2e Division d'infanterie (France)

2e Division d'infanterie
Actif1815-1940
Pays France
BifurquerArmée
TaperDivision d'infanterie
RôleInfanterie
FiançaillesGuerre de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale

La 2e Division d'infanterie française ( français : 2e Division d'Infanterie, 2e DI ) était l'une des plus anciennes divisions de l' armée française .

Chefs de la 2e division d'infanterie

  • 22 mars 1815 : Général de division Donzelot
  • .
  • 1870 : Général Martineau des Chenez
  • .
  • 18 octobre 1873 : Général Bellecourt
  • 18 novembre 1878 – 10 janvier 1880 : général Blot
  • .
  • 28 février 1880-14 septembre 1880 : général de Courcy
  • 11 novembre 1880 : Général Vilmette
  • 11 janvier 1882 : Général Bardin
  • 17 juillet 1887-24 février 1891 : général Mathelin
  • .
  • 4 avril 1891-4 novembre 1891 : général Swiney
  • 11 novembre 1891 – 9 janvier 1892 : général Peting de Vaulgrenant
  • .
  • 24 mai 1894-26 octobre 1899 : général Strohl
  • 28 octobre 1899 – 11 mai 1905 : général de Germiny
  • .
  • 17 juin 1905 : Général Bertrand
  • 30 septembre 1905 : Général de Chomer
  • 25 mars 1906 : Général Durand
  • 20 juillet 1907 – 31 mai 1908 : général de Chomer
  • .
  • 17 juin 1908 – 18 juillet 1911 : Général Cramezel de Kerhué
  • 28 juillet 1911 – 20 mars 1914 : général Bizart
  • .
  • 2 août 1914 : Général Deligny
  • 8 septembre 1914 : Colonel Garnier-Duplessix
  • 21 septembre 1914 : Général Brulard
  • 16 juillet 1915 : Général Guignadaudet
  • 17 juin 1917 – 15 juillet 1920 : Général Mignot [1]
  • .
  • 27 août 1940 – 10 novembre 1940 : Général Etcheberrigarray

Les Cent Jours

Brigade Schmitz , commandée par le général de brigade Nicolas Schmitz.

13e Régiment d'infanterie légère
17e régiment d'infanterie de ligne

Brigade Aulard, commandée par le général de brigade Pierre Aulard.

19e Régiment d'infanterie de ligne
51e Régiment d'infanterie de ligne

10e compagnie du 6e régiment d'artillerie à pied, composée de 8 hommes.

Guerre de 1870

La division faisait partie de l' armée du Rhin , commandée par le maréchal Mac Mahon .

Composition :

50e régiment d'infanterie de ligne
74e Régiment d'infanterie de ligne
78e Régiment d'infanterie de ligne
1er régiment de tirailleurs algériens

Après la dissolution de l'armée impériale, elle rejoint la nouvelle Armée de la Loire , commandée par le général Louis d'Aurelle de Paladines .

2e Division d'infanterie : Général Martineau des Chenez

1ère Brigade : Général Dariés
5ème Bataillon de Marche : Commandant Chamard
39ème Régiment de Ligne : Colonel Jouffroy
Légion étrangère  : Lieutenant-colonel de Curten
25e Régiment mobile (Gironde) : Lieutenant-colonel d'Artigolles
2e Brigade : Général Rébillard
2ème Régiment de Zouaves : Lieutenant-Colonel Logerot
30e Régiment de Marche : Lieutenant-Colonel Bernard de Seigneurens
29e Régiment mobile (Maine-et-Loire) : lieutenant-colonel de Paillot
Artillerie :
18ème batterie du 9ème Régiment : Capitaine Pariaud
18ème batterie du 12ème Régiment : Capitaine Grosclerc
14ème batterie du Régiment de Garde Montée : Capitaine Chastang
Génie : 2ème section de la 19ème compagnie du 3ème Régiment

Première Guerre mondiale

Composition pendant la guerre

La 2e Division d'infanterie est mobilisée dans la 1re Région militaire en août 1914. Son infanterie était à l'origine organisée en deux brigades. En novembre 1916, la division est triangularisée. Les deux régiments de la 3e Brigade furent envoyés à la 51e Division d'infanterie, tandis que ceux de la 4e Brigade et la 208e nouvellement rattachée (qui venait de la 51e Division) passèrent directement sous le commandement divisionnaire. [1]

