1ère Force opérationnelle aéroportée (alliée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

1ère Force opérationnelle aéroportée
Actif11 juillet - 23 novembre 1944
Pays États-Unis Royaume-Uni Canada
 
 
AllégeanceAlliés de la Seconde Guerre mondiale
Bifurquer Armée des États-Unis Armée britannique
 
TaperForces aéroportées
RôleInfanterie parachutiste
Taille9 000
FiançaillesOpération Dragoon
Commandants

Commandants notables
Robert T. Frederick

La 1st Airborne Task Force était une unité aéroportée alliée de courte durée qui était active pendant la Seconde Guerre mondiale, créée pour l'opération Dragoon - l'invasion du sud de la France. Formée en juillet 1944, sous le commandement du général de division Robert T. Frederick , elle participe au débarquement du "Dragoon" le 15 août 1944, sécurisant la zone au nord-ouest des plages du débarquement, avant de se diriger vers la frontière franco-italienne comme partie de la septième armée des États-Unis . L'unité a été dissoute en novembre 1944.

Formation

Dans les plans initiaux d'invasion de la France, il était proposé que deux forces débarquent simultanément en Normandie et dans le sud de la France en juin 1944, attaquant les Allemands du nord et du sud dans un mouvement de pince classique , après quoi les forces du sud se dirigeraient vers l'est. pour aider les forces alliées en Italie. Cependant, on s'est vite rendu compte qu'il n'y avait pas assez de navires de débarquement ou d'hommes disponibles pour mener les deux opérations en même temps, de sorte que l'invasion du sud ("Opération Anvil") a été reportée. [1] L'invasion du sud (maintenant "Opération Dragoon") était prévue pour août 1944, et toutes les forces aéroportées furent affectées à une nouvelle unité formée le 11 juillet 1944 [1] sous le nom de Septième ArméeDivision aéroportée (provisoire). Cela a été rebaptisé 1st Airborne Task Force le 21. [2]

Afin de former le 1ABTF, les unités aéroportées ont été retirées du combat en Italie . Il s'agissait du 509th Parachute Infantry Battalion et du 517th Parachute Regimental Combat Team des États-Unis , ainsi que de la 2nd Independent Parachute Brigade britannique . À eux s'ajoutent le 550th Glider Infantry Battalion américain et le 551st Parachute Infantry Battalion américain , qui avaient tous deux été stationnés auparavant au Panama, et aucun d'eux n'avait combattu. [1] Deux bataillons de parachutistes français libres avaient été initialement affectés début juillet, mais des désaccords sur leur déploiement avec le général de Gaullesignifiait que les troupes n'étaient pas rendues disponibles, [3] et donc la 2e brigade de parachutistes britannique fut affectée à l'opération à condition qu'elle soit renvoyée aux opérations en Italie une fois la tête de pont fermement établie. [4]

Opération Dragoon

Carte montrant les zones d'atterrissage pour "Dragoon".

Le rôle de 1ABTF dans "Dragoon" portait le nom de code "Operation Rugby". Ils devaient débarquer autour du village du Muy , à mi-chemin entre Draguignan , et les plages du débarquement à FréjusSaint-Raphaël . [5] Il y avait trois Drop Zone / Landing Zones :

  • La 2e brigade de parachutistes britannique s'est vu attribuer une zone de champs ouverts et de vignobles, désignée DZ / LZ "O", à 400 mètres au nord de Le Muy, du côté nord de la rivière Nartuby. [6] Le 550th Airborne Infantry Battalion y atterrirait également plus tard dans la journée. [4]
  • Le 517th PRCT américain s'est vu attribuer une zone de champs étroits à environ deux miles à l'ouest du Muy, désignée DZ / LZ "A", au sud de la rivière Nartuby. [6] Le 1er bataillon, 551e régiment d'infanterie parachutiste suivrait plus tard dans la journée. [4]
  • Le 509th PIB et le 463rd Field Artillery se sont vu attribuer une zone, désignée DZ "C", à environ deux milles au sud-est de Le Muy. Cette zone, située dans un bassin entre deux crêtes avec des collines à l'est et à l'ouest, était escarpée, rocheuse et boisée, avec seulement de petites zones de terrain plat et ouvert à chaque extrémité. Il a été choisi à contrecœur afin de placer des troupes sur les hauteurs dominant le Muy par le sud. [6]

Les débarquements

Les troupes du 517th PRCT se préparent pour le débarquement.
Planeurs britanniques remorqués par des avions C47 Dakota au-dessus du sud de la France pour l'invasion aéroportée alliée.

