12e Royal Lancers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

12e Royal Lancers (prince de Galles)
Insigne de casquette 12th Royal Lancers.jpg
Insigne du 12e Royal Lancers
Actif1715–1960
PaysRoyaume de Grande-Bretagne (1715-1718)
 Royaume d'Irlande (1718-1800)
 Royaume-Uni (1801-1960)
BifurquerDrapeau de l'armée britannique.svg Armée britannique
TaperCavalerie de ligne
TailleUn régiment
Surnom(s)Le douzième souple
Devise(s)Ich Dien - Je sers
MarsRapide : Que Dieu bénisse le prince de Galles
Lent : Marche de Cobourg
Commandants

Commandants notables
Major-général Phineas Bowles (Sr)

Lieutenant-général Phineas Bowles (Jr)
Lieutenant-général Thomas Bligh
Général Sir John Mordaunt
Lieutenant-général George Germain, 1er vicomte Sackville
Lieutenant-général Edward Harvey
Général Sir William Pitt
Lieutenant-général William Keppel
Général Sir William Payne-Gallwey
Lieutenant-général Sir Colquhoun Grant
Lieutenant-général Sir Hussey Vivian
Lieutenant-général Robert Broadwood
Maréchal William Birdwood, 1er baron Birdwood

Général Sir Richard McCreery

Le 12th (Prince of Wales's) Royal Lancers était un régiment de cavalerie de l' armée britannique formé pour la première fois en 1715. Il a servi pendant trois siècles, y compris la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale . Le régiment a survécu à la réduction des forces de l'immédiat après-guerre, mais devait être réduit dans le Livre blanc sur la défense de 1957 et a fusionné avec les 9th Queen's Royal Lancers pour former les 9th/12th Royal Lancers (Prince of Wales's) en 1960.

Historique

Lieutenant-colonel John Doyle qui a commandé le régiment lors d'une action réussie dans le désert égyptien pendant les guerres de la Révolution française

Premières guerres

Le régiment de dragons a été élevé à Reading par le brigadier-général Phineas Bowles sous le nom de Régiment de dragons de Phineas Bowles en juillet 1715 dans le cadre de la réponse à la rébellion jacobite . [1] Il a été employé pour escorter des prisonniers à Londres plus tard dans l'année. [2] En 1718, le régiment a été placé sur l'établissement irlandais et posté en Irlande, où il est resté depuis 75 ans. [3] [4]

En 1751, le régiment prend officiellement le nom de 12th Dragoons. [1] En 1768, le roi George III a accordé l'insigne des trois plumes d'autruche et la devise " Ich Dien " au régiment et l'a rebaptisé 12e régiment (du prince de Galles) de dragons (légers). [1] Un jeune Arthur Wesley (plus tard duc de Wellington) rejoignit le régiment comme subalterne en 1789. [5] Le régiment participa au siège de Bastia en avril 1794, qui eut lieu en Corse , pendant les guerres de la Révolution française . [6] Pape Pie VIa été impressionné par la conduite du régiment et a ordonné que des médailles soient décernées à ses officiers. [6]

Un soldat du 12th Royal Lancers en 1832, peint par Alexandre-Jean Dubois-Drahonet

Le régiment débarque à Alexandrie en mars 1801 et, bien que son commandant, le lieutenant-colonel Mervyn Archdall , soit grièvement blessé dans des escarmouches, [7] il participe à la bataille d'Alexandrie plus tard dans le mois. [8] Le régiment, sous la direction d'un nouveau commandant, le lieutenant-colonel John Doyle , captura 28 officiers et 570 autres grades du Régiment de dromadaires français ( français : Régiment de Dromadaires ) lors d'une action dans le désert égyptien en mai 1801. [9 ] [10] Il participa au siège du Caire sécurisant la ville en juin 1801 [8]puis a participé au siège d'Alexandrie en prenant cette ville en septembre 1801. [11] Le régiment s'est ensuite déployé pour la désastreuse campagne de Walcheren à l'automne 1809. [12]