Infanterie

3e brigade
33e Régiment d'infanterie d'août 1914 à novembre 1916
73e Régiment d'infanterie d'août 1914 à novembre 1916
4e brigade
8e régiment d'infanterie d'août 1914 jusqu'à l'armistice (sous contrôle divisionnaire direct à partir de novembre 1916)
110e Régiment d'infanterie d'août 1914 jusqu'à l'armistice (sous contrôle divisionnaire direct à partir de novembre 1916)
208e Régiment d'infanterie de novembre 1916 à l'armistice
Un bataillon de pionniers du 72e Régiment Territorial d'Infanterie d'août 1918 jusqu'à l'armistice

Artillerie

Le 27e Régiment d'artillerie de campagne de la mobilisation à l'armistice
122e batterie de juillet 1916 à janvier 1918
101e batterie de janvier 1918 à l'armistice
6e groupe d'artillerie du 15 juin 1918 à l'armistice

Cavalerie

1er Escadron/6ème Régiment de Chasseurs de la mobilisation à l'armistice

Ingénieurs

3ème Régiment du Génie
1/2 Compagnie de la mobilisation à l'armistice
1/2 bis Compagnie de janvier 1915 à janvier 1916
1/52 Compagnie de janvier 1916 à l'armistice
Compagnie 1/71 de janvier 1917 à l'armistice
Sapeurs du 21e Régiment de janvier 1916 à janvier 1917

Histoire

1914

4-13 août

Transport par chemin de fer jusqu'à la région d' Auvillers-les-Forges et traversée de la Meuse pour rejoindre Revin et Givet .

13-23 août

Déplacement, via Olloy, vers Dinant .
15 août, combat à Dinant, formation de défense devant la Meuse, via Dinant et Anbée.
22 août, mouvement vers Charleroi .

23-29 août

Engagé dans la bataille de Charleroi , via Saint-Gérard .
24 août, retour, via Couvin , dans la région de Guise
26 août, combat à Gué-d'Hossus .

29 août – 6 septembre

Engagé dans la 1ère Bataille de Guise  ; combat à Sains-Richaumont .
Le 30 août, retour, via Crécy-sur-Serre , Pontavert et Baizil, vers le sud d' Esternay .

6-13 septembre

Engagé dans la 1ère Bataille de la Marne .
6-10 septembre, Bataille des Deux Morins  : Combats à Esternay, Bergères-sous-Montmirail et Fontaine-Chacun.
Le 10 septembre, continuez, via Verneuil et Ville-Dommange , jusqu'à Reims .

13 septembre – 12 décembre

Engagé dans la 1ère Bataille de l'Aisne  : combat dans la région de Bétheny , la Neuvillette.
16 septembre, déplacement sur la route en direction du Nord-Ouest ; combat à la Ferme du Choléra et vers la Ville-aux-Bois . Stabilisation et occupation d'un secteur vers Gernicourt et Forêt du Beau marais, à gauche, le 15 octobre, jusqu'au moulin Pontoy, et à droite, le 1er novembre, jusqu'à la cote 108.
12-14 octobre, attaque française contre la ferme du choléra et la forêt de Ville-aux-Bois.
4 novembre, attaque et prise de Sapigneul.
11 novembre, prise de la cote 108.

12 décembre 1914-12 janvier 1915

Recul du front vers Fismes .
16 décembre, transport en van jusqu'à Cuperly .
Vers le 20 décembre, mouvement vers La Cheppe , direction Laval , pour participer à la 1ère Bataille de Champagne : Engagé le 9 janvier 1915, au nord du Mesnil-lès-Hurlus.

1915

12-20 janvier

Retraite de face et retour à Bussy-le-Château .

20 janvier – 2 mars

Occupation du secteur vers Mesnil-lès-Hurlus
16 mars, attaque française des Mamelles , entraînant de violents combats dans la région (Bataille de Champagne)

2 mars – 5 avril

Retraite du front et retour à Courtisols (arrivée le 14 mars)
20 et 21 mars, déplacement vers la région d' Avize  ; repos.
29 mars, transport en fourgon vers Vavincourt , puis, fin 1er avril, déplacement vers le sud-est de Verdun .

5-11 avril

Engagé dans la 1ère Bataille de la Woëvre, vers la Forêt de Buzy et l'Est de Braquis .

11-29 avril

Retraite du front (arrivée le 18) ; poursuite du mouvement, via Souilly et Les Hauts-de-Chée , jusqu'à Commercy .

