3e Bataillon de Parachutistes (Belgique)

Commandement belge des Nations Unies (1950-1955)
3e bataillon de paracommandos (1955-1959)
3e bataillon de parachutistes (1959-)
Des soldats du 3e Bataillon de parachutistes
défilent à Courtrai , 1971.
Actif1950-
Pays Belgique Luxembourg (1950-1953)
 
BifurquerComposante terrestre
Taper Infanterie légère aéroportée
RôleAssaut aérien
Taille500
Partie deRégiment d'opérations spéciales
Garnison/QGTielen
Devise(s)"Belgique"
FiançaillesGuerre de Corée
Crise du Congo
Liban
Guerre en Afghanistan
Insigne
Brevet de Qualification Parachute
Brevet de Qualification Commando
Détachement du 3e bataillon Parachutistes défilant devant le Roi le 21 juillet 1989, Place des Palais à Bruxelles.

Le 3e Bataillon de Parachutistes ( français : 3 ème Bataillon Parachutistes , néerlandais : 3 Bataljon Parachutisten ) est une formation militaire de la Composante Terre belge et fait partie du Régiment d'Opérations Spéciales . Il perpétue les traditions régimentaires des volontaires belges de la guerre de Corée .

Corps de volontaires pour la Corée

Après le déclenchement de la guerre de Corée en 1950, les Nations Unies ont demandé une assistance militaire au gouvernement belge. La Belgique, consciente du coût énorme et des difficultés logistiques liées à l’envoi d’un grand nombre d’hommes ou d’équipements à travers le monde, a choisi de placer une unité d’élite sous le commandement de l’ONU. [1] Puisque la constitution belge interdisait d'envoyer quiconque autre que des volontaires dans des déploiements à l'étranger en temps de paix, il n'était pas possible d'envoyer un bataillon existant, c'est pourquoi le Commandement belge des Nations Unies (connu sous le nom de BUNC) a été créé. Le BUNC a également incorporé un peloton de volontaires luxembourgeois. Les soldats du BUNC portaient des bérets marron avec un nouvel insigne de casquette pour les distinguer des autres unités belges.

Le BUNC a participé à plusieurs engagements clés de la guerre de Corée à partir de 1951, notamment la bataille de la rivière Imjin , la bataille de Haktang-ni et la bataille de Chatkol . Le BUNC a remporté la Presidential Unit Citation (États-Unis) et la Presidential Unit Citation (République de Corée) pour son héroïsme, et les citations pour ces batailles sont incluses sur l'étendard régimentaire. Sur les 3 000 soldats belges qui ont servi en Corée, plus de 100 ont été tués au combat entre l'arrivée du bataillon en 1951 et l'armistice de 1953. [1] Les dernières forces belges quittent la Corée en 1955.

Opérations majeures

Congo

Somalie

Kosovo

Afghanistan

Niger

Maintien de la paix

Somalie

Soldats de l'ONUSOM du paracommando belge en Somalie, 1993

En décembre 1992, le 1er Bataillon de parachutistes s'est déployé en Somalie dans le cadre de la mission des Nations Unies dirigée par les États-Unis , Opération Restore Hope . Leur rôle consistait à protéger la distribution de l'aide de l'ONU, ainsi qu'à rechercher les militants. Le 3e bataillon de parachutistes a ensuite été également déployé dans le pays.

En 1993, deux soldats du 3e bataillon de parachutistes ont été arrêtés, après qu'une photo montrant apparemment deux soldats tenant un garçon somalien au-dessus d'un incendie soit apparue dans les journaux belges. [2] Deux soldats ont été jugés en Belgique, mais tous deux ont été acquittés par un tribunal militaire faute de preuves. [3]

Liban

Des soldats du 3e Bataillon de parachutistes ont été déployés pour maintenir la paix au Liban dans le cadre de la mission FINUL des Nations Unies . La force belge, connue sous le nom de BELUBAT (puisqu'elle est également conjointe avec le Luxembourg ).

Composition

Le bataillon était bilingue (français-néerlandais) depuis sa création jusqu'en 1982, mais est désormais uniquement néerlandophone.

Le personnel du 3e bataillon de parachutistes et du 2e bataillon de commandos sont tous entraînés de la même manière et sont désignés comme paracommandos à la fin de leur formation. Le personnel affecté au 3e bataillon de parachutistes reçoit le béret parachute marron et porte le brevet de qualification de parachutiste au-dessus de la droite. Poche poitrine latérale avec brevet belge "Commando Dagger" sur la manche supérieure droite

Organisation

Le 3ème Bataillon de Parachutistes comprend :

  • Société du siège social
  • 17e compagnie de parachutistes (assaut) à Gavere
  • 22e compagnie de parachutistes (assaut) à Tielen
  • 21e Compagnie de Parachutistes (Soutien Spécial et Reconnaissance) à Tielen

La 21e compagnie de parachutistes est passée d'une compagnie d'assaut à la SSR lorsque le régiment d'opérations spéciales a été formé à partir de la brigade légère .

Voir également

Les références

  1. ^ ab Bud, Guy. "Les Belges et la guerre de Corée". Archivé de l'original le 13/12/2014 . Récupéré le 24 novembre 2012 .
  2. ^ "Les bonnes intentions se sont transformées en honte". L'économiste . 3 juillet 1997 . Récupéré le 24 novembre 2012 .
  3. ^ Ammerlaan, Nieck (30 juin 1997). "Des soldats belges acquittés lors du procès en Somalie". Reuters . Récupéré le 24 novembre 2012 .

Liens externes

  • "3 Bataljon Parachutisten" (en néerlandais). www.mil.be . Récupéré le 19 novembre 2012 .
Récupéré de "https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=3rd_Paratroopers_Battalion_(Belgium)&oldid=1201199202"