Wayne A. Conaway (24 juillet 2006). Embrasser, incliner ou serrer la main: Le guide le plus vendu pour faire des affaires dans plus de 60 pays (éd. illustré). Média Adams . p. 259. ISBN 978-1-59337-368-9.
  39. ^ Hendrix, Scott; Okeja, Uchenna, éd. (2018). Les plus grands chefs religieux du monde: comment les personnalités religieuses ont contribué à façonner l'histoire du monde [2 volumes] . ABC-CLIO. p. 11. ISBN 978-1440841385.
  40. ^ Corduan, Winfried (2013). Confessions voisines : une introduction chrétienne aux religions du monde . p. 107. ISBN 978-0-8308-7197-1.
  41. ^ Mackey, Sandra (2009). Miroir du monde arabe : le Liban en conflit . p. 28. ISBN 978-0-393-33374-9.
  42. ^ Lev, David (25 octobre 2010). "MK Kara: les Druzes descendent des Juifs" . Nouvelles nationales d'Israël . Arutz Sheva . Récupéré le 13 avril 2011 .
  43. ^ Blumberg, Arnold (1985). Sion avant le sionisme : 1838–1880 . Syracuse, NY : presse universitaire de Syracuse. p. 201 . ISBN 978-0-8156-2336-6.
  44. ^ Rosenfeld, Judy (1952). Billet pour Israël : un guide informatif . p. 290.
  45. ^ Nejla M. Abu Izzeddin (1993). Les Druzes : une nouvelle étude de leur histoire, de leur foi et de leur société . BARBUE. p. 108–. ISBN 978-90-04-09705-6. Archivé de l'original le 7 juillet 2014.
  46. ^ Daftary, Farhad (2 décembre 2013). Une histoire de l'islam chiite . IBTauris. ISBN 978-0-85773-524-9.
  47. ^ un bc Quilliam , Neil (1999). La Syrie et le Nouvel Ordre Mondial . Presse de l'Université du Michigan. p. 42. ISBN 9780863722493.
  48. ^ un bc La Nouvelle Encyclopédie Britannica . Encyclopédie Britannica. 1992. p. 237. ISBN 9780852295533. Les croyances religieuses druzes se sont développées à partir des enseignements d'Isma'ill. Divers éléments juifs, chrétiens, gnostiques, néoplatoniciens et iraniens sont cependant combinés sous une doctrine de strict monothéisme.
  49. ^ Rosenthal, Donna (2003). Les Israéliens : des gens ordinaires dans un pays extraordinaire . Simon et Schuster. p. 296. ISBN 978-0-684-86972-8.
  50. ^ un bc Kapur, Kamlesh (2010). Histoire de l'Inde ancienne . Sterling Publishers Pvt. Ltd ISBN 978-81-207-4910-8.
  51. ^ Les Israéliens: des gens ordinaires dans un pays extraordinaire Archivé le 20 mars 2017 à la Wayback Machine , Donna Rosenthal, Simon et Schuster, 2003, p. 296
  52. ^ Swayd, SDSU, Dr. Samy, Druze Spirituality and Asceticism , Eial, archivé à partir de l'original (un brouillon abrégé; RTF ) le 5 octobre 2006
  53. ^ Nisan 2002 , p. 95 .
  54. ^ "Druze" . druze.org.au. 2015. Archivé de l'original le 14 février 2016.
  55. ^ Hitti, Philip K. (1928). Les origines du peuple druze et de la religion : avec des extraits de leurs écrits sacrés . Bibliothèque d'Alexandrie. p. 37. ISBN 9781465546623.
  56. ^ Dana, Nissim (2008). Les Druzes au Moyen-Orient : leur foi, leur leadership, leur identité et leur statut . Presse de l'Université du Michigan. p. 17. ISBN 9781903900369.
  57. ^ un bcdefghij Chryssides , George D. ( 2001 ) [ 1999 ] . « Nouvelles religions indépendantes : le rastafarisme » . Explorer de nouvelles religions . Problèmes dans la religion contemporaine. Londres et New York : Continuum International . p. 269–277. doi : 10.2307/3712544 . ISBN 9780826459596. JSTOR  3712544 . OCLC  436090427 . S2CID  143265918 .