29 avril – 11 mai

Mouvement vers l’avant ; 30 avril, attaque de la forêt d'Ailly, entraînant l'occupation d'un secteur en direction de la forêt d'Ailly
5 mai, attaque allemande et contre-attaque française.

11-15 mai

Retrait du front, et transport en van vers les régions d' Épernay et de Fismes .

15 mai – 3 septembre

Mouvement vers le front et occupation d'un secteur de Berry-au-Bac et du moulin Pontoy, réduit à droite, le 18 août, jusqu'à la Miette, puis, le 31 août, jusqu'à la Ville-aux-Bois .

3 septembre – 2 octobre

Retraite du front et repos à Guyencourt .

2 octobre 1915-12 février 1916

Mouvement vers le front, et occupation d'un secteur de Sapigneul et de la Miette.
12 novembre, déplacement sur la route, et occupation d'un nouveau secteur entre Berry-au-Bac et Ferme du Temple, prolongé vers la gauche, le 20 novembre, jusqu'au moulin de Pontoy :
Bataille des Mines à la cote 108.

1916

12-21 février

Retraite du front et regroupement à Ville-en-Tardenois  ; repos et instruction.

21 février – 8 mars

Transport par train, déplacement vers la région de Verdun.
26 février, engagé par accident dans la bataille de Verdun , à Douaumont (combat violent)

8 mars – 14 avril

Retrait du front et repos à Bar-le-Duc .
Le 1er avril, transport en van vers la région de Dormans  ; repos.
11 avril, déplacement vers Fismes.

14 avril – 24 juillet

Occupation d'un secteur compris entre la route de Paissy à Chermizy-Ailles et Soupir , réduit à droite le 17 juillet jusqu'à Troyon .

24 juillet – 3 septembre

Retraite du front et repos à Ville-en-Tardenois.
7 août, transport par camion vers la région de Conty .
Repos au sud-ouest d' Amiens jusqu'au 25 août, direction Corbie .

3 septembre – 5 octobre

Mouvement vers l'avant ; engagé dans la Bataille de la Somme , vers le Forest et la Forêt de Maurepas
14 septembre, prise de la ferme de Priez.
19-26 septembre, prise de la 2e ligne (nouvelles batailles dans la région et prise de Combles , le 26)
Le 27 septembre, de nouveau engagé, vers Combles et Morval , menant à Combles et Frégicourt (ancienne commune réunie à Combles en 1834).

5-9 octobre

Retirez-vous du front et reposez-vous à Conty.

9-16 octobre

Transport en van vers la région de Châlons-sur-Marne et repos à Somme-Vesle .

16 octobre – 30 novembre

Mouvement vers le front et occupation d'un secteur des Maisons de Champagne et de la butte du Mesnil.

30 novembre – 14 décembre

Retirez-vous du front et reposez-vous à Possesse .

14 décembre 1916-6 janvier 1917

Déplacement vers le camp de Mailly , repos et instruction.

1917

6 janvier – 27 février

Mouvement progressif vers le front, tout en occupant un secteur couvrant les Maisons de Champagne et la Courtine
15 février, violente attaque allemande.

21 février – 6 mars

Retraite du front, déplacement à travers la région de Sainte-Menehould , via Dampierre-le-Château , l'Épine , Sarry , Athis et Vinay .

6 mars – 8 avril

Déplacement via Dormans ; instruction (travail dans l'Aisne)

8-19 avril

Mouvement vers le front et occupation d'un secteur couvrant Craonne et le Ployron .
16 avril, engagé dans la 2e bataille de l'Aisne  : combat sur le plateau de Craonne ; la défense et l'organisation de leurs positions capturées.

19 avril – 7 juillet

Retrait du front et repos à Ventelay  ; à partir du 25 avril, repos à Viels-Maisons .
9 mai, déplacement progressif vers le camp de Mailly ; repos et instruction.
15 juin, déplacement progressif vers Provins  ; repos et instruction.

7-30 juillet

Transport en van vers les Flandres .
14 juillet, mouvement de l'infanterie vers le front et occupation d'un secteur couvrant Het-Sas (sous les ordres de la 1ère DI )

30 juillet – 4 août

Retraite du front ; repos dans la région de Roesbrugge-Haringe .

4-22 août

Mouvement vers le front et repos dans la région de Bikschote
16 août, offensive contre Martje Vaert et Broenbeck ( Bataille de Langemarck – partie de la Bataille de Passchendaele )

22 août – 6 octobre

Retraite du front ; repos et instruction dans la région de West-Cappel .