La nuit de l'opération, un épais brouillard signifiait que les débarquements initiaux étaient dispersés sur une vaste zone, et à l'aube, seulement 60% environ des troupes de la force opérationnelle s'étaient rassemblées dans leurs zones de largage. Les planeurs apportant le soutien de l'artillerie britannique à 08h00 ont dû abandonner leur mission, bien que les atterrissages et les largages plus tard dans la journée aient été plus réussis. De nombreux planeurs ont été endommagés à l'atterrissage, mais les pertes ont été généralement légères. [5] [7]

Au combat

Alors que le village du Muy lui-même restait aux mains de l'ennemi, [5] les Britanniques sécurisaient les hauteurs à l'est et au nord, tandis que les Américains faisaient de même à l'ouest et au sud. Le 550th Battalion a tenté de sécuriser Le Muy cette nuit-là, mais a été repoussé. [8] En plus de s'emparer du village, le 1ABTF avait accompli sa mission assignée, établissant une position forte à cheval sur la vallée de l'Argens empêchant l'ennemi d'avancer sur la tête de pont. [5] Le matin du 16, le 550th a de nouveau attaqué Le Muy, et à 14h45, il a été pris - entre 500 et 700 prisonniers ont été capturés. [9] Tôt le matin du 17e éléments avancés de la 36e division américainearrivent au Muy depuis la tête de pont, puis poursuivent leur avance vers Draguignan. [8]

Suite à "l'opération Rugby", le 1ABTF se déplace vers le nord-est, couvre le flanc droit de la 7ème armée, et libère Cannes et Nice , avant d'être déployé dans les Alpes Maritimes dans un rôle statique, montant des patrouilles et surveillant de près les Allemands en la zone de la frontière franco-italienne. [1]

La 2e brigade de parachutistes (indépendante) a été libérée le 26 août 1944. Six semaines plus tard, elle a été déployée en Grèce. [10] En novembre 1944, le 1ABTF fut envoyé à Soissons pour se reposer et se remettre en état, [1] et fut dissous le 23 novembre 1944, [11] la plupart des unités étant rattachées au XVIII Airborne Corps . [12]

Ordre de bataille

Force principale

Le 1ABTF était composé des unités suivantes : [13]

Robert T. Frederick (en tant que général de brigade)

Unités de soutien

Unités de support de base

  • 3358th Quartermaster Truck Company
  • 334th Quartermaster Depot Company
  • 172d Detail Issues Depot, British Heavy Air Resupply Company
  • 904e bataillon de sécurité de la base aérienne

aérien

Soutien aux chasseurs

    • 31e FG (13 août 1944 ~ 16 août 1944)

Voir aussi

Remarques

  1. La 552nd Antitank Company a été formée en juillet 1944, à Rome, spécifiquement pour cette opération. Depuis que le 442nd est devenu disponible alors que le 552nd était à l'entraînement et a pris très peu de temps pour s'entraîner sur le 6lb britannique. canons nécessaires pour les planeurs, il est entré en premier. Mais le 552nd était toujours sur le complément des troupes prévues pour cette opération (et le 1st ABTF) et releva le 442nd mi-octobre 1944 en soutenant les unités membres du 1st ABTF encore dans la région. [15]

Références

  1. ^ un bcde " L' histoire de la 1ère Force opérationnelle aéroportée" . 1ère Force opérationnelle aéroportée . Récupéré le 27 février 2011 .[ lien mort permanent ]
  2. ^ Warren (1955) , p. 91.
  3. ^ Warren (1955) , p. 94.
  4. ^ un bc Warren (1955) , p. 103.
  5. ^ un bcd Clarke , Jeffrey J.; Smith, Robert Ross (1992). Théâtre d'opérations européen : Riviera au Rhin . L'armée des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale . Washington, DC : Centre d'histoire militaire, armée des États-Unis . Récupéré le 27 février 2011 .
  6. ^ un bc Warren (1955) , p. 83.
  7. ^ Warren (1955) , p. 95.
  8. ^ un b Elphick, Robert (2009). "La Libération de Fayence – Août 1944" . Le Reporter Riviera . Archivé de l'original le 18 octobre 2011 . Récupéré le 27 février 2011 .
  9. ^ Warren (1955) , p. 108–109.
  10. ^ Ferguson, Gregor (1987). Paras - Forces aéroportées britanniques 1940–1984 . Balbuzard. p. 14. ISBN 978-0-85045-573-1.
  11. ^ Rinaldi, Richard A. "US Glider Infantry in World War II" (PDF) . Ordres de bataille . Archivé de l'original (PDF) le 14 juillet 2010 . Récupéré le 21 février 2011 .
  12. ^ "Formations aéroportées américaines 1942–45" . Première association aéroportée alliée . 2010. Archivé de l'original le 18 janvier 2012 . Récupéré le 21 février 2011 .
  13. ^ Croix, Thomas R. (2007). "Invasion aéroportée du sud de la France - Opération Dragoon" . 517e équipe de combat régimentaire de parachutistes . Archivé de l'original le 15 mars 2012 . Récupéré le 27 février 2011 .
  14. ^ "1er peloton indépendant de parachutistes" . Paradonnées d'assaut aéroporté . Archivé de l'original le 25 juillet 2011 . Récupéré le 27 février 2011 .
  15. Extrait de documents des Archives nationales. [ citation nécessaire ]

Bibliographie

Lectures complémentaires

Liens externes