  58. ^ Tsedaka 2013 .
  59. ^ Florentin, Moshé (2005). Hébreu samaritain tardif : une analyse linguistique de ses différents types . Études en langues sémitiques et linguistique. Vol. 43. Leyde : Éditeurs Brill . ISBN 978-90-04-13841-4. ISSN  0081-8461 .
  60. ^ Bertman, Stephen (2005). Manuel de la vie dans l'ancienne Mésopotamie (édition de poche). Oxford [ua] : Université d'Oxford. Presse. p. 312. ISBN 978-0195183641.
  61. ^ "La foi bahá'íe - Le site Web de la communauté bahá'íe mondiale" . Bahai.org . Archivé de l'original le 4 septembre 2015 . Récupéré le 5 septembre 2015 . les religions du monde viennent de la même source et sont essentiellement des chapitres successifs d'une religion de Dieu
  62. ^ * Dolbee, Sandi (27 mars 2003). « Foi, espoir et compréhension : les adolescents se posent des questions et se renseignent sur les religions des autres » . L'Union de San Diego-Tribune . p. E.1. Archivé de l'original le 11 janvier 2012 . Récupéré le 3 mars 2012 .
  63. ^ un b Peters, Francis E. ; Esposito, John L. (2006). Les enfants d'Abraham : judaïsme, christianisme, islam . Presse universitaire de Princeton. ISBN 978-0-691-12769-9.
  64. ^ "Religion : Trois Religions – Un Dieu" . Connexions mondiales du Moyen-Orient . Fondation éducative WGBH . 2002. Archivé de l'original le 17 septembre 2009 . Récupéré le 20 septembre 2009 .
  65. ^ Kunst, JR; En ligneThomsen, L. (2014). "Fils prodigues: la double catégorisation abrahamique médiatise les effets néfastes du fondamentalisme religieux sur les relations chrétiens-musulmans" . Le Journal international de la psychologie de la religion . 25 (4) : 1–14. doi : 10.1080/10508619.2014.937965 . hdl : 10852/43723 . S2CID 53625066 . 
  66. ^ Kunst, J.; Thomsen, L.; En ligneSam, D. (2014). "Réunion abrahamique tardive? Le fondamentalisme religieux prédit négativement la double catégorisation du groupe abrahamique parmi les musulmans et les chrétiens" . Journal européen de psychologie sociale . 44 (4): 337–348. doi : 10.1002/ejsp.2014 .
  67. ^ Dodds, Adam. "Les croyances abrahamiques? Continuité et discontinuité dans la doctrine chrétienne et islamique" (PDF) . Le complot divin . Archivé (PDF) de l'original le 6 juillet 2017.
  68. ^ "La Trinité" . BBC . Juillet 2011. Archivé de l'original le 20 septembre 2018.
  69. ^ Perman, Matt (janvier 2006). "Qu'est-ce que la doctrine de la Trinité?" . désirant Dieu . Archivé de l'original le 30 octobre 2018.
  70. ^ Hoover, Jon. "Monothéisme islamique et la Trinité" (PDF) . Université de Waterloo . Archivé (PDF) de l'original le 5 janvier 2013.
  71. ^ Uri Rubin, Prophètes et prophétie , Encyclopédie du Coran
  72. ^ Samuel P. Huntington : Der Kampf der Kulturen. Die Neugestaltung der Weltpolitik im 21. Jahrhundert, Francfort 1997, p. 337.
  73. ^ Wiener, Philip P. Dictionnaire de l'Histoire des Idées. Archivé le 21 juillet 2009 à la Wayback Machine Charles Scribner's Sons, 1973–74. Le centre de texte électronique de la bibliothèque de l'Université de Virginie. Récupéré le 4 août 2009.
  74. ^ Spencer C. Tucker, Priscilla Roberts (12 mai 2008). L'Encyclopédie du conflit arabo-israélien : Une histoire politique, sociale et militaire Une histoire politique, sociale et militaire . ABC-CLIO. p. 541.ISBN _ 9781851098422. Archivé de l'original le 30 mai 2016 . Récupéré le 14 octobre 2015 .