En juin 1811, le régiment s'embarque pour Lisbonne et, sous le commandement du colonel Frederick Ponsonby , participe au siège de Ciudad Rodrigo en janvier 1812 [12] , au siège de Badajoz en mars 1812 [13] et à la bataille de Villagarcia en avril 1812 dans la guerre péninsulaire . [14] Il entreprit également deux charges à la bataille de Salamanque en juillet 1812 [15] avant de participer au siège de Burgos en septembre 1812 [16] à la bataille de Vitoria en juin 1813 [17]et le siège de Saint-Sébastien à l'automne 1813. [18] Le régiment s'avança ensuite en France et soutint l'infanterie à la bataille de Nivelle en novembre 1813. [19] Le régiment traversa la France et arriva à Calais en juillet 1814 d'où il retourné en Angleterre. [20]

Lors de la campagne de Waterloo , le régiment est rattaché à la brigade de cavalerie légère de Sir John Vandeleur . Lors de la bataille de Waterloo en juin 1815, le régiment chargea sur la pente pour soutenir la brigade de cavalerie moyenne de l'Union. Ponsonby tombe, dangereusement blessé, dans la mêlée . [21]

Un capitaine du 12th Royal Lancers en 1848, peint par Alfred Corbould

En 1816, le 12th Light Dragoons était armé de lances après que la cavalerie de l'armée de Napoléon eut montré son efficacité à Waterloo et fut rebaptisé 12th (The Prince of Wales's) Regiment of (Light) Dragoons (Lanciers). [1] En 1855, il renforce la brigade de cavalerie légère en Crimée après la charge de la brigade légère à la bataille de Balaclava . En 1861, le régiment est rebaptisé 12th (The Prince of Wales's) Royal Regiment of Lancers. [1] Il a été stationné en Inde entre 1857 et 1860 en réponse à la rébellion indienne et en Irlande de 1865 à 1870, avant de combattre dans la seconde guerre anglo-afghane à la fin des années 1870. [22]

Guerre des Boers

Le 11e comte d'Airlie , qui a été tué alors qu'il commandait le régiment à la bataille de Diamond Hill pendant la Seconde Guerre des Boers

Le régiment a été déployé en Afrique du Sud pour servir dans la Seconde Guerre des Boers en octobre 1899 et a pris part au soulagement de Kimberley et à la bataille de Paardeberg qui a suivi en février 1900. [23] Le commandant du régiment, le 11e comte de Airlie , a été tué à la bataille de Diamond Hill en juin 1900. [23] Après la fin de la guerre en 1902, ils sont allés en Inde. Près de 530 officiers et hommes ont quitté Cape Town à bord du SS Lake Manitoba en septembre 1902, arrivant à Bombay le mois suivant et ont ensuite été stationnés à Ambalaau Pendjab . [24]

Première Guerre mondiale

"Le 12e Lanciers à Moy , France, le 28 août 1914" par George Wright

Le régiment, qui était basé à Norwich au début de la guerre, débarqua en France dans le cadre de la 5e brigade de cavalerie de la 2e division de cavalerie en août 1914 pour servir sur le front occidental . [25] Le 28 août 1914, l'escadron « C » du 12th Lancers, dirigé par le lieutenant-colonel Frank Wormald, réussit une charge contre un escadron débarqué de dragons prussiens à Moÿ-de-l'Aisne lors de la Grande Retraite . [26] Les 9th/12th Royal Lancers célébraient annuellement Mons / Moy Day, qui commémorait les dernières occasions où chaque régiment prédécesseur chargeait de lances.[27]

Entre-deux-guerres

Une troupe de 12e Royal Lancers s'entraînant avec des voitures blindées Lanchester 6 × 4 en 1938