6-16 octobre

Occupation d'un secteur au nord de Bixschoote et Langemark (en collaboration avec l'armée britannique) :
9 octobre, offensive dans la forêt de Houthulst , attaque de Mangelaare (dans le cadre de la bataille de Poelcappelle ).

16 octobre – 21 novembre

Retraite du front, puis repos, instruction et travail à Bergues .

21 novembre – 7 décembre

Occupation d'un secteur au nord de Langemarck et de Kloosterschool (en collaboration avec le front britannique)

7 décembre 1917-17 janvier 1918

Retraite du front (soulagée par l'armée britannique). Repos à Gravelines .
11 décembre, déplacement progressif vers la région de Senlis  ; repos.

1918

17 janvier – 20 mars

Déplacement progressif vers Soissons
22 janvier, travaux sur la 2ème position de la région.
8 février, déplacement progressif vers Roucy  ; puis travailler sur la 2ème position de la région.

20-31 mars

Mouvement vers le front et occupation d'un secteur dans la région de Miette, Ployon.

31 mars – 20 mai : Retraite du front ; mouvement vers Fismes, et, le 3 avril, vers Écuiry ; repos.

14 avril, franchissement de l'Oise vers Choisy-au-Bac .
2 mai, mouvement vers Warluis  ; repos. Conduit à travailler en 2ème position dans la région de Beauvais .

20-31 mai

Déplacement vers Marseille-en-Beauvaisis .
Le 28 mai, transport en train vers le sud jusqu'à Compiègne .
Peu après, à Montigny-Lengrain , pour rejoindre la Troisième Bataille de l'Aisne .

31 mai – 18 juillet

Mouvement vers le front et occupation d'un secteur couvrant Dammard et Troësnes : actions locales fréquentes, notamment les 29, 30 juin et 1er juillet, à l'est de Mosloy.

18-27 juillet

Engagé, à Troësnes au sud, dans la bataille du soissonnais et de l'Ourq ( deuxième bataille de la Marne )
Progression vers les Épaux-Bézu et à travers la région de Rocourt-Saint-Martin vers le nord.

27 juillet – 19 août

Retraite du front ; déplacement vers Mareuil-sur-Ourcq , puis vers Pierrefonds  ; repos.

19-29 août

Mouvement vers Vic-sur-Aisne et occupation d'un secteur au nord d' Autrêches .
Engagé dans la 2e bataille de Noyon , à l'Ailette , via Pont-Saint-Mard .

29 août – 11 septembre

Retrait du front et repos à Pont-Sainte-Maxence .

11 septembre – 28 octobre

Transport en van vers l'Alsace ; à partir du 15 septembre, occupation d'un secteur couvrant Burnhaupt-le-Haut et Leimbach .

28 octobre – 11 novembre

Retrait du front et déplacement progressif vers Ceintrey  ; préparer l'offensive.

Hiérarchie

La division faisait partie du 1 er Corps d'Armée depuis la mobilisation en août 1914 jusqu'à l' Armistice du 11 novembre 1918 .


La seconde Guerre mondiale

Sous l' ordre de bataille du 10 mai 1940, la 2e division d'infanterie rejoint le corps d'armée colonial (avec la 51e division d'infanterie (Highland) et la 56e division d'infanterie (Londres) ), sous le commandement du général Condé de la Troisième armée française .

Structure de la division en 1939 : [2]

  • Chef d'état-major, 2e division d'infanterie – Major Villate
  • Composantes, 2e Division d'infanterie
    • 33e Régiment d'infanterie
    • 73e Régiment d'infanterie
    • 127e régiment d'infanterie
    • 34e régiment d'artillerie divisionnaire
    • Régiment d'artillerie lourde de la 234e division

Notes et références

  1. ^ ab Tome X Ordres de bataille des grandes unités – Deuxième volume Divisions d'Infanterie, divisions de cavalerie. Paris : Imprimerie Nationale. 1924. p. 11-19.
  2. ^ L'organisation et l'ordre de bataille des militaires pendant la Seconde Guerre mondiale : Volume VI Italie et France, y compris les pays neutres de Saint-Marin, de la Cité du Vatican (Saint-Siège), d'Andorre et de Monaco . p. 403.

Liens externes

  • La 2ème DI à la Bataille de l'Aisne (1917)
  • "Groupe d'Histoire Vivante du 8e Régiment d'Infanterie". armeefrancaise14-18.co.uk. Archivé de l'original le 4 septembre 2011.