  75. ^ Steven Fine (2011). Le Temple de Jérusalem : de Moïse au Messie : en l'honneur du professeur Louis H. Feldman . BARBUE. p. 302–303. ISBN 978-9004192539. Archivé de l'original le 29 mai 2016 . Récupéré le 14 octobre 2015 .
  76. ^ Morgenstern, Arié; Traduit par Joel A. Linsider (2006). « Épilogue : émergence d'une majorité juive à Jérusalem » . Hâter la rédemption : le messianisme et la réinstallation de la terre d'Israël . États-Unis : Oxford University Press. p. 201. ISBN 978-0-19-530578-4.
  77. ^ Lapidoth, Ruth; Moshé Hirsch (1994). La question de Jérusalem et sa résolution : documents sélectionnés . Éditeurs Martinus Nijhoff. p. 384.ISBN _ 978-0-7923-2893-3.
  78. ^ un b Wilken, Robert L. "Depuis des temps immémoriaux? Habitants en Terre Sainte." Christian Century , 30 juillet – 6 août 1986, p. 678.
  79. ^ "Mi'raj - Islam" . Archivé de l'original le 29 juin 2011 . Récupéré le 26 octobre 2009 .
  80. ^ "Jérusalem (Britannica)" Archivé le 21 novembre 2009 à la Wayback Machine , Jérusalem (Britannica)
  81. ^ "Mosquée Al-Aqsa - mosquée, Jérusalem" . Archivé de l'original le 18 janvier 2011 . Récupéré le 26 octobre 2009 .
  82. ^ Shultz, Joseph P. "Deux vues des patriarches", dans Nahum Norbert Glatzer, Michael A. Fishbane, Paul R. Mendes-Flohr (eds.) (1975). Textes et réponses : Études présentées à Nahum N. Glatzer à l'occasion de son 70e anniversaire par ses élèves . Éditeurs Brill . p. 51–52. ISBN 9789004039803 
  83. ^ Kaplan, Aryeh (1973). "Le Juif". Le lecteur d'Aryeh Kaplan . Publications de Mésorah . p. 161. ISBN 9780899061733 
  84. Blasi, Turcotte, Duhaime, p. 592.
  85. ^ MacArthur, John (1996). "L'hymne de la sécurité". Le commentaire de MacArthur sur le Nouveau Testament : Romains . Chicago : Moody Press . ISBN 978-0-8254-1522-7.
  86. ^ "Ainsi, ceux qui ont la foi sont bénis avec Abraham, l'homme de foi." "En d'autres termes, ce ne sont pas les enfants par descendance physique qui sont les enfants de Dieu, mais ce sont les enfants de la promesse qui sont considérés comme la progéniture d'Abraham." (Rom. 9:8)
  87. ^ Rom. 4:20 , Version King James (Norme d'Oxford, 1769)
  88. ^ Gal. 4: 9 , version King James (norme d'Oxford, 1769)
  89. ^ Bickerman, p. 188cf.
  90. ^ Leeming, David Adams (2005). Le compagnon Oxford de la mythologie mondiale . États-Unis : Oxford University Press. p. 209 . ISBN 978-0-19-515669-0.
  91. ^ Fischer, Michael MJ; Mehdi Abedi (1990). Débattre des musulmans : dialogues culturels dans la postmodernité et la tradition . Presse de l'Université du Wisconsin. p.  163-166 . ISBN 978-0-299-12434-2.
  92. ^ Hawting, Gerald R. (2006). Le développement du rituel islamique ; Volume 26 de La formation du monde islamique classique . Ashgate Publishing, Ltd. pp. xviii, xix, xx, xxiii. ISBN 978-0-86078-712-9.
  93. ^ un bcd Christiano , Kevin J.; Kivisto, Pierre; Swatos, Jr., William H., éd. (2015) [2002]. "Excursus sur l'histoire des religions" . Sociologie de la religion: développements contemporains (3e éd.). Walnut Creek, Californie : AltaMira Press . p. 254–255. doi : 10.2307/3512222 . ISBN 978-1-4422-1691-4. JSTOR  3512222 . RCAC 2001035412  . S2CID 154932078 . 