En 1921, le régiment fut rebaptisé 12th Royal Lancers (Prince of Wales's). [1] En 1928, il abandonne ses chevaux et se dote de véhicules blindés , reprenant les véhicules laissés en Égypte par deux unités de véhicules blindés du Royal Tank Corps , les 3e et 5e compagnies. [28] À la fin de 1934, le 12e échangea de l'équipement et de la station avec le 11e Hussars , prenant le contrôle de 34 voitures blindées Lanchester 6×4 à Tidworth . [28] Son effectif aurait été de 12 officiers et 141 autres grades, organisés en un siège social et trois sections, chacune avec cinq voitures. [28]Le nombre total était de seize voitures, six motos, une voiture d'état-major, quatre camions de 3 tonnes (3 t) et sept de 30 quintaux (1 520 kg) . [28]

En janvier-février 1935, un escadron provisoire D du 12th Lancers avec huit voitures blindées servit de force de maintien de la paix dans la région de la Sarre . [29] Le 31 décembre , les escadrons B et C sont de nouveau envoyés en Égypte avec 29 voitures blindées en réponse à l' invasion italienne de l'Abyssinie et au renforcement des garnisons en Libye . À la fin de 1936, les escadrons ont été renvoyés en Grande-Bretagne, où le régiment a été rééquipé de Morris Light Reconnaissance Cars . [30] [31]

Seconde Guerre mondiale

Voitures blindées Morris CS9 de l'escadron 'C', 12th Royal Lancers, 29 septembre 1939 pendant la Seconde Guerre mondiale

Le 12e Lanciers était un régiment d'automitrailleuses équipé de Morris CS9 , lors de la campagne de France et des Flandres de 1940 , jouant un rôle clé dans le blindage de la retraite vers Dunkerque. [22] Après évacuation (sans leurs véhicules) de Malo-les-Bains sur des dragues , ils sont d'abord équipés de Beaverettes , puis, en juin 1941, de Humbers . [32]

Les Lancers débarquèrent à Port Tewfik , en Égypte, en novembre 1941. Par la suite, le régiment combattit en tant que troupes divisionnaires pour la 1re division blindée lors de la deuxième bataille d'El Alamein en octobre 1942 [33] , puis servit d'unité de reconnaissance au niveau du corps dans la campagne d'Italie . [22]

Période d'après-guerre

Le régiment a été déployé en Palestine en août 1946 avant de rentrer chez lui en avril 1947. [34] Il a été envoyé en Malaisie en septembre 1951 dans le cadre de l'urgence malaise et, après avoir été affecté à Harewood Barracks à Herford en janvier 1955, il est passé à Northampton Barracks en Wolfenbüttel en mars 1956. [34] Il retourna chez lui en mars 1959 et se déploya à Chypre en mai 1959. [34] Le régiment fut fusionné avec le 9th Queen's Royal Lancers pour former le 9th/12th Royal Lancers (Prince of Wales's) en Septembre 1960. [1]

Musée régimentaire

Le Derby Museum and Art Gallery comprend la Soldier's Story Gallery, basée sur la collection, entre autres, des 12th Royal Lancers. [35]

Honneurs de bataille

Les honneurs de bataille du régiment étaient les suivants : [1]

  • Premières guerres : Égypte, Salamanque, Péninsule, Waterloo, Afrique du Sud 1851-2-3, Sébastopol, Inde centrale, Relief de Kimberley, Paardeberg, Afrique du Sud 1899–1902
  • La Grande Guerre : Mons, Retraite de Mons, Marne 1914, Aisne 1914, Messines 1914, Ypres 1914 '15, Neuve Chapelle, St. Julien, Bellewaarde, Arras 1917, Scarpe 1917, Cambrai 1917 '18, Somme 1918, St. Quentin , Lys, Hazebrouck, Amiens, Albert 1918, Ligne Hindenburg, Canal Saint-Quentin, Beaurevoir, Sambre, France et Flandre 1914–18
  • La Seconde Guerre mondiale : Dyle, Défense d'Arras, Contre-attaque d'Arras, Dunkerque 1940, Europe du Nord-Ouest 1940, Chor es Sufan, Gazala, Alam el Halfa, El Alamein, Avance sur Tripoli, Tebaga Gap, El Hamma, Akarit, El Kourzia, Djebel Kournine, Tunis, Col de Crèteville, Afrique du Nord 1941–43, Citerna, Ligne Gothique, Prise de Forli, Conventello-Comacchio, Bologne, Traversée de Sillaro, Tête de pont d'Idice, Italie 1944–45

