1ère division blindée (Pologne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
1ère division blindée
波蘭第一裝甲師的標誌.png
Emblème de la 1ère division blindée inspiré du casque et des ailes des hussards polonais .
Actif1942-1947
Pays Pologne
Bifurquer Forces terrestres polonaises
TaperBlindé
TailleDivision , 18 000 soldats, 380 chars, 470 canons
FiançaillesLa Seconde Guerre mondiale
Commandants

Commandants notables
Stanisław Maczek

La 1re division blindée polonaise ( Polish 1 Dywizja Pancerna ) était une division blindée des forces armées polonaises à l'Ouest pendant la Seconde Guerre mondiale . Créée en février 1942 à Duns en Écosse , elle était commandée par le général de division Stanisław Maczek et comptait à son apogée environ 18 000 soldats. La division a servi dans les phases finales de la bataille de Normandie en août 1944 lors de l'opération Totalize et de la bataille de Chambois , puis a continué à se battre tout au long de la campagne en Europe du Nord . , principalement dans le cadre de la Première Armée canadienne .

Historique

Carte de l'itinéraire emprunté par la Division pendant la Seconde Guerre mondiale.
Carte de la participation de la division à la bataille de Falaise .
Char Crusader de la 1st Armored Division près de Haddington 1943.

Après la chute de la Pologne puis de la France en 1940, les Polonais restants qui avaient combattu dans les deux campagnes se retirèrent avec l'armée britannique au Royaume-Uni.

Formation

Stationnée en Écosse , la 1ère division blindée polonaise a été formée dans le cadre du I Corps polonais sous Wladyslaw Sikorski , qui gardait environ 200 kilomètres de côtes britanniques en 1940-1941. Le commandant de la division, le général Stanislaw Maczek, était le premier commandant mécanisé de Pologne, et nombre de ses officiers subordonnés de l'unité qu'il commandait en 1939, la 10e brigade mécanisée , s'étaient rendus en Grande-Bretagne avec lui. Ils étaient organisés sur le modèle de la division blindée britannique, équipés d'uniformes, d'armes et de chars britanniques. Ils étaient initialement équipés et entraînés sur des chars Crusader, mais à la fin de 1943 et au début de 1944, ils ont été remplacés par des chars Sherman.et chars Cromwell . Ils ont ensuite participé à des jeux de guerre avec la 4e division canadienne (blindée) .

Normandie

Char polonais Crusader AA MKII du 1er régiment blindé polonais près de Caen au début de l' opération Falaise .

Fin juillet 1944, le 1er blindé est transféré en Normandie , ses derniers éléments arrivant le 1er août. L'unité était rattachée à la Première Armée canadienne dans le cadre du 21e Groupe d'armées . Cela a peut-être été fait pour faciliter la communication, car la grande majorité des Polonais ne parlaient pas anglais lorsqu'ils sont arrivés au Royaume-Uni à partir de 1940. La division a rejoint le combat le 8 août lors de l' opération Totalize . Il a subi deux fois de graves pertes à la suite de "tirs amis" d'avions alliés, mais a remporté une victoire contre la Wehrmacht dans les batailles du Mont Ormel , [1] et de la ville de Chambois. Cette série d'opérations offensives et défensives est connue sous le nom de bataille de Falaise , au cours de laquelle un grand nombre de divisions de l'armée allemande et des SS ont été piégées dans la poche de Falaise [2] puis détruites. La division Maczek avait pour rôle crucial de fermer la poche à la voie d'évacuation des divisions allemandes piégées, d'où les combats désespérés et le 2e régiment blindé polonais, le 24e lanciers polonais et le 10e dragons , appuyés par les 8e et 9e bataillons d'infanterie, prirent le relais. le poids des attaques allemandes par des unités tentant de se libérer de la poche. Encerclés et à court de munitions, ils ont résisté aux attaques incessantes de multiples fuyardsdivisions panzer pendant 48 heures jusqu'à ce qu'elles soient relevées. Les pertes totales de la division du 7 août lors de son entrée au combat jusqu'à la fin de la bataille de Falaise le 22 août sont de 446 tués, 1501 blessés et 150 disparus, soit 2097 soldats au total pendant environ deux semaines de combats. [3]

Belgique et Pays-Bas

Après le départ des armées alliées de Normandie, la 1re division blindée polonaise poursuit les Allemands le long des côtes de la Manche . Elle libéra, entre autres, les villes de Saint-Omer , Ypres , Oostnieuwkerke, Roulers, Tielt, Ruislede et Gand . Au cours de l'opération Pheasant, une manœuvre de débordement réussie planifiée et exécutée par le général Maczek a permis la libération de la ville de Breda sans aucune victime civile (29 octobre 1944). La Division passa l'hiver 1944-1945 sur la rive sud du Rhin , gardant un secteur autour de Moerdijk ,Pays- Bas . Au début de 1945, il fut transféré dans la province d' Overijssel et commença à pousser avec les Alliés le long de la frontière germano-néerlandaise, libérant les parties orientales des provinces de Drenthe et de Groningue , y compris les villes d' Emmen , Coevorden et Stadskanaal .

