Acier de 8 cm

Acier de 8 cm
Canon de campagne Staal de 8 cm
TaperCanon de campagne
Lieu d'origineAllemagne, Suisse
Historique des services
En service1880-1940
Utilisé parArmée royale néerlandaise
Historique de fabrication
FabricantKrupp
Caractéristiques
Masse
  • Fût 450 kg
  • Complet 1000 kg
Longueur2 300 millimètres [1]

Calibre8,4 centimètres (3,31 pouces)
Vitesse initiale461 m/s. [1]
Champ de tir efficace
  • 1882 : 5 000 m [2]
  • 1929 : 5 500 m [3]

Le Staal de 8 cm est un canon de campagne hollandais du XIXe siècle. Il remplace le bronze A. de 8 cm . Le canon et le chariot en acier ont été fabriqués par Krupp à Essen, en Allemagne. À son tour, le Staal de 8 cm serait remplacé par le Krupp 7,5 cm modèle 1903 . Le « 8 staal » fut remis en service en toute hâte à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Évolution, Histoire

Les 8 cm précédents A. Bronze

Après la guerre franco-prussienne, le gouvernement néerlandais a acheté un Feldkanone Ord 1871 de 8,4 cm en Suisse. Il s'agissait d'un canon de campagne rayé à chargement par la culasse avec un canon en bronze. Les Néerlandais commencèrent alors à le produire localement en 1874. Aux Pays-Bas, cette arme deviendra connue sous le nom de 8 cm A. Bronze. Le « A » ( Achterlaad ) le distinguait des chargeurs par la bouche en bronze de 8 cm, « 8 cm » était l'abréviation de 84 mm. Même lors de la production des premiers 8 cm A. Bronze, il y avait un vif débat quant à savoir si le bronze était encore adapté aux canons d'armes à feu.

L'acier de 8 cm

Au cours de l'été 1876, un comité d'artillerie néerlandais organisa des essais comparatifs entre leurs chargeurs par culasse de 8 cm A. Bronze et Krupp en acier de 87 mm. Les résultats étaient clairement en faveur de cette dernière. Le comité recommanda donc de se procurer des canons en acier, mais rien ne fut fait pendant quelques années. [4] En 1879, le gouvernement néerlandais avait décidé que le BL en bronze de 8 cm serait remplacé soit par un canon en acier, soit par un canon dit en bronze d'acier (voir Franz von Uchatius ). Pendant ce temps, trois canons en acier et en bronze furent construits dans la seconde moitié de 1879. [5]

Sur le budget de 1880, une demande extraordinaire fut faite de 700 000 florins pour 60 canons en acier et en bronze. Il était accompagné d'une remarque selon laquelle si l'essai avec le pistolet en acier et en bronze échouait, le ministre achèterait rapidement un nombre égal de pistolets en acier. [6] En 1880, l'essai hollandais avec des canons en acier et en bronze pour l'armée échoua de manière inattendue. [7] Plus tard en 1880, le ministre de la Défense décida alors d'acheter un canon de 84 mm à Krupp. [8] Il deviendrait connu sous le nom d'acier de 8 cm. Cela était généralement abrégé en « 8 staal ».

Remplacement progressif

L'acier de 8 cm est devenu obsolète avec l'introduction du Canon de 75 modèle 1897 en 1897. Il fut bientôt suivi par le 7,7 cm FK 96 nA et la première version M.02/03 du Krupp 7,5 cm modèle 1903 que les Néerlandais acheté par le gouvernement et qui a ensuite été également produit localement.

En 1933, les 16e et 17e régiments d'artillerie, qui disposaient chacun encore de 6 batteries de 8 cm Staal, les firent remplacer par 2 batteries de Krupp 7,5 cm modèle 1903. Cela signifiait que le 8 Staal ne faisait plus partie de l'armée de campagne. [9] Le Staal de 8 cm a ensuite été stocké, mais de nouveau utilisé à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Caractéristiques

Baril

Acier de 8 cm sur chariot.