Colonel en chef

Colonels régimentaires

Les colonels du régiment étaient : [1]

12e régiment de dragons (1751)
12e régiment (du prince de Galles) de dragons (légers) (1768)
12e régiment royal (du prince de Galles) de dragons (légers) (lanciers)
12e lanciers (royaux du prince de Galles) (1861)
12e Royal Lancers (prince de Galles) (1921)

Voir aussi

Références

  1. ^ un bcdefghi " 12th Royal Lancers " . _ _ _ Régiments.org. Archivé de l'original le 28 octobre 2005 . Récupéré le 21 août 2016 .
  2. ^ Canon, p.11
  3. ^ "Histoire des 9ème/12ème Royal Lancers" . Archivé de l'original le 6 septembre 2008 . Récupéré le 31 décembre 2008 .
  4. ^ Richards, p. 86
  5. ^ "N° 13121" . La Gazette de Londres . 8 août 1789. p. 539.
  6. ^ un canon b , p. 18
  7. ^ Canon, p.24
  8. ^ un canon b , p.27
  9. ^ "Profil du général Sir John Doyle Bt GCB KCH" . Histoire du clan Doyle, partie 6 . Récupéré le 21 août 2016 .
  10. ^ Canon, p.26
  11. ^ Canon, p.28
  12. ^ un canon b , p.30
  13. ^ Canon, p.31
  14. ^ Canon, p.32
  15. ^ Canon, p.34
  16. ^ Canon, p.37
  17. ^ Canon, p.39
  18. ^ Canon, p.41
  19. ^ Canon, p.42
  20. ^ Canon, p.44
  21. ^ Canon, p.50
  22. ^ un bc " 12èmes Lanciers Royaux" . Musée national de l'armée. Archivé de l'original le 22 août 2016 . Récupéré le 21 août 2016 .
  23. ^ un b "12èmes Lanciers (royaux du prince de Galles)" . Guerre anglo-boer . Récupéré le 21 août 2016 .
  24. ^ "L'armée en Afrique du Sud - Les troupes rentrent chez elles" . Le Temps . N° 36884. Londres. 27 septembre 1902. p. dix.
  25. ^ "Les Lanciers" . Le Long, Long Sentier . Récupéré le 21 août 2016 .
  26. ^ Edmonds, p. 215-6
  27. ^ "Une brève histoire du régiment" . 9e/12e Musée des Lanciers royaux . Récupéré le 23 août 2016 .
  28. ^ un bcd Corbeau , p . 3
  29. ^ "Une brève histoire des 9e/12e Royal Lancers" (PDF) . Ministère de la Défense. Archivé de l'original (PDF) le 10 août 2012 . Récupéré le 23 août 2016 .
  30. ^ "'New Morris Armored Cars attachment from 12th Royal Lancers', 1939" . National Army Museum . Archivé de l'original le 25 août 2016 . Récupéré le 23 août 2016 .
  31. ^ Stewart, Patrick (1950). Histoire des XII Royal Lancers . Presse universitaire d'Oxford. p. 328–30.
  32. ^ "Une voiture blindée Humber Mk II du 12e Royal Lancers en patrouille au sud d'El Alamein, juillet 1942" . Musée impérial de la guerre. Archivé de l'original le 11 octobre 2016 . Récupéré le 26 août 2016 .
  33. ^ Joslen p. 13-15
  34. ^ un bc " 12èmes Lanciers Royaux" . Unités de l'armée britannique 1945 sur . Récupéré le 21 août 2016 .
  35. ^ Hawley, Zena (11 août 2015). "La galerie Soldiers' Story célèbre le lien de 300 ans de Derby avec les Lancers" . Télégraphe de Derby . Archivé de l'original le 25 décembre 2015 . Récupéré le 11 juin 2018 .

Source

Lectures complémentaires

  • Stewart, Patrick (1950). Histoire des XII Royal Lancers . Presse universitaire d'Oxford.

Liens externes