Prisonniers de guerre allemands interrogés par un lieutenant de la 1ère division blindée polonaise lors de l'opération Pheasant , octobre 1944

Allemagne

En avril 1945, le 1st Armored entre en Allemagne dans la région de l' Emsland . Le 6 mai, la division s'empare de la base navale de la Kriegsmarine à Wilhelmshaven , où le général Maczek accepte la capitulation de la forteresse, de la base navale, de la flotte de la Frise orientale et de plus de 10 divisions d'infanterie. Là, la division a mis fin à la guerre et, rejointe par la 1re brigade indépendante de parachutistes polonaise , a entrepris des tâches d'occupation jusqu'à sa dissolution en 1947; elle, avec les nombreuses personnes déplacées polonaises dans les territoires occupés occidentaux, a formé une enclave polonaise à Haren en Allemagne, connue pendant un certain temps sous le nom de "Maczków". La majorité de ses soldats ont choisi de ne pas retourner en Pologne, qui est tombé sous l'occupation soviétique, préférant rester en exil . [4] De nombreux artefacts et souvenirs appartenant à Maczek et à la 1ère Division blindée polonaise sont exposés à l' Institut polonais et au Musée Sikorski de Londres.

Organisation de 1944 à 1945

1ère division blindée - général Stanisław Maczek - comprenant:

10e brigade de cavalerie blindée ( 10 Brygada Kawalerii Pancernej ) - Colonel T. Majewski
3e brigade d'infanterie ( 3 brygada piechoty ) - colonel Marian Wieroński
Artillerie divisionnaire ( Artyleria dywizyjna ) - Col. B. Noel
Autres unités
  • 10th Mounted Rifle Regiment ( 10 pułk strzelców konnych ) (reconnaissance blindée équipée de chars Cromwell [5] ) - Maj. J. Maciejowski
  • QG, Police militaire,
  • ingénieurs ( saperzy dywizyjni ) - lieutenant-colonel J. Dorantt
  • 1er bataillon des transmissions ( 1 bataillon łączności ) - Lieutenant-colonel J. Grajkowski
  • administration, tribunal militaire, aumônerie, escadrons de réserve, services médicaux.

Chiffres

Voir aussi

Remarques

  1. ^ La bataille: histoire , archivé de l'original le 24 juillet 2011, Mémorial de Coudehard - Montormel
  2. La bataille : 19 août 1944 : la fermeture de la poche Archivé le 24 juillet 2011, à la Wayback Machine , Mémorial de Coudehard - Montormel
  3. ^ Stanisław Maczek. "La 1ère division blindée polonaise en Normandie" . Histoire militaire canadienne . 15 (2).
  4. ^ La bataille: 1-sza Polska Dywizja Pancerna - Organisation Archivé le 24/10/2010 à la Wayback Machine , Mémorial de Coudehard - Montormel
  5. ^ Le réservoir A27M Cromwell archivé le 04/02/2012 à la Wayback Machine

Références

Lectures complémentaires

  • Stephen E. Ambrose , Citizen Soldiers: L'armée américaine des plages de Normandie aux Ardennes jusqu'à la reddition de l'Allemagne. Simon & Schuster, 1998 ( ISBN 0-684-84801-5 ). 
  • John D. Buckley, Armure britannique dans la campagne de Normandie, 1944 , Routledge, 2004 ( ISBN 978-0-7146-5323-5 ) 
  • Terry Copp, Fields of Fire: The Canadians in Normandy , University of Toronto Press, 2003 ( ISBN 0-8020-3780-1 ) 
  • McGilvray, Evan. La marche des diables noirs : une odyssée condamnée : la 1ère division blindée polonaise 1939-1945 . Solihull, West Midlands, Angleterre: Helion, 2005 ( ISBN 1-874622-42-6 ) 
  • Roman Johann Jarymowycz, Tank tactics: from Normandy to Lorraine , Lynne Riener Publishers, 2001 ( ISBN 978-1-55587-950-1 ) 
  • John Keegan , Six armées en Normandie , Penguin Books, 1982 ( ISBN 0-14-005293-3 ) 
  • Willy Vallaey, Roeselare 1944-45, de Bevrijding: euforie en ontgoocheling, Roeselare, 303 p.

Liens externes

Film