Édouard Drumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Édouard Drumont, collage avec le journal antisémite qu'il a fondé, La Libre Parole du 10 septembre 1899. [1] Les titres disaient : « Le traître condamné, dix ans de détention et d'avilissement, à bas les juifs !

Édouard Adolphe Drumont (3 mai 1844 - 5 février 1917) était un journaliste et écrivain français. Il a initié la Ligue antisémite de France en 1889, et a été le fondateur et rédacteur en chef du journal La Libre Parole . Après avoir passé des années de recherche, il a synthétisé trois grands types d' antisémitisme . Le premier type était les attitudes catholiques traditionnelles envers les extraterrestres "tueurs de Christ" augmentées par une antipathie véhémente envers la Révolution française. Le deuxième type était l'hostilité envers le capitalisme . Le troisième type était le racisme dit scientifique , basé sur l'argument que les races ont des caractéristiques fixes, et affirmant que les Juifs ont des caractéristiques négatives. [2]Le biographe de Drumont, Grégoire Kauffmann, situe Drumont dans la tradition contre-révolutionnaire de Louis Veuillot , Antoine Blanc de Saint-Bonnet et du catholicisme anti-moderne. [3] Le dirigeant socialiste Jean Jaurès a déclaré que "toutes les idées et les arguments de Drumont ont été empruntés à certains clercs opposants à la Révolution française . [4]

Jeunesse

Drumont est né à Paris en 1844 dans une famille de peintres sur porcelaine de Lille . Il a perdu son père à l'âge de dix-sept ans et a dû prendre soin de lui-même et gagner sa vie à partir de ce moment-là. [5]

Carrière publique

Il travaille d'abord au service de l'État, puis collabore à la presse et est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Mon vieux Paris (1879) récompensé par l' Académie française . Il travaille également pour L'Univers de Louis Veuillot . [6]

Le livre de Drumont de 1886, La France juive ( France juive ), attaquait le rôle des Juifs en France et plaidait pour leur exclusion de la société. En 1892, Drumont lance le journal La Libre Parole qui se fait connaître pour son intense antisémitisme . Gaston Méry est rapidement nommé rédacteur en chef en raison de son habileté à exploiter les affaires scandaleuses et de ses audacieuses invectives. Le journal a pris "La France pour les Français" comme devise. [7] Le journal était sceptique quant au canular anti-catholique Diana Vaughan de Léo Taxil avant que Taxil ne l'admette en 1897.

Pour les élections législatives françaises de mai 1898 , l'activiste antisémite Max Régis soutint Drumont avant cette élection d'Alger. [8] Le 8 mai 1898, Édouard Drumont est élu triomphalement avec 11 557 voix contre 2 328 et 1 741 pour ses adversaires. [9] Sur six députés nationaux algériens, quatre ont été élus sur la plate-forme de la Ligue anti-juive de Régis. [10] Drumont a représenté Alger à la Chambre des députés de 1898 à 1902. Il a été poursuivi pour avoir accusé un député parlementaire d'avoir accepté un pot-de-vin du riche banquier juif Édouard Alphonse de Rothschild pour faire passer une loi que le banquier voulait. [citation nécessaire ]

Drumont avait de nombreux fidèles. [11] Il exploite le scandale de la Compagnie de Panama [12] et atteint le maximum de sa notoriété lors de l' Affaire Dreyfus , dans laquelle il est le plus véhément des accusateurs d' Alfred Dreyfus . [5]

Pour ses articles anti-Panama, Drumont est condamné à trois mois de prison. En 1893, il est candidat malheureux à la représentation d' Amiens ; l'année suivante, il se retire à Bruxelles . L'affaire Dreyfus l'aide à regagner en popularité, et en 1898, il rentre en France et est élu député de la première division d'Alger, mais est battu comme candidat à sa réélection en avril-mai 1902 . [5]

Fonctionne

  • Mon vieux Paris (1878)
  • Les Fêtes nationales à Paris (1878)
  • Le Dernier des Trémolin (1879)
  • Papiers inédits du Duc de Saint-Simon (1880)
  • La Mort de Louis XIV (1880)
  • La France juive ( France juive , 1886)
  • La France Juive devant l'opinion (1886)
  • La Fin d'un monde : Étude psychologique et sociale (1889)
  • La Dernière Bataille (1890)
  • Le Testament d'un antisémite (1891)
  • Le Secret de Fourmies (1892)
  • De l'or, de la boue, du sang : Du Panama à l'anarchie (1896)
  • Mon vieux Paris. Deuxième série (1897)
  • La Tyrannie maçonnique (1899)
  • Les Juifs contre la France (1899)
  • Les Tréteaux du succès. Figures de bronze ou statues de neige (1900)
  • Les Tréteaux du succès. Les héros et les pitres (1900)
  • Le Peuple juif (1900)
  • Vieux portraits, vieux cadres (1903)
  • Sur le chemin de la vie (1914)

Voir aussi

Références

  1. le lendemain de la nouvelle condamnation d'Alfred Dreyfus le 9 septembre 1899 à Rennes
  2. ^ Richard S. Levy, Antisémitisme: Une encyclopédie historique des préjugés et de la persécution (2005) 1:191
  3. ^ Kauffmann, Grégoire (2008). Édouard Drumont . Perrine. p. 425.
  4. ^ Foin, Malcolm (2005). L'Europe et les Juifs : La pression de la chrétienté sur le peuple d'Israël pendant 1 900 ans . Presse de revue de Chicago.
  5. ^ un bc Deutsch , Gotthard et AM Friedenberg. " DRUMONT, EDOUARD ADOLPHE , JewishEncyclopedia.com (consulté le 9 novembre 2007).
  6. ^ Arnoulin, Stéphane (1902). M. Edouard Drumont et les Jésuites . Librairie des Deux Mondes. p. 73–75.
  7. ^ Seillan, Jean-Marie (2003), "Nord contre Sud. Visages de l'antiméridionalisme dans la littérature française de la fin du XIXe siècle" , Loxias (en français), 1 , récupéré le 13 décembre 2017
  8. ^ Benbassa 2001 , p. 145.
  9. ^ Bouveresse 2008 , p. 492.
  10. ^ Zack 2005 , p. 594.
  11. Disciple juif de Drumont , 2 juin 2008
  12. ^ Arendt, Hannah . Les origines du totalitarisme . Livres de récolte, 1973; ISBN 0-15-670153-7 , p. 95-99. 

Source

Lectures complémentaires

  • Anderson, Thomas P. "Edouard Drumont et les origines de l'antisémitisme moderne." Revue historique catholique (1967): 28–42. dans JSTOR
  • Busi, Frédéric. Le pape de l'antisémitisme: la carrière et l'héritage d'Edouard-Adolphe Drumont (University Press of America, 1986)
  • Byrnes, RF "Edouard Drumont et La France Juive." Études sociales juives (1948): 165–184. dans JSTOR
  • Isser, Nathalie. L'antisémitisme sous le Second Empire français (1991) en ligne
  • Antonio Areddu, Vita e morte del marchese di Mores Antoine Manca (1858-1896), Cagliari, Condaghes, 2018

Liens externes