1ère division d'infanterie (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
1ère division d'infanterie
Actif1940
Dissous28 mai 1940 [ citation nécessaire ]
Pays Belgique
BifurquerArmée belge
TaperDivision d' infanterie
RôleInfanterie
TailleDivision
Partie deCorps de cavalerie (Belgique)
Garnison/QGHasselt
FiançaillesBataille de Belgique ( Seconde Guerre mondiale )

La 1ère division d'infanterie (en néerlandais : 1de Infanterie Divisie ) est une division d'infanterie de l' armée belge qui a combattu lors de la bataille de Belgique contre les forces armées allemandes .

Historique

Première Guerre mondiale

Au début de la Première Guerre mondiale , la 1ère division d'infanterie est classée ' 1ère division ', commandée par le lieutenant-général Baix. Le quartier général était situé à Gand et la division était composée des 2e, 3e et 4e brigades mixtes avec un soutien limité de cavalerie du 3e régiment de lanciers. Les unités d'artillerie provenaient du 1er régiment d'artillerie. [1] [ page nécessaire ]

Seconde Guerre mondiale

Provenance : [2]

La 1ère division d'infanterie était active avant l'annonce de la mobilisation, par conséquent, les unités de la division disposaient déjà d'une unité de reconnaissance, d'une unité de transport et d'une unité médicale, ce qui en faisait l'une des divisions les plus puissantes de toute l'armée belge. La 1st Infantry Division est placée près du secteur Hasselt du canal Albert.

La 1ère division d'infanterie a fortement fortifié sa position lorsque l'attaque allemande a été confirmée. Pourtant, les Allemands franchissent la ligne et de violents combats éclatent. La 1ère division d'infanterie doit se retirer du canal Albert. La 1st Infantry Division est rappelée sur la ligne KW et une partie de sa division (3rd Line Regiment) est envoyée sur la position Demer.

Lorsqu'elle est rappelée à nouveau pour l'action, la 1ère division d'infanterie est désormais responsable d'une grande partie de la ligne KW, étendant les défenses de Beigem à Nieuwenrode . Le 15 mai, le redéploiement permet de renforcer les lignes.

Le 16 mai, une retraite inattendue et l'abandon de la ligne KW par les forces alliées ( 1ère armée française et corps expéditionnaire britannique ) obligent les Belges à se retirer, et la 1ère division d'infanterie se voit confier la tâche de ralentir l'avancée allemande dans le secteur nord tandis qu'une nouvelle défense était en construction au sud.

La 1ère division d'infanterie réussit ses opérations et des milliers de soldats arrivent sur la ligne nouvellement coordonnée Terneuzen-Oudenaarde. Mais bientôt, une contre-attaque des Allemands dans le Nord aboutit à menacer les flancs des forces défendant le canal de l'Escaut, et ainsi, la 1ère division d'infanterie construit de nouvelles positions près de la ville de Sint-Amands . La ligne était intenable et la division fut poussée à Gand .

Après l'encerclement des forces alliées dans le nord de la France et les Flandres , les choses ont dégénéré de mal en pis. La pression allemande augmenta régulièrement et finalement, Gand fut évacuée.

La 1ère division d'infanterie avait pris position sur la nouvelle défense dans le secteur Korkrijk-Menen, et Korkrijk en particulier, était fortement renforcée. Il y avait cependant une inquiétude au sujet de Menen . Aucune force britannique n'a jamais été vue dans la ville, avec seulement quelques sapeurs français sur les ponts.

A Korkrijk, les choses se sont très mal passées pour la 1st Infantry Division. L'attaque allemande a fortement dissuadé les régiments déployés là-bas et après un certain temps, une brèche était déjà faite.

La division a dû se retirer vers une nouvelle défense le 26 mai. Seules trois armes antichar ont survécu à l'attaque allemande. De toutes les divisions d'infanterie maintenant sous le commandement unique du I Corp , la 1ère division d'infanterie a subi le plus de dégâts, avec un bataillon mixte restant, formé de seulement 4 compagnies .

Ce bataillon est transféré à la 6ème Division d'Infanterie , ce qui signifie que la 1ère Division d'Infanterie est dépouillée de ses effectifs. Le reste de cette division sera dissous après la capitulation belge.

Structure

1914

Après la mobilisation, la structure de la 1ère division en 1914 était la suivante : [3]

  • Quartier général, 1re division d'infanterie , à Gand
    • 1ère compagnie administrative
    • Détachement administratif
    • Télégraphe de campagne, à Anvers
    • x 2 escadrons de reconnaissance de gendarmerie , à Bruges et à Gand
    • 1er bataillon, régiment de carabiniers , à Bruxelles
    • 1er régiment d'artillerie de campagne, à Gand et Anvers
    • 1ère compagnie, 1er bataillon du génie, à Anvers
    • x 1 Section Parc du Génie, à Anvers
    • 1ère compagnie ferroviaire, à Anvers
    • x 2 Colonnes de Munitions d'Infanterie, à Termonde
    • x 2 Colonne de Munitions d'Artillerie, à Termonde
    • Colonne de ravitaillement, à Termonde
    • Section d' Equipement Provisoire , à Termonde
    • Colonne d'ambulance, à Termonde
    • x 2 hôpitaux de campagne
    • Dépôt de Remontée, à Termonde
    • Quartier général de la 1re brigade à Gand
      • 1er régiment de ligne
      • 2e Régiment de Ligne, à Gand et Termonde
    • Quartier général, 2e brigade , à Bruges
      • 3e régiment de ligne, à Ostende et Ypres
      • 4e régiment de ligne

1940

Structure de la division à la veille de la bataille de Belgique . [2]

• Siège social, à Hasselt

• Général commandant, 1re division d'infanterie -Lieutenant- général Walter Coppens

° 3ème Régiment de Ligne

° 4ème Régiment de Ligne

° 24e régiment de ligne

°1er régiment d'artillerie

° Ingénieur du 1er Bataillon

°1er bataillon des troupes de transmission

° Cyclists Squadron 1ID (à la 1ère division d'infanterie)

° 2e bataillon auxiliaire

Voir aussi

Bataille de Belgique

Groupe d'armées B

14e division d'infanterie

Ligne KW

Références

  1. ^ CARL 2005 .
  2. ^ un b "1ère Infanteriedivisie" . De Achttiendaagse Veldtocht (en flamand) . Récupéré le 02/03/2021 .
  3. ^ Manuel, p. 106.

Bibliographie