Le canon du 8 Staal a été fabriqué par Krupp. Il s'agissait d'un canon de fusil construit , avec une bobine pressée sur la partie arrière sur plus de la moitié du canon. [1] Cela rend la partie avant du canon nettement plus petite que l'arrière plus large et permet une distinction facile entre le 8 cm A. bronze et le 8 staal. La forme de la partie culasse du canon est très similaire à celle du 8 cm A. bronze, ici la distinction entre les deux est claire par la position de la vis et de la poignée qui ferme la culasse. Avec le 8 staal, sa position verticale est au-dessus du centre de la culasse. (voir photo) La culasse elle-même était d'un type Krupp comparable à celle utilisée sur les hollandais 12 cm Lang staal Lang et 15 cm Lang staal. La longueur du canon de 8 branches était de 2 300 mm. Il pesait 450 kg. Il présentait 24 rainures de 1,25 mm de profondeur, progressant de 1,48 à 5,58 degrés à 25 cm avant la bouche, là où la rotation devenait constante. [1]

Le chariot

Le chariot du 8 staal était en acier. Il possédait une double vis d'élévation qui permettait une élévation de 20 degrés et une déclinaison de 5 degrés. Le chariot ne permettait pas le réglage latéral du pistolet. Au lieu de cela, un pic à main (voir richtspaak sur la photo) était coincé dans un anneau à l'extrémité du chariot.

Les roues en bois avec pneus en fer étaient du système Thonet . Au-dessus de l'essieu se trouvaient deux sièges pour les artilleurs. La longueur du chariot était de 2 910 mm. Le tourillon ( tappenas ) était à 1 080 mm au-dessus du sol. La voiture elle-même, sans équipement, pesait 518 kg. L'affût équipé complet avec canon pesait 1 000 kg. [1] Le chariot transportait deux cartouches. [dix]

Pour le transport des munitions, il y avait un wagon à caissons pesant 1 112 kg. Le caisson contenait 46 obus annulaires et 46 éclats d'obus. [11]

Souple

Pendant le transport, le canon était remorqué par un avant-train à deux roues . La caisse à munitions était en tôle. Au-dessus, il y avait de la place pour une partie de l'équipage du canon. Il y avait deux accoudoirs en fer avec une ceinture pour le dossier entre les deux et des coussins de siège. Le membre avait un essieu en acier et des roues du système Thonet, le reste de la structure et la flèche étaient en bois. L'attelage complet sans fourrage pesait 938 kg. [1] L'avant-garde contenait 17 obus annulaires, 17 tirs d'obus, [11] et 2 tirs de cartouche. [dix]

Transport

L'attelage et la voiture étaient tirés par six chevaux.

Capacités

Avec une charge standard de 1,6 kg de poudre noire, la vitesse initiale de l'obus de 7 kg était de 461 m/s. [1] La charge était presque le double de la charge de 840 grammes [12] du précédent bronze A. de 8,4 cm. La différence de vitesse à la bouche était de 461 m/s au lieu de 377 m/s. La portée maximale du 8 Staal était de 5 km pour l'obus annulaire et de 3,7 km pour l'obus shrapnel. Cette dernière était limitée par la fusée temporelle. Cependant, dans les années 1880, on ne tirait généralement pas à des distances supérieures à 3 000 m. [13]

En résumé, le 8 Staal avait une portée plus longue, était plus précis et restait précis. C'était également un avantage en termes d'effet de fragmentation. En général, les obus explosaient 2 m après avoir touché le sol, soit dans le deuxième arc [14] juste après un ricochet. Un angle aussi plus petit était donc préférable. Les différences de précision et d'effet entre le 8 cm A. bronze et le 8 staal peuvent être comparées comme suit : [1] [15]