  94. ^ Doctrine chrétienne de base par John H. Leith (1er janvier 1992) ISBN 0664251927 pages 55–56 
  95. ^ Présentation de la doctrine chrétienne (2e édition) par Millard J. Erickson (1er avril 2001) ISBN 0801022509 pages 87–88 
  96. ^ Prestige GL Pères et Hérétiques SPCK:1963, p. 29
  97. ^ Kelly, JND Early Christian Doctrines A & C Black:1965, p. 280
  98. ^ Dictionnaire Mercer de la Bible édité par Watson E. Mills, Roger Aubrey Bullard 2001 ISBN 0865543739 page 935 
  99. ^ Kelly, JND Early Christian Doctrines A & C Black: 1965, p. 115
  100. ^ Théologie: Les bases par Alister E. McGrath (21 septembre 2011) ISBN 0470656751 pages 117-120 
  101. ^ Irénée de Lyon par Eric Francis Osborn (26 novembre 2001) ISBN 0521800064 pages 27-29 
  102. ^ Dictionnaire mondial de théologie par William A. Dyrness, Veli-Matti Kärkkäinen, Juan F. Martinez et Simon Chan (10 octobre 2008) ISBN 0830824545 pages 352–353 
  103. ^ Doctrine chrétienne par Shirley C. Guthrie (1er juillet 1994) ISBN 0664253687 pages 111 et 100 
  104. ^ Hirschberger, Johannes. Historia de la Filosofía I, Barcelone : Herder 1977, p. 403
  105. ^ Gerhard Böwering God and his Attributes , Encyclopaedia of the Qurʾān Quran.com, Islam: The Straight Path , Oxford University Press, 1998, p. 22
  106. ^ John L. Esposito, Islam: The Straight Path , Oxford University Press, 1998, p. 88
  107. ^ Chisholm, Hugh, éd. (1911). "Allah"  . Encyclopædia Britannica . Vol. 01 (11e éd.). La presse de l'Universite de Cambridge. pages 686–687.
  108. ^ Chisholm, Hugh, éd. (1911). "Islam"  . Encyclopædia Britannica . Vol. 14 (11e éd.). La presse de l'Universite de Cambridge. p. 873.
  109. ^ Coran  6:103
  110. ^ Coran  29:46
  111. ^ FE Peters, Islam , p. 4, Princeton University Press, 2003
  112. ^ Boulanger, Mona ; Saldanha, Gabriela (2008). Encyclopédie Routledge des études de traduction . Routledge. p. 227. ISBN 978-0-415-36930-5.
  113. ^ 'Uthmān ibn 'Abd al-Raḥmān Ibn al-Ṣalāḥ al-Shahrazūrī; Eerik Dickinson (2006). Une introduction à la science des hadiths : Kitab Ma'rifat Anwa' 'ilm Al-hadith . Grenat & Ithaca Press. p. 5. ISBN 978-1-85964-158-3.
  114. ^ Momen, Moojan (1985). Une introduction à l'islam chiite: l'histoire et les doctrines du chiisme duodécimains . Presse universitaire de Yale. pp. 173–4. ISBN 978-0-300-03531-5. Archivé de l'original le 31 mai 2016 . Récupéré le 14 octobre 2015 .
  115. ^ al-Misri, Ahmad ibn Naqib (1994). Reliance of the Traveler (édité et traduit par Nuh Ha Mim Keller) . Publications Amana. p. 995–1002. ISBN 978-0-915957-72-9.
  116. ^ Encyclopédie juive: Baptême Archivé le 12 juin 2008 à la Wayback Machine : "Selon les enseignements rabbiniques, qui dominaient même pendant l'existence du Temple (Pes. viii. 8), le baptême, à côté de la circoncision et du sacrifice, était une condition absolument nécessaire être remplie par un prosélyte du judaïsme (Yeb. 46b, 47b ; Ker. 9a ; 'Ab. Zarah 57a ; Shab. 135a ; Yer. Kid. iii. 14, 64d). La circoncision, cependant, était beaucoup plus importante, et , comme le baptême, s'appelait un "sceau" (Schlatter, "Die Kirche Jerusalems", 1898, p. 70).Mais la circoncision étant abandonnée par le christianisme, et les sacrifices ayant cessé, le baptême restait la seule condition d'initiation à la vie religieuse. La cérémonie suivante, adoptée peu après les autres, fut lal'imposition des mains , qui, on le sait, était l'usage des Juifs lors de l'ordination d'un rabbin. L'onction d'huile, qui accompagnait d'abord aussi l'acte du Baptême, et était analogue à l'onction des prêtres chez les Juifs, n'était pas une condition nécessaire".
  117. ^ "Concile œcuménique de Florence (1438–1445)" Archivé le 16 août 2006 à la Wayback Machine . La bibliothèque de référence sur la circoncision. Récupéré le 10 juillet 2007.
  118. ^ Catéchisme de l'Église catholique: Article 5 - Le cinquième commandement Archivé le 29 juin 2007 à la Wayback Machine . Christus Rex et Redemptor Mundi. Récupéré le 10 juillet 2007.
  119. ^ Dietzen, Jean. "La moralité de la circoncision" Archivé le 10 août 2006 à la Wayback Machine , The Circumcision Reference Library. Récupéré le 10 juillet 2007.
  120. ^ "Questions fréquemment posées : l'Église catholique et la circoncision" . www.catholicdoors.com . Récupéré le 4 janvier 2021 .
  121. ^ "Les catholiques devraient-ils circoncire leurs fils? - Réponses catholiques" . Catholic.com . Archivé de l'original le 22 décembre 2015 . Récupéré le 21 décembre 2015 .
  122. ^ "Le Catéchisme interdit la mutilation délibérée, alors pourquoi la circoncision non thérapeutique est-elle autorisée?" . Archivé de l'original le 22 décembre 2015 . Récupéré le 21 décembre 2015 .
  123. ^ Slosar, JP; En ligneO'Brien, D. (2003). "L'éthique de la circoncision masculine néonatale: une perspective catholique". Journal américain de bioéthique . 3 (2): 62–64. doi : 10.1162/152651603766436306 . PMID 12859824 . S2CID 38064474 .  
  124. ^ Eugène IV, Pape (1990) [1442]. "Concile œcuménique de Florence (1438–1445): Session 11-4 février 1442; Bulle d'union avec les Coptes" . Dans Norman P. Tanner (éd.). Décrets des conciles œcuméniques . 2 volumes (en grec et en latin). Washington, DC : Georgetown University Press . ISBN 978-0-87840-490-2. RCAC 90003209  . Archivé de l'original le 25 avril 2009 . Récupéré le 25 avril 2007 . il dénonce tous ceux qui après ce temps observeront la circoncision
  125. ^ un b "la Circoncision" . Encyclopédie Colombie . Presse universitaire de Columbia. 2011. Archivé de l'original le 24 septembre 2015 . Récupéré le 28 juin 2015 .
  126. ^ Adams, Grégoire; Adams, Kristina (2012). "La circoncision dans l'Église chrétienne primitive: la controverse qui a façonné un continent" . Dans Bolnick, David A.; Koyle, Martin; Yosha, Assaf (éd.). Guide chirurgical de la circoncision . Londres : Springer. p. 291–298. doi : 10.1007/978-1-4471-2858-8_26 . ISBN 978-1-4471-2857-1. Archivé de l'original le 7 avril 2014 . Récupéré le 6 avril 2014 .
  127. ^ Ray, Mary G. "82% des hommes du monde sont intacts" , Mothers Against Circumcision, 1997.
  128. ^ Richters, J.; Smith, AM ; de Visser, RO; Grulich, AE; Rissel, CE (août 2006). « Circoncision en Australie : prévalence et effets sur la santé sexuelle ». Int J MST SIDA . 17 (8): 547–54. doi : 10.1258/095646206778145730 . PMID 16925903 . S2CID 24396989 .  
  129. ^ Williams, BG; et coll. (2006). "L'impact potentiel de la circoncision masculine sur le VIH en Afrique subsaharienne" . PLOS Med . 3 (7) : e262. doi : 10.1371/journal.pmed.0030262 . PMC 1489185 . PMID 16822094 .  
  130. ^ "Questions et réponses: essais de circoncision masculine adulte parrainés par le NIAID au Kenya et en Ouganda" . Institut national des allergies et des maladies infectieuses. Décembre 2006. Archivé de l'original le 9 mars 2010.
  131. ^ "La circoncision chez les Dogon" . Base de données des composantes non européennes du patrimoine européen (NECEP). 2006. Archivé de l'original le 16 janvier 2006 . Récupéré le 3 septembre 2006 .
  132. ^ Van Doorn-Harder, Nelly (2006). « Christianisme : christianisme copte » . Encyclopédie Worldmark des pratiques religieuses . 1 . Archivé de l'original le 22 décembre 2015.
  133. ^ Australie, Service d'information musulman de. "La circoncision masculine dans l'islam" . Archivé de l'original le 29 novembre 2013 . Récupéré le 16 novembre 2013 .
  134. ^ "Halal & Healthy: Is Casher Halal" Archivé le 23 août 2009 à la Wayback Machine , SoundVision.com - Informations et produits islamiques. 5 août 2009.
  135. ^ Schuchmann, Jennifer. "Dieu se soucie-t-il de ce que nous mangeons?" , Today's Christian , janvier/février 2006. Récupéré le 6 août 2009.
  136. ^ Canon 1250, 1983. Le Code de droit canonique de 1983 précise les obligations des catholiques de rite latin.
  137. ^ "Jeûne et Abstinence" Archivé le 1er mars 2009 à la Wayback Machine , Catholic Online. 6 août 2009.
  138. ^ "Croyances fondamentales" Archivé le 10 mars 2006 à la Wayback Machine , n° 22. Comportement chrétien. Site Web de l'Église adventiste du septième jour. 6 août 2009.
  139. ^ Schaff, Philippe. "Canon II du Concile de Gangra". Les sept conciles œcuméniques . 6 août 2009. Commentaire sur le Canon II de Gangra Archivé le 20 décembre 2016 sur la Wayback Machine .
  140. ^ "Doctrine et Alliances 89" . churchofjesuschrist.org .
  141. Selon l'Encyclopédie Talmudit (édition hébraïque, Israël, 5741/1981, Entrée Ben Noah , page 349), la plupart des autorités médiévales considèrent que les sept commandements ont été donnés à Adam , bien que Maïmonide ( Mishneh Torah , Hilkhot M'lakhim 9:1) considère que la loi alimentaire a été donnée à Noé.
  142. L'Encyclopédie Talmudit (édition hébraïque, Israël, 5741/1981, entrée Ben Noah , introduction) précise qu'après le don de la Torah , le peuple juif n'était plus dans la catégorie des fils de Noah ; cependant, Maïmonide (Mishneh Torah, Hilkhot M'lakhim 9: 1) indique que les sept lois font également partie de la Torah, et le Talmud (Bavli, Sanhedrin 59a, voir aussi Tossafot ad. loc.) déclare que les Juifs sont obligés de toutes les choses auxquelles les Gentils sont obligés, bien qu'avec quelques différences dans les détails.
  143. ^ Comparez Genèse 9: 4–6 .
  144. ^ Barraclough, Geoffrey , éd. (1981) [1978]. Spectrum–Times Atlas van de Wereldgeschiedenis [ L'Atlas des temps de l'histoire mondiale ]. Le Spectre. p. 102–103. (en néerlandais)
  145. ^ Kornbluth, Doron. Pourquoi se marier juif? . Southfield, MI: Targum Press, 2003. ISBN 978-1-56871-250-5 
  146. ^ Pape Paul VI. "Déclaration sur la liberté religieuse" Archivée le 11 février 2012 à la Wayback Machine , 7 décembre 1965.
  147. ^ Pullella, Philip (10 décembre 2015). "Le Vatican dit que les catholiques ne doivent pas essayer de convertir les juifs, doivent combattre l'antisémitisme" . Reuters. Archivé de l'original le 12 janvier 2016 . Récupéré le 13 janvier 2016 .
  148. ^ Amir Hussain, "Musulmans, pluralisme et dialogue interreligieux", dans Progressive Muslims: On Justice, Gender, and Pluralism , éd. Omid Safi, 252-253 (Oneworld Publications, 2003).
  149. ^ Amir Hussain, "Musulmans, pluralisme et dialogue interconfessionnel", dans Progressive Muslims: On Justice, Gender, and Pluralism , éd. Omid Safi, 253-254 (Oneworld Publications, 2003).
  150. ^ Amir Hussain, "Musulmans, pluralisme et dialogue interreligieux", dans Progressive Muslims: On Justice, Gender, and Pluralism , éd. Omid Safi, 254 ans (Oneworld Publications, 2003).
  151. ^ Leonard Swidler, Khalid Duran, Reuven Firestone, Trialogue: Juifs, chrétiens et musulmans en dialogue (vingt-troisième publications, 2007), 1, 7.
  152. ^ Leonard Swidler, Khalid Duran, Reuven Firestone, Trialogue: Juifs, chrétiens et musulmans en dialogue (vingt-troisième publications, 2007), 38.
  153. ^ "Ecclesia in Medio Oriente: Exhortation apostolique post-synodale sur l'Église au Moyen-Orient: Communion et Témoignage (14 septembre 2012) - BENOÎT XVI" . Archivé de l'original le 22 octobre 2016 . Récupéré le 15 octobre 2016 .
  154. ^ James L. Heft, Reuven Firestone et Omid Safi, Ignorance apprise: humilité intellectuelle parmi les juifs, les chrétiens et les musulmans (Oxford University Press, États-Unis, 2011), 301–302.
  155. ^ James L. Heft, Reuven Firestone et Omid Safi, éditeurs, Learned Ignorance: Intellectual Humility Among Jews, Christians and Muslims (Oxford University Press, USA, 2011), 305.
  156. ^ James L. Heft, Reuven Firestone et Omid Safi, éditeurs, Learned Ignorance: Intellectual Humility Among Jews, Christians and Muslims (Oxford University Press, USA, 2011), 308.
  157. ^ "Ian Rex Fry, Dialogue entre chrétiens, juifs et musulmans (thèse de doctorat, 2012), 37, 333. Récupéré le 3 juillet 2016" (PDF) . Archivé (PDF) de l'original le 4 mars 2016 . Récupéré le 15 octobre 2016 .
  158. ^ "Cardinal Koch: Trialogue entre catholiques, juifs, musulmans?" . Archivé de l'original le 19 octobre 2016 . Récupéré le 15 octobre 2016 .
  159. ^ Parmida Mostafavi (19 avril 2016). "Entretien avec le professeur Omid Safi [Eng Subs]" . Youtube . Archivé de l'original le 10 mars 2017 . Récupéré le 15 octobre 2016 .
  160. ^ Hackett, Conrad; McClendon, David (2015). "Les chrétiens restent le groupe religieux le plus important au monde, mais ils sont en déclin en Europe" . Centre de recherche Pew .
  161. ^ un bc "la Composition Religieuse par Pays, 2010-2050 " . Projet sur la religion et la vie publique du Pew Research Center . 2 avril 2015 . Récupéré le 2 septembre 2021 .
  162. ^ "L'avenir de la population musulmane mondiale: projections de 2010 à 2013" Consulté en juillet 2013.
  163. ^ Britannica 2010 .
  164. ^ Encyclopédie chrétienne mondiale 2001 , p. 1:4.
  165. ^ C. Held, Colbert (2008). Modèles du Moyen-Orient: lieux, personnes et politique . Routledge. p. 109. ISBN 9780429962004. Dans le monde, ils sont environ 1 million, dont environ 45 à 50 % en Syrie, 35 à 40 % au Liban et moins de 10 % en Israël. Récemment, il y a eu une diaspora druze croissante.
  166. ^ Samy Swayd (10 mars 2015). Dictionnaire historique des Druzes (2 éd.). Rowman et Littlefield. p. 3. ISBN 978-1-4422-4617-1. La population mondiale druze à l'heure actuelle approche peut-être les deux millions; ...

Source

Lectures complémentaires

Liens externes