1er Régiment Léger de Gendarmerie (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
1er régiment léger
actif1940
Démantelé28 mai 1940 [ citation nécessaire ]
Pays la Belgique
BrancheArmée belge
Taper Régiment de quartier-maître
RôleSoutien
TailleRégiment
Partie deIndépendant
Garnison/QGCharleroi
EngagementsBataille de Belgique ( Seconde Guerre mondiale )

Le 1er régiment léger (1LR) , était un régiment de gendarmerie volontaire de l' armée belge qui a servi dans la bataille de Belgique et dans l' occupation allemande de la Belgique .

Seconde Guerre mondiale

Source de base : [1]

Deux régiments ont été formés à partir de la Force de Police de Gendarmerie Territoriale de Belgique . [2] Le 2e et le 1er régiment léger . En tant qu'unité basée sur la police locale, le 1er régiment léger a été formé à partir d'unités qui avaient servi pendant la Première Guerre mondiale , et avait donc déjà des vétérans qui peuvent devenir la base de sa main-d'œuvre. Mobilisé fin 1939, le 1er Régiment Léger compte deux pelotons, chacun armé de 4 mitrailleuses nouvellement déployées. Le 1er Régiment Léger aura deux Groupes, chacun avec 3 escadrons.

Lorsque les hostilités débutent le 10 mai 1940, le 1er Régiment Léger est à Charleroi, armé à la frontière belgo-française. Le 1er régiment léger a envoyé plusieurs unités au nord, faisant partie de la défense de la ligne KW. C'était un carrefour important menant à la position de Namur, et avait donc besoin d'être protégé.

Après la brèche du canal Albert , et l'attaque de la capitale, le 1er régiment léger est envoyé au nord pour empêcher une percée allemande. Les bombardements allemands se poursuivent, alors que plusieurs rapports de parachutages se produisent dans les régions denses près de Bruxelles.

Le 1er Régiment Léger est chassé de Bruxelles et dispersé dans les environs. Les 4e et 5e escadrons du groupe II ont été éloignés du groupe principal, le 4e escadron étant maintenant à Anvers, et le 5e escadron en mission de reconnaissance.

Pour le 1er Régiment Léger, la reconnaissance était leur objectif principal. Après seulement 6 jours de bataille, les Alliés ont décidé d'abandonner la ligne KW, y compris Bruxelles. Sans le soutien des alliés, les Belges ont également dû se retirer. La retraite était terminée le lendemain. La majeure partie du groupe II est toujours de l'autre côté du front.

Le régiment se déplace à Bovekerke , car il est désormais tenu en réserve. La plupart des Rijkswatchers professionnels du 2e régiment léger ont été envoyés à Tielt, faisant partie de l'arrière-garde. Cette arrière-garde sera mise en déroute et en grande partie capturée d'ici le 24 mai.

Désormais repositionné au sud, le 1er régiment léger est mis en réserve. En reculant avec les restes du front belge, une réorganisation s'imposait. Les 4e et 5e escadrons du groupe II (groupe II) ont fusionné en une seule unité, composée de seulement 3 pelotons.

Avec peu d'espoir de soutien des Alliés, le colonel Dethise ordonne à tous les escadrons du régiment de se rassembler à Bovekerke. Puis, rend son régiment aux Allemands. Le personnel normal et les fantassins furent immédiatement désarmés.

Après la bataille, une partie de la police de gendarmerie a repris ses fonctions, désormais sous occupation allemande. Ces hommes comprenaient des officiers expérimentés des Rijkswachters. Les autres se sont tous retirés ou ont rejoint la résistance belge . Après la libération de la Belgique en 1944, de nombreux résistants reprendront leurs fonctions.

Structure 1940

Structure du régiment à la veille de la bataille de Belgique

  • Siège social, à Charleroi [3]
  • Commandant, 1er Régiment Léger -Lieutenant- Colonel Oscar Dethise

Groupe I (I Bataillon)

  • 1er Escadron (Motocyclistes, Commandant, Jules Mathieu)
  • 2e Escadron (Motocyclistes, Commandant, Dury)
  • 3e Escadron (Appui antichar, Commandant, Camille Poncè)
  • Peloton de véhicules blindés (soutien blindé, commandant, Deuwaele)

Groupe II (II Bataillon)

  • 4e Escadron (Motocyclistes, Commandant, George Nicolay)
  • 5e Escadrille (Motocyclistes, Commandant, Georges Pierrard)
  • 6e Escadron (Appui antichar, Commandant, Camille Fagnant)
  • Peloton de véhicules blindés (Soutien Blindé, Commandant, Ajt. Abs)

Autres unités organiques

  • Escadron d'état-major
  • Peloton du Génie (Bio)
  • Peloton des troupes de transmission

Voir aussi

Références

  1. ^ "1er régiment de Licht" . De Achttiendaagse Veldtocht (en néerlandais) . Récupéré le 2021-03-18 .
  2. ^ "Territoriale Rijkswacht" . De Achttiendaagse Veldtocht (en néerlandais) . Récupéré le 2021-03-19 .
  3. ^ "1er GENDARMERIE DE RÉGIMENT LÉGER - Section de quartier-maître" . www.quartermastersection.com . Récupéré le 2021-03-18 .