Propagé 8 cm A.brons Acier de 8 cm
Angle de frappe à 2 000 m 5° 12′ 3° 38′
50% d'altitude à 2 000 m 3,1 m 1,68 m
50% de largeur à 2 000 m 3,5 m 1,37 m
50% de longueur à 2 000 m 27 m 18 m
50% de largeur à 3 000 m 9 m 2,15 m
50% de longueur à 3 000 m 31 m 23 m

Munition

Le 8 staal tirait une grenade ou un obus annulaire ( ringgranaat , Ringgranate , obus à anneaux ) de forme cylindro-ogivale. À l’extérieur, il y avait deux bandes de cuivre. Le premier avait un diamètre égal au calibre du canon, le plus en arrière au diamètre de la rainure, soit 86,5 mm. La coque en fonte était à double paroi, la paroi intérieure étant composée de 12 anneaux à dix dents. Il mesurait 243 mm de long, dont la partie cylindrique mesurait 83 mm de long. Il pesait 7 kg. La charge explosive 270 g de poudre à canon n° 2. Cet obus commun a explosé avec la fusée à percussion qui était utilisée dans l'obus du 8 cm A. bronze. [1] Cet obus était très similaire à celui tiré par le Suisse 8,4 cm Feldgeschütz Ord 1879.

Le tir d'obus ( granaatkartets ) était de la même forme. La tête était en fonte, la partie cylindrique et la base étaient en acier. La tête était vissée sur la base et comportait un canal pour la fusée. Il contenait 166 balles en plomb et en étain de 14,1 mm de diamètre, pesant chacune 16 grammes. Cette coque mesurait 205 mm de long, dont la partie cylindrique mesurait 83 mm de long. Il pesait 7,06 kg. Sa charge explosive à la base pesait 70 g. Cet obus à éclats d'obus détonait à l'aide d'une fusée temporisée pouvant être réglée entre 300 et 3 700 m. [1]

Les cartouches de tir ( kartets ) destinées à la défense rapprochée étaient en tôle . Il mesurait 237 mm de long et pesait 7,00 kg. Il contenait 99 balles '1/8' de 21,8 mm pesant 48 grammes chacune et 32 ​​balles '1/18' de diamètre 16,5 mm pesant 21 grammes chacune. [1]

Opérations

Fait partie de l'artillerie de siège

Après l'introduction du 7 veld comme canon de campagne, le 8 cm fut transféré à l'artillerie de fortification. Dans l'organisation de 1922, l'artillerie de campagne était composée uniquement de 7 canons Veld et d'obusiers. En 1927, le régiment d'artillerie de fortification fut dissous. À partir de ses vestiges, deux régiments d' artillerie d'Onbereden (artillerie non montée) furent formés. Son état-major qui maniait les canons en acier de 8 cm et les canons d'infanterie de 6 veld fut transféré à l'artillerie de campagne. [16]

Par conséquent, l'organisation de l'artillerie de campagne après 1927 comptait quatre régiments de 36,8 cm chacun. Il s'agissait des 16e et 17e régiments d'artillerie de l'armée et des 22e et 23e régiments d'artillerie de réserve. Lors de la réorganisation de 1933, ces régiments furent réarmés avec quatre batteries de 7 canons Veld chacune. L'acier de 8 cm a ensuite été stocké. [17]

La Seconde Guerre mondiale

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement néerlandais a formé de nouvelles unités d'artillerie armées d'environ 100 canons de 8 cm. À l’époque, l’arme était plus que obsolète. Il avait une cadence de tir très faible, car il lui manquait un mécanisme de recul. Les dispositifs de visée devaient être retirés avant chaque tir, et la visée latérale devait être effectuée en déplaçant la queue du chariot. De plus, il ne pouvait pas résister aux pressions explosives élevées des armes plus modernes, ce qui signifiait qu'il avait une portée beaucoup plus courte. Il constituait également une cible haute et visible dépourvue de bouclier blindé pour protéger son équipage. La seule note positive était qu'il avait un tir assez précis jusqu'à environ 3 km de distance. [18]

Près de Mill, dans le Brabant septentrional, les troupes allemandes franchissent les lignes à bord d'un train blindé le 10 mai. Ceux-ci descendirent ensuite du train dans le village de Zélande et attaquèrent les lignes par l'arrière. Entre Zeeland et Mill, ils sont tombés sur 9 morceaux d'acier de 8 cm récemment arrivés. Ceux-ci firent demi-tour et déjouèrent l'attaque allemande au nord. [19] Entre Gennep et Mook , un seul poteau de 8 cm a également résisté avec véhémence. [20]

Remarques

  1. ^ abcdefghijk Anonyme 1881.
  2. ^ De l'esprit 1882, p. 90.
  3. ^ "Land- en Zeemacht" . Le Vadorland . 19 décembre 1929.
  4. ^ De l'esprit 1882, p. 81.
  5. ^ Wichers 1879, p. 11.
  6. ^ "Statebegrooting pour 1880". Algemeen Handelsblad . 22 septembre 1879.
  7. ^ Van Alles Wat 1880, p. 540.
  8. ^ Reuther 1880, p. 114.
  9. ^ "Wijziging in de oorlogsorganisatie". Le Vadorland . 31 octobre 1933.
  10. ^ ab De Wit 1882, p. 91.
  11. ^ ab De Wit 1882, p. 92.
  12. ^ Reuther 1872, p. 146.
  13. ^ De l'esprit 1882, p. 89.
  14. ^ Boogaard 1882, p. 385.
  15. ^ Boogaard 1882, p. 384.
  16. ^ Nierstrasz 1970, p. 233.
  17. ^ Nierstrasz 1970, p. 234.
  18. ^ De Jong 1969, p. 369.
  19. ^ De Jong 1970, p. 84.
  20. ^ De Jong 1970, p. 79.

Sources

  • Anonyme (1881), "Het Nederlandsche stalen veldkanon van 8 cm", Militair Weekblad , Gebroeders Belinfante, 's Gravenhage, no. 52
  • Boogaard, FH (1882), "Leiding van het granaatvuur, uit het het stalen veldgeschut", Militaire Spectator , Broese en Comp. Bréda : 378-391
  • De Jong, Lou (1969), Het Koninkrijk der Nederlanden in de Tweede Wereldoorlog (PDF) , vol. II, Martinus Nijhoff, 's-Gravenhage
  • De Jong, Lou (1970), Het Koninkrijk der Nederlanden in de Tweede Wereldoorlog (PDF) , vol. III, Martinus Nijhoff, 's-Gravenhage
  • Nierstrasz, VE (1970), De strijd op Nederlands grondgebied tijdens de Wereldoorlog II Voorgeschiedenis van 1922-1939
  • Reuther (1872), "Rapport... vergelijkend onderzoek omtrent een Zwitsersch achterlaadkanon van 8 cm et een Nederlandsch kanon van 8 cm", Verslagen, Rapporten en Memorien Omtrent Militaire Onderwerpen , De gebroeders van Cleef, 's Gravenhage, V : 123– 192
  • Reuther (1880), "Staatsbegrooting voor het dienstjaar 1881", Militaire Spectator, Bijblad , Broese en Comp. Bréda : 75-153
  • Van Alles Wat (1880), "Medeelingen betreffende de Nederlandsche Artilerie", Militaire Spectator , Broese en Comp. Bréda : 533-541
  • Wichers, HO (1879), "Staatsbegrooting voor het dienstjaar 1879", Militaire Spectator , Broese en Comp. Bréda : 1–35
  • De Wit, C. (1882), "Het nieuwe Nederlandsche Veldgeschut", Militaire Spectator , Broese en Comp. Bréda : 81-93

Liens externes

  • 8 articles en guerre pour la Hollande
Récupéré de "https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=8_cm_staal&oldid=